Le président du Club de curling Kénogami Frank Moffat
Le président du Club de curling Kénogami Frank Moffat

Le Club de curling Kénogami ose aller de l'avant pour ses membres

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Le début de saison s’annonce difficile dans les clubs de curling du Saguenay–Lac-Saint-Jean et le passage du palier jaune au orange n’a rien pour rassurer les dirigeants des différentes organisations. Bien que consciente des pertes qui en découleront, la direction du Club de curling Kénogami ose aller de l’avant et a décidé de lancer la saison qui marque son siècle d’existence.

Président du conseil d’administration, Frank Moffat estime que le club a perdu environ 30 % de ses membres à cause de la COVID-19. Une perte de revenus estimée à près de 30 000 $ qui viendra s’ajouter à celle causée par la fermeture abrupte du club en mars dernier. Avec le Québec sur pause au printemps, le club a été privé d’au moins deux mois lucratifs et de deux précieuses activités de financement, le cashpiel et le tournoi de fermeture.

Malgré tout, la direction a décidé de démarrer la saison de son centenaire pour exaucer le souhait d’une majorité de membres. C’est ainsi que lundi dernier, les ligues du soir ont pris leur envol et que lundi prochain, ce sera au tour des ligues de jour de commencer.


« Le désir de la majorité de nos membres à vouloir jouer cet hiver nous a convaincus de passer outre la peur et de tout mettre en oeuvre pour leur offrir une saison en toute sécurité. »
Frank Moffat

«Cet été, on a eu de grosses réunions du CA afin de déterminer si on allait ouvrir ou pas. Certains préféraient attendre que la situation se résorbe, alors que d’autres disaient que si on ne rouvre pas, on va perdre nos membres, qui vont se trouver d’autres activités et qu’ils ne reviendront pas», relate M. Moffat, qui, pour l’instant, ne peut pas compter sur une aide financière des différents paliers de gouvernement.

Le Club de curling Kénogami célèbre son centenaire, mais les festivités vont attendre au moins jusqu’en janvier. D’ici là, le conseil d’administration et son président, Frank Moffat, ont décidé de lancer les activités même si cela entraînera des débours.

En janvier
Bien entendu, les activités liées au centenaire sont remises en janvier, dans l’espoir que la situation se sera suffisamment résorbée d’ici là, mais aussi parce que plusieurs membres ont indiqué qu’ils pensaient être de retour sur les glaces du club après les Fêtes.

« Le désir de la majorité de nos membres à vouloir jouer cet hiver nous a convaincus de passer outre la peur et de tout mettre en oeuvre pour leur offrir une saison en toute sécurité. Nous avons investi de bonnes sommes d’argent (environ 5000 $) pour les produits désinfectants, la signalisation et assurer la distanciation de nos employés avec les membres, pour la sécurité de tous et pour se conformer aux exigences de la santé publique et au plan de Curling Québec. C’est un peu contraignant, mais si on veut jouer au curling, c’est ce qu’il faut faire », fait valoir M. Moffat.

Un protocole de retour au jeu a été soumis et accepté par les autorités municipales. «Pour l’instant, les gens qui ont commencé à jouer dans les ligues du soir sont bien contents. Ils nous disent qu’ils voulaient jouer au curling et qu’ils ne se voyaient pas passer l’hiver à ne rien faire», assure le président.

D’autre part, en ayant deux accès aux glaces, le club pourrait accueillir jusqu’à 50 joueurs (25 par plateau), mais en attendant de pouvoir valider cette information, le nombre est limité à 32. «Mais le soir, on s’est limités à 24 joueurs, avec trois glaces sur quatre. On a réaménagé nos tables pour les sorties de glaces et pour les spectateurs, qui vont porter le masque en tout temps [sauf s’ils prennent une consommation]. On a un registre à l’entrée pour pouvoir retracer les gens. Tous ont accepté pour l’amour du curling et parce qu’ils veulent jouer!»

Jusqu’à maintenant, le club s’est prévalu du prêt de 40 000 $ du gouvernement fédéral à rembourser en 2022. « On n’y touchera pas à moins d’une urgence. Mais si ça continue comme ça, l’urgence va s’en venir », avoue le président Moffat, qui croise les doigts pour éviter de se retrouver en zone rouge.

Réfection et agrandissement
Heureusement, le club a eu droit à une embellie, mardi, alors que Gilles Deschênes, coresponsable du comité Horizon 2020, a reçu une demande d’information du gouvernement du Québec concernant les travaux de réfection et d’agrandissement du club de curling pour le 100e anniversaire. Le projet est inscrit dans le Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS).

«Mardi, M. Deschênes a reçu une lettre nous demandant nos échéanciers potentiels pour le début des travaux, les appels d’offres, etc. On se dit que s’il nous demande ça, c’est que nous sommes encore en lice», avance M. Moffat.

D’autre part, le club se prépare toujours en vue de la présentation du Championnat provincial U21 qui lui avait été accordé dans le cadre de son centenaire. «Il est prévu en février et, pour l’instant, il n’a pas encore été annulé par Curling Québec.»

Enfin, Brandon Lafrance et Audrey D’Amour superviseront le volet junior, cette saison.