L’apprentissage de Valérie Maltais

La Baieriveraine Valérie Maltais continue son apprentissage en longue piste et ce fut le cas de sa prestation au 3000m vendredi, lors de la 5e étape de la Coupe du monde tenue à Hamar, en Norvège, où elle a conclu au deuxième rang du groupe B avec un chrono de 4mn10,427.

Si elle est satisfaite de son résultat et du précieux apprentissage acquis, la Baieriveraine l’est moins de son exécution au départ qui n’a pas été suffisamment rapide. «Cela m’a fait dépenser beaucoup d’énergie pour prendre de la vitesse après le premier tour. Maintenant, mes départs vont bien, mais je n’ai pas été vite aujourd’hui par ma faute», a-t-elle indiqué à Sportcom.

L’athlète de 28 ans sera de retour sur l’anneau de glace dimanche pour le 1500 m. «Mon objectif, ce week-end, est de faire de bonnes courses au meilleur de mes capacités et d’évaluer le résultat par la suite. C’est le même depuis le début de la saison. Il y a beaucoup de choses à apprendre encore. Il y a eu la technique et maintenant je me concentre sur la tactique. Ça fait beaucoup de nouvelles choses lorsqu’arrive le moment de la compétition », a ajouté Valérie Maltais qui fait le plein d’expérience en vue de ses premiers mondiaux en longue piste du 7 au 10 février.

Ivanie Blondin d’Ottawa a été la meilleure Canadienne au 3000m alors qu’elle a terminé sixième du premier groupe avec un temps de 4mn06,478. Elle continue donc de faire preuve de constance dans cette distance, ayant déjà décroché trois résultats top-10 durant la première moitié de la saison.

Occupée aux mondiaux

À sa première saison sur longue piste, l’ancienne spécialiste du patinage de vitesse courte piste Valérie Maltais ne croyait pas qu’elle aurait l’occasion de voir son nom sur la liste des inscrites des Championnats du monde par distance individuelle qui seront présentés en Allemagne.

La Saguenéenne aura un horaire chargé la semaine prochaine à Inzell, puisqu’elle prendra part à quatre épreuves: le 3000 m, le 1500 m, la poursuite par équipe et le départ de masse.

«Présentement, tout est fait en fonction des mondiaux puisque c’est la compétition la plus importante cette année. Au début de la saison, je souhaitais m’y rendre sans savoir si j’en avais les capacités. Je suis extrêmement contente et je souhaite faire une performance au meilleur de mes capacités », a-t-elle confié.

+

LE CANADA QUASI PARFAIT EN COURTE PISTE

La délégation canadienne a été presque parfaite lors de la ronde de qualification de la 5e Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste courue à Dresden, Allemagne, la majorité des représentants s’étant qualifiés pour la ronde suivante. 

Kasandra Bradette de Saint-Félicien, dont c’était le retour en compétition, a obtenu son billet pour le 500 m (1re de sa vague) et le premier 1000m ; Samuel Girard de Ferland-et-Boilleau s’est classé pour les mêmes distances, tandis que Claudia Gagnon de La Baie s’est qualifiée pour le premier 1000m de samedi, mais devra passer par le repêchage pour le second 1000m au programme dimanche.

Au relais, Bradette et Gagnon ont contribué à la première place du Canada en quart de finale. Idem pour Girard au relais masculin. En demi-finale du relais féminin, les Canadiennes se mesureront à la Corée du Sud, la Pologne et le Kazakhstan. Chez les hommes, les adversaires de la demi-finale seront le Kazakhstan, le Japon et l’Italie. 

Les finales des épreuves masculines et féminines du 1000 m (1) et du 1500m auront lieu samedi, tandis que celles du 500m et du 1000m (2) suivront dimanche, de même que les trois relais (hommes, femmes et mixtes).