Le Golf Domaine Lac Saint-Jean de Saint-Prime envisage les prochaines années avec optimisme. L’année 2018 s’est soldée par un léger déficit qui devrait rapidement être résorbé la saison prochaine.

L’avenir s’annonce rose pour Saint-Prime

Le club de golf Domaine Lac-Saint-Jean de Saint-Prime a bouclé l’année financière 2018 avec un léger déficit causé principalement par des bris d’équipements et l’investissement pour la conception d’un nouveau site Web.

Directeur général du club primois, Roger Caron estime que le club vient de conclure une bonne année, même si, au chapitre de la météo, ce n’a pas été le Klondike escompté. « On a fait un déficit de 17 000 $, mais il s’explique par un montant de 5500 $ pour un nouveau site Web et des bris importants survenus à une pompe et à un compresseur de chambre froide », explique-t-il en entrevue téléphonique.

« Pour les membres, c’était presque un équilibre budgétaire, car on est parti de très loin. L’an passé, on avait un déficit de 93 000 $, rappelle M. Caron qui s’attend ce que l’équilibre budgétaire soit atteint en 2019. Il y a quatre ans, quand j’étais sur le conseil d’administration, c’était loin d’être la même situation ! »

Le Golf Domaine Lac-Saint-Jean de Saint-Prime envisage les prochaines années avec optimisme. L’année 2018 s’est soldée par un léger déficit qui devrait rapidement être résorbé la saison prochaine.

La vente des terrains domiciliaires en bordure du lac Saint-Jean, qui faisait partie du plan de sauvetage de 2015, a permis d’éponger la dette à long terme. « On a vendu nos terrains en 2016-17 et, sur les 18 terrains, 17 ont été vendus. Ç’a servi à éponger notre dette de près de 700 000 $. Nous n’avons plus de dette à long terme et nous avons même un petit fonds de réserve présentement », souligne M. Caron.

Légère hausse

Les dirigeants du club de Saint-Prime ont misé sur des tarifs concurrentiels. « Les tarifs ont été maintenus afin d’attirer le plus de joueurs possible. Notre but, actuellement, est d’augmenter notre membership et d’aller chercher le plus de droits de jeu (green fees) possible et c’est pourquoi nous avons gardé des tarifs et des forfaits (à des prix) très agressifs. »

Le club, dont c’était la première année sous le nouveau nom, a enregistré une légère hausse du nombre de membres (7 ou 8) et du nombre de droits journaliers (1 ou 2 %). À l’instar des autres clubs de la région, la météo n’a pas été aussi clémente que ça pour la pratique du golf. « L’an passé, de mai à la mi-juin ç’a été froid, et l’automne a été épouvantable à partir du 18 septembre. De plus, durant l’été, quand il a fait très chaud, on a eu des annulations. Ç’a été un drôle d’été », résume M. Caron, qui termine son mandat comme DG.

Développement

L’avenir s’annonce plus rose pour le club primois qui aura été quasi refait à neuf avec les travaux de 2019, incluant la machinerie pour l’entretien du terrain. « Il nous reste un peu de développement golf à faire. Notre (système d’) irrigation est complété. Quelques tertres de départ ont été refaits et nous avons procédé à quelques aménagements. Au début de 2019, on prévoit redessiner nos trappes de sable et remettre du sable neuf, ce qui fera en sorte que notre terrain sera refait de A à Z, incluant les nouveaux trous pour le début de la saison 2019. »

Soulignons enfin que le conseil d’administration de l’organisme à but non lucratif (OBNL) a été renouvelé en partie. Ainsi, le club compte un nouveau président en Yannick Baillargeon, et un nouveau vice-président en Paulin Martel. Le secrétaire Yves Gravel effectue un retour tandis que les administrateurs Jean Castonguay et Claude Larouche étaient en poste. Il reste deux postes d’administrateurs à combler et un nouveau DG à dénicher.