Mélany Houle peut maintenant monter Casanova comme bon lui semble.

Le conte de fées de Mélany Houle

Mélany Houle vient de réaliser un autre de ses rêves samedi dernier. Native de Chicoutimi, celle qui a perdu quelque 125 livres en moins d'un an vient en effet de remporter la première place du volet « Transformation » dans le cadre du Championnat Fitness Canada tenu à Montréal ! De quoi la motiver encore plus pour relever d'autres défis !
Native de Chicoutimi, Mélany Houle vient de gagner un autre pari. Elle a remporté le volet «Transformation» de Fitness Canada tenu en fin de semaine dernière à Montréal. Son impressionnant parcours «avant» et «après» et sa personnalité rayonnante ont séduit le jury.
Mais si elle vient d'écrire un nouveau chapitre de son inspirante histoire, la « princesse de course » avoue qu'elle a tout de même eu l'impression de se retrouver dans la peau de Cendrillon tellement les heures qui ont précédé le jour J sont dignes d'un scénario de film. Et comme dans le film de Disney, elle a pu compter elle aussi sur une bonne fée marraine pour surmonter les obstacles et retrouver son sourire radieux !
En entrevue téléphonique, Mélany Houle raconte avec calme les événements qui ont marqué la dernière semaine précédant le concours, mais dans le feu de l'action, elle croyait bien qu'elle ne serait jamais prête à temps ! Premier obstacle, la Lavalloise de 40 ans s'était blessée aux genoux durant un entraînement, de sorte qu'elle a dû délaisser temporairement son plaisir de courir. Puis, une semaine avant le grand jour, elle s'est astreinte à un plan alimentaire très strict et à un entraînement rigoureux pour mettre en valeur sa nouvelle musculature. Ayant réussi cette dernière étape- et même perdu cinq livres de plus ! - , Mélany ne s'attendait surtout pas à ce qu'un coup du sort fasse presque tout basculer à la veille du concours.
Son amoureux a en effet été impliqué dans un accident le vendredi et les médecins ont craint pendant un moment qu'il ait un anévrisme à la tête. Pas question de le laisser seul à l'hôpital en attendant qu'il subisse les examens requis. Heureusement, les craintes ne se sont pas concrétisées, mais lorsqu'elle est rentrée chez elle, épuisée, il était déjà 23 h 30. Prévoyante, elle a alors décidé d'essayer la robe de soirée qu'elle avait choisi de porter pour le défilé du lendemain. Catastrophe ! La robe est trop grande !
Fée marraine
Heureusement, la fille de Wellie Houle et Marguerite Larouche a pu compter sur son amie Nathalie Schlybeurt, qu'elle surnomme sa bonne fée marraine. « Elle a pris la robe à minuit le soir et elle a arrangé les bretelles. Il était tard, je n'avais pas mangé et je devais être à la compétition à 10 h. J'étais exaspérée. Mais ma fée marraine m'a réparé ma robe comme dans un conte de fées », raconte celle qui a choisi « de tenter de se tenir debout dans la tornade ».
Malgré cette tuile surmontée grâce aux doigts de fée de son amie, Mélany n'a rien perdu de sa détermination et elle s'est présentée en compétition prête à faire face à toutes situations. « Quand ils m'ont donné mon numéro de compétitrice, j'ai vu que c'était le numéro 17 et j'ai commencé à respirer. Le 17 est mon numéro chanceux, parce que je suis né le 17 mai 1977. J'étais trop fatiguée et il fallait que je me rattache à quelque chose », raconte-t-elle en riant.
Mais la partie n'était pas encore gagnée ! Dans le volet « Transformation », les juges et le public entendent l'histoire de la candidate, voient des photos ''avant'' et constatent tout le chemin parcouru par celle-ci lorsqu'elle apparaît sur scène pour défiler en jolie robe de soirée. « Le pire, c'est que lorsque j'ai fait mon apparition sur la scène, j'ai presque perdu mon soulier ! Comme Cendrillon ! C'était vraiment spécial ! Je me suis dit qu'au point où j'en étais rendue, j'allais essayer de sourire, de marcher moins vite et d'essayer de bien figurer, mais finalement ça s'est super bien passé », concède celle qui a eu l'impression d'avoir signé une double victoire, avec tous les obstacles surmontés.
Mine de rien, toutes les pièces de son nouveau bonheur semblent tomber en place. « Quand on est dans quelque chose qui est bon pour nous et qu'on est à la bonne place, les portes s'ouvrent toutes seules, acquiesce-t-elle. On n'a pas besoin de se battre. Ce n'est pas compliqué, c'est fluide. On est heureux et on rend les gens heureux. »
Elle est tout de même surprise de tout ce qu'elle a accompli. « J'aurais vendu mon âme au diable pour faire une compétition de Fitness comme celle-là, avoue-t-elle. Je n'aurais jamais cru cela possible, et encore moins d'arriver première. Tout ça a commencé quand j'ai été ambassadrice pour le grand défi de Victoriaville. Pour moi, juste de passer de la marche rapide à la course, c'était déjà une grosse victoire. C'est comme si j'avais des ailes. L'important, c'est de trouver une méthode de travail et le faire dans le plaisir. Il faut trouver quelque chose que l'on aime. On a alors hâte de le faire et on devient super motivée. »
Autres défis en tête
Plus en forme que jamais et plus légère de 130 livres, Mélany Houle peut s'adonner autant qu'elle veut au plaisir de monter Casanova, le cheval de ses rêves qu'elle a sauvé d'une mort certaine et qui a été l'élément déclencheur de sa perte de poids et de sa renaissance. Celle qui est coach vocal et fondatrice de «La Classe de chant» est aussi  déjà prête à relever de nouveaux défis. Et le prochain à son agenda est déjà prévu pour dimanche, alors qu'elle s'apprête à courir son premier 10 km officiel, chronométré, à Lac-Brome, elle qui jusqu'à maintenant, s'en tenait au 5 km.
La Chicoutimienne d'origine songe même à prendre part à une autre compétition de Fitness cet automne, avec l'objectif d'avoir atteint son poids optimal. «C'est dans les plans de refaire une compétition semblable en octobre, soit dans le cadre de Fitness Canada ou de la IDFA (International Drug Free Athletics). Mais pour la prochaine étape, je vais apprendre à poser, lance-t-elle en riant. Je n'avais jamais fait ça et les filles ont été très gentilles en me montrant comment poser quelques heures avant de défiler. Et l'an prochain, c'est sûr que j'aimerais me présenter dans l'autre catégorie, Fitness models. Ce volet est plus défilé en maillot, etc.»
D'ici là, Mélany Houle poursuivra sa formation pour devenir entraîneuse Fitness. Elle a déjà réalisé la première partie de sa certification et est très heureuse du travail accompli avec ses clients. Il n'y a pas à dire, la lumineuse «Princesse de course» n'est visiblement pas près d'accrocher ses espadrilles!