Le CA du Club de golf de Dolbeau-Mistassini s’est renouvelé et entrevoit la prochaine saison avec optimisme. Sur la photo: Sébastien Marceau (capitainerie), Dominique Caouette (communications et secrétariat), Réjean Lalancette (président), Jacques Potvin (immobilisations corporatives), Gaston Gagné (chalet principal) et Marcel Bussières (terrain). Absents: Éliot Lapointe (capitainerie), Carole Nadeau (accueil et boutique) et Nelson Gauthier (resto-bar).

Le club de golf de Dolbeau-Mistassini reçoit une aide substantielle

Malgré l’incertitude que laisse planer le coronavirus, la nouvelle direction du Club de golf de Dolbeau-Mistassini entrevoit la saison 2020 avec optimisme. Un important partenariat financier de cinq ans avec la municipalité et la MRC de Maria-Chapdelaine permettra au club d’être moins préoccupé par la question du renouvellement des équipements et des infrastructures désuets, de sorte qu’il pourra se concentrer sur la recherche de nouvelles clientèles.

Nouveau président du club, Réjean Lalancette rappelle que la saison 2019 a permis aux dirigeants « de voir que le club était en train de consolider ses actifs et de freiner la diminution du nombre d’utilisateurs » grâce à un surplus d’environ 24 000 $ avant amortissements. Après amortissements, on parle d’un déficit de quelque 15 000 $, ce qui est nettement mieux qu’en 2018, année où le club avait pour ainsi dire atteint le creux de la vague (déficit de 40 000 $). « La saison 2019 nous a permis de voir que le club était en train de consolider ses actifs et de freiner la diminution du nombre d’utilisateurs. La saison a donc été positive », note M. Lalancette.

Cela dit, la baisse de clientèle a notamment eu pour effet qu’au cours des cinq dernières années, le club a réussi à maintenir ses opérations sans toutefois être en mesure de réinvestir dans ses équipements et ses infrastructures. Le nouveau programme apporte une belle dose d’oxygène. « Au début de l’été 2019, un comité dont je faisais partie a été mis en place pour dénicher de nouveaux partenaires et ainsi recommencer à investir dans les équipements et infrastructures. Ç’a donné des résultats positifs », rappelle M. Lalancette en entrevue téléphonique.

Programme quinquennal

De fait, la Ville de Dolbeau-Mistassini et la MRC de Maria-Chapdelaine ont embarqué avec le club dans un programme quinquennal sur les immobilisations (2020-24). Les trois partenaires vont investir un peu plus de 40 0000 $ sur cinq ans dans les équipements et les infrastructures. Le programme sera effectif dès cette année.

Selon l’entente, la Ville et le club injecteront chacun un total de 125 000 $, soit 25 000 $ par année, tandis que la MRC devrait y aller d’une aide d’environ 160 000 $ répartie sur les cinq prochaines années, en vertu d’un programme d’aide aux équipements supramunicipaux dont fait partie le club. Dans ce programme, la MRC accepte d’investir 40 % de l’investissement global qui pourrait se faire.

En plus du support du milieu des affaires du secteur, le club reçoit « un excellent appui de la municipalité et de la MRC », souligne M. Lalancette, heureux du coup de pouce obtenu. « Oui, on a monté un bon dossier pour les convaincre de l’importance de les avoir comme partenaires, mais ils ont vite compris qu’ils devaient être partenaires avec nous s’ils voulaient conserver un terrain de golf dans une petite ville et une petite MRC. »

Paix d’esprit

Sans cet important appui financier, le club dolmissois se serait retrouvé avec des équipements encore plus désuets. « Et ça aurait été encore plus difficile d’attirer des membres. Avec cette aide, le conseil d’administration aura une certaine paix d’esprit pour investir dans les infrastructures et on pourra mettre plus d’énergie à consolider notre membership et à essayer d’attirer de nouvelles clientèles. »

Dès cette année, l’organisation pourra remplacer le bâtiment des employés jugé très désuet, ainsi qu’au moins l’une des tondeuses à gazon. « Les tondeuses sont les plus grosses pièces de machinerie pour l’entretien des terrains. On parle de plusieurs dizaines de milliers de dollars pour une tondeuse », explique le président.

« On est enthousiastes par rapport au programme d’aide développé. Depuis plusieurs semaines, le conseil d’administration travaille sur le début des opérations. Avec le coronavirus, il y a comme une épée de Damoclès qui pend au-dessus de nos têtes, mais on continue à travailler avec enthousiasme et on verra ce qui va arriver », ajoute M. Lalancette, qui peut compter sur un conseil d’administration bonifié, passant de sept à neuf personnes.

« On a créé un poste de directeur des immobilisations qui sera responsable de la mise en oeuvre de ce plan quinquennal », souligne-t-il. La mission a été confiée à Jacques Potvin, un ancien de la MRC.

Les autres nouveaux venus sont Carole Nadeau (accueil et boutique) et Nelson Gauthier (restaurant et bars). Quant à ceux qui restent en poste, il s’agit de Gaston Gagné (vice-président), Marcel Bussières (responsable du terrain), Dominique Caouette (secrétariat/communications), ainsi que Sébastien Marceau Éliot Lapointe pour la capitainerie. Par ailleurs, le CA travaille maintenant avec une nouvelle comptable, Sarah Gagné.

Enfin, la clientèle du club devra s’attendre à une hausse de tarif pour 2020, « mais ce sera une augmentation très raisonnable », assure Réjean Lalancette.