Capitaine des Gaillards du Cégep de Jonquière, Laurent-Pierre Couture (à l’avant-plan) a réussi un tour de force en étant sélectionné au sein de l’équipe du Québec de volleyball, et ce, même s’il ne joue officiellement au volleyball que depuis quatre ans.

Laurent-Pierre Couture réussit un tour de force

Mine de rien, Laurent-Pierre Couture vient de signer un exploit digne de mention dans le monde du volleyball régional. Membre du Club de Volleyball Saguenay et des Gaillards du Cégep de Jonquière, le Chicoutimien fait partie des 14 heureux élus qui ont été retenus au sein du programme Élite masculin de Volleyball Québec. Une première depuis au moins une décennie.

Dans une région où le volleyball compte nettement plus d’adeptes féminins que masculins, la sélection d’un joueur masculin au sein de l’équipe élite de la Fédération québécoise de volleyball est donc un fait rare. C’est aussi un tour de force quand on sait que les Gaillards évoluent en division 2, alors que la majorité des autres joueurs sélectionnés évoluent en division 1.

Joint vendredi, le jeune homme a expliqué que la participation à ce camp se fait uniquement sur invitation, car les candidats devaient répondre à certains standards de base. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé parmi la vingtaine de candidats sur les rangs. L’an passé, il avait soumis sa candidature, mais une vilaine blessure l’avait empêché de participer au camp. Cette fois-ci, il n’a pas raté sa chance.

«J’étais vraiment content de voir le fruit de mes efforts récompensés. J’ai tellement travaillé fort pour atteindre mon but avant la fin de mon cégep», confirme celui qui a complété son stage de trois ans avec les Gaillards. Le capitaine des Gaillards a aussi un parcours peu banal puisqu’il a commencé à jouer officiellement du volleyball il y a quatre ans. Auparavant, le jeune homme jouait au basketball.

Laurent-Pierre est conscient d’avoir réussi un tour de force, mais il a déployé les efforts pour y parvenir. «Avec mon entraîneur (Cédric Lemieux), on a vraiment travaillé fort tous les deux depuis que je suis au cégep. Ça fait longtemps qu’on travaillait sur ce projet. Il m’a vraiment appris l’éthique de travail. (Aujourd’hui), ça prouve que c’est possible d’être sélectionné. Ce n’est pas parce que tu es en division 2 que tu es un moins bon athlète. Si tu travailles fort, tu peux atteindre tes buts», estime celui qui, à 6 pieds 3 pouces, est le plus petit d’Équipe Québec!

À son avis, c’est sa force de frappe et sa constance à l’attaque qui ont joué en sa faveur. Le jeune homme souhaite d’ailleurs poursuivre sa carrière sur la scène universitaire. Ce stage avec Équipe Québec lui procurera non seulement l’occasion de perfectionner son jeu, mais aussi d’obtenir une bonne préparation pour le niveau universitaire.

Avec Équipe Québec, Couture aura la chance de participer à des entraînements et des matchs amicaux contre l’équipe 20 ans et moins de la République dominicaine, où ils se rendront du 11 au 21 juin. «Pendant une semaine, on sera comme en retraite fermée. J’ai hâte de commencer à travailler avec l’équipe.»

L’entraîneur-chef des Gaillards, Cédric Lemieux, avait confiance en son protégé

Entraîneur-chef des Gaillards du Cégep de Jonquière, Cédric Lemieux n’est pas vraiment surpris de voir son protégé Laurent-Pierre Couture être sélectionné sur l’équipe du Québec. 

« Je suis surpris un peu, mais je savais qu’il avait de bonnes chances, avoue Cédric Lemieux. On ne l’envoyait pas juste pour qu’il prenne de l’expérience. On savait qu’il avait des chances parce qu’il a d’excellentes aptitudes physiques, il est en forme, il s’entraîne et à 6’3’’, il est dans les gabarits recherchés. Il a une bonne impulsion et il frappe très fort le ballon. Par contre, ce qui était le plus surprenant, c’est qu’auparavant, il était un joueur de centre et ce n’est que depuis cette année qu’il joue à l’aile comme attaquant-réceptionneur. C’est une transition qu’il a bien faite même si c’est difficile et son manque d’expérience aurait pu lui nuire. Mais il a fait un bon camp. Il a bien fait au camp physique et il s’est démarqué au niveau du premier contact et de l’attaque. »

Évidemment, la sélection de Couture prouve qu’il est possible, pour des jeunes évoluant en division 2, de faire sa place au sein de l’élite québécoise. Mais Lemieux rappelle que son protégé n’a pas volé sa place. « C’est un bel accomplissement pour un entraîneur, mais ce gars-là mérite sa sélection parce qu’il a travaillé très très fort. Son leadership a augmenté d’année en année et il a été mon capitaine cette année. C’est un gars qui avait vraiment une bonne influence sur les autres, tant au niveau des habitudes de travail que par son positivisme en pratique et en tournoi. C’était vraiment un bon leader et le fait d’avoir un rôle important, ça l’a aidé (à se démarquer). Il aurait pu être intimidé, mais il a su faire sa place », souligne le pilote des Gaillards.

« Ça prouve aussi que même s’il a commencé tard, on est capables de faire le développement des joueurs. Que quand on est prêt à s’investir, on est capable de se rendre jusqu’au bout, car l’équipe du Québec, c’est la meilleure équipe qu’on peut faire. »

Les Gaillards ont quand même connu de beaux succès au cours des dernières années, eux qui ont remporté la couronne il y a deux ans lors des championnats provinciaux, après avoir été vice-champions l’année précédente. Parmi les anciens de ces cohortes, le passeur Pierre-Olivier Gravel a fait sa place au sein du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke et il y a fort à parier que Laurent-Pierre Couture saura lui aussi poursuivre sa carrière sur le circuit universitaire.