Les Jeannois du Collège d’Alma (en blanc) ont subi deux revers en fin de semaine, devant leurs partisans du Centre Mario-Tremblay. Contrairement à son habitude, l’attaque almatoise a éprouvé des difficultés contre Champlain-Lennoxville et Thetford.

L’attaque des Jeannois en panne

Contrairement à leur habitude, les Jeannois du Collège d’Alma ont éprouvé des difficultés en attaque. Malgré une bonne prestation en défensive, les deux formations en visite au Centre Mario-Tremblay sont reparties avec la victoire en poche. Samedi, Champlain-Lennoxville l’a emporté 4-2 et dimanche, Thetford a blanchi les Almatois 2-0.

« Défensivement, on a bien joué, mais malheureusement, c’est l’offensive qui a fait défaut. Samedi, contre Lennoxville, on menait 2-1 après deux périodes et on commençait à générer de l’offensive quand nos adversaires ont marqué un but chanceux qui a semblé affecter la confiance de mes joueurs. Ç’a été difficile après ça », a relaté l’entraîneur-chef des Jeannois, Pascal Hudon.

« Contre Thetford, on a donné 22 lancers et sept chances de marquer, donc, défensivement, on a été bons, mais offensivement, on a eu neuf avantages numériques et on s’est fait blanchir. Donc (à l’attaque), il faut faire les choses plus simples et revenir un peu plus à la base et prendre plus de rondelles au filet. Je trouve qu’on essaie un peu trop des jeux compliqués, ajoute-t-il. Parfois, tu as un trio en léthargie, mais présentement, mes six-sept joueurs offensifs traversent tous une période difficile. Les gars travaillent bien et jouent bien, mais quand tu donnes ton 100 % et que ça ne marche pas, il faut aller à 110 %. Il faut peut-être mettre un peu plus de hargne autour du filet et essayer d’aller chercher des buts, même si ce ne sont pas les plus beaux. »

Pascal Hudon ajoute que les joueurs devront s’enlever de la pression et gagner de la confiance pour que la situation débloque. Les Jeannois ne disputeront qu’un match samedi prochain, contre Champlain-St.Lawrence.

Sortie remarquée
D’autre part, le pilote des Jeannois a fait une sortie médiatique qui a fait des vagues à travers le Québec concernant les parents et le hockey. « Je ne pensais pas que ça allait prendre une telle ampleur », avoue-t-il.

Dans une entrevue radiophonique à KYK FM, puis dans des journaux, il a dénoncé le comportement déplorable de parents envers leurs jeunes hockeyeurs. Fort de 20 ans comme entraîneur de hockey, il citait entre autres le parent qui donne de l’argent à son jeune en fonction des buts comptés. Ainsi, le jeune ne pense plus en fonction du bien de l’équipe, mais à sa satisfaction personnelle d’avoir marqué au moins un but. Il y a bien sûr les parents qui dénigrent leur jeune ou l’utilisation de leur jeune durant un match, les bagarres de parents dans les estrades, etc.

Lundi, il a accordé quatre entrevues à des stations radiophoniques de Québec et un recherchiste du coloré animateur de sport montréalais, Jean-Charles Lajoie, tentait de le joindre pour une entrevue. « J’ai dit ce que je pensais, mais je ne pensais pas que ça allait être aussi gros », confie celui qui a fait les manchettes. Au collégial, j’ai mis les choses au clair dès le début de l’année. Je traite avec des adultes et s’il y a un problème, la porte de mon bureau est ouverte et le jeune n’a qu’à venir me voir. Avec les parents, je parle de n’importe quoi, mais pas de hockey. Ça fait 20 ans que je coache. Il y avait (des parents à problèmes) il y a 20 ans il y en aura encore dans dix ans», estime-t-il à propos de ce problème récurrent. Et ce n’est pas près de se régler puisque certains parents utilisent maintenant les médias sociaux pour se défouler...