Khalil Mack a été acquis samedi dernier par les Bears dans un échange avec les Raiders d'Oakland. Mack a récolté 36,5 sacs depuis 2015, le deuxième plus au total de la NFL.

L'arrivée de Mack ajoute du piquant à la rivalité Bears-Packers

GREEN BAY — Un échange majeur est venu mettre un peu de piquant dans la plus ancienne rivalité de la NFL.

Les Bears de Chicago seront au Lambeau Field dimanche soir, et ils auront avec eux leur nouveau secondeur Khalil Mack, la terreur des quarts. Le match lancera la 100e saison de l’histoire des Packers, tandis que les Bears entameront leur 99e campagne. 

«Quand nous l’avons obtenu, je délirais à l’idée d’avoir à mes côtés un gars qui met autant de pression sur le quart», a dit l’ailier défensif Akiem Hicks. «Ça va être phénoménal.»

Hicks a mené les Bears avec huit sacs et demi l’an dernier. Depuis 2015, Mack est deuxième dans la NFL avec 36 sacs et demi. À l’autre bout de la ligne, l’adversaire devra composer avec le joueur de troisième année Leonard Floyd, qui compte déjà 11 sacs et demi dans la NFL.

Les Packers ont pensé transiger pour acquérir Mack. Maintenant, ils doivent lui faire face. «Disons que j’ai grimacé quand j’ai vu qu’on allait le croiser deux fois par saison», a déclaré Randall Cobb, au sujet de l’ancien des Raiders.

C’est principalement le bloqueur droit Bryan Bulaga qui devra contrer Mack. Le vétéran disputera un premier match depuis une blessure au genou droit en novembre. Au moins, Bulaga a passé un peu de temps au camp d’entraînement. Mack est resté chez lui avant d’être échangé par Oakland.

Même si Matt Nagy n’a pas encore dirigé un match à la tête des Bears, il gère l’arrivée de Mack comme un vieux routier, lui qui demeure un peu flou sur le temps de jeu qu’obtiendra son nouveau venu contre les Packers. 

«Oui, il a de bonnes chances de jouer», a lâché Nagy, ancien coordonnateur à l’attaque des Chiefs nommé pilote des Bears le 8 janvier dernier. «On ne sait pas s’il jouera beaucoup».

Mack, lui, n’a pas été plus loquace, mercredi, lorsqu’il a rencontré les journalistes. «Vous verrez dimanche, sous les lumières du stade.»

Nouvelle cible attrayante

Green Bay pourrait riposter avec les ailiers rapprochés, auxquels se sont ajoutés Jimmy Graham et Marcedes Lewis, en renfort à Lance Kendricks. Une tâche importante : donner assez de temps à un facteur X non négligeable : le quart vedette Aaron Rodgers.

Graham, jadis membre des Seahawks, a déjà montré de la chimie avec Rodgers. Doté d’un gabarit de 6’7”, il pourrait être une cible intéressante, surtout à l’intérieur de la ligne de 20. Les rivaux devront décider à qui accorder le plus d’attention : Graham au milieu, ou Davante Adams à l’extérieur.

«Il peut tout faire sur le terrain», a dit Rodgers à propos de Graham. «Il a un rayon large où il peut faire l’attrapé. Il peut faire beaucoup de choses.»

Les Bears ont déployé de gros efforts pour optimiser le rendement du jeune quart Mitchell Trubisky. Reste à savoir s’il peut livrer la marchandise. «Tout ce que j’ai vu et vécu l’année dernière va me rendre plus à l’aise cette année», a-t-il confié.

Trubisky a récolté 2193 verges en 12 matchs la saison dernière, après que Chicago ait bougé pour le repêcher deuxième. Mais il a inscrit autant d’interceptions que de passes de touché (7).