Dawson Mercer et Hendrix Lapierre font partie des 41 joueurs invités par Hockey Canada au camp d’été virtuel de l’équipe nationale junior. En plus d’évoluer chez les Sags, les deux attaquants faisaient partie des cinq meilleurs espoirs de la LHJMQ en vue du repêchage de la LNH qui avaient été invités à Montréal en février dernier. Avec leur coéquipier Raphaël Lavoie (Championnat du monde junior), ils avaient rencontré les médias, en plus d’être présentés à la foule du Centre Bell, avant le match du Canadien contre les Coyotes de l’Arizona.
Dawson Mercer et Hendrix Lapierre font partie des 41 joueurs invités par Hockey Canada au camp d’été virtuel de l’équipe nationale junior. En plus d’évoluer chez les Sags, les deux attaquants faisaient partie des cinq meilleurs espoirs de la LHJMQ en vue du repêchage de la LNH qui avaient été invités à Montréal en février dernier. Avec leur coéquipier Raphaël Lavoie (Championnat du monde junior), ils avaient rencontré les médias, en plus d’être présentés à la foule du Centre Bell, avant le match du Canadien contre les Coyotes de l’Arizona.

Lapierre et Mercer invités au camp d’été virtuel d’Équipe Canada junior

Deux attaquants des Saguenéens de Chicoutimi, Hendrix Lapierre et Dawson Mercer, font partie des 41 joueurs invités au camp estival de développement virtuel de l’équipe nationale junior du Canada, lequel se déroulera du 27 au 31 juillet.

Dans le cas de Lapierre, ce sera une première invitation, tandis que Dawson Mercer en sera à une deuxième participation, lui qui, l’an dernier, avait contribué à la conquête de la médaille d’or par la formation canadienne lors du dernier Championnat du monde junior. Obtenu durant les Fêtes, Dawson Mercer s’est joint aux Saguenéens en compagnie de Raphaël Lavoie qui avait lui aussi joué pour Équipe Canada junior. En 16 matchs avec les Saguenéens, Mercer a récolté 18 points, dont six buts.

Marque de confiance
Pour Lapierre, qui n’a pas disputé de match depuis le 21 novembre 2019, c’est une belle marque de confiance que lui ont témoignée les dirigeants de Hockey Canada en l’invitant. «Je pense que c’est une belle reconnaissance après l’année de misère que j’ai eue», admet le numéro 92 des Saguenéens en entrevue téléphonique.

«C’est très plaisant qu’ils aient pensé à moi et d’avoir eu cette confiance, même si je n’ai pas joué une bonne partie de l’année. Je pense qu’ils savent de quoi je suis capable. L’année précédente, j’avais eu une bonne saison et j’avais connu un bon tournoi Hlinka. Je n’ai pas commencé la saison dernière comme je le voulais, mais ils savent ce que je suis capable de faire et c’est ce que je vais apporter pendant le camp et le début de l’année, en espérant pouvoir faire partie de l’équipe», estime celui qui a tout de même eu le temps de cumuler 17 points en 19 matchs en début de saison et qui s’apprêtait à revenir au jeu avant que la pandémie ne mette fin brutalement à la saison.

Le Gatinois a reçu l’appel de Hockey Canada il y a un peu plus d’une semaine. «J’étais extrêmement content. C’est une belle opportunité de pouvoir représenter le Canada, même si je sais bien que ça n’a pas la même signification, car ce sera un camp en ligne. Mais c’est quand même spécial de se faire inviter parmi tous ces joueurs», note Lapierre qui aura le plaisir de jouer avec son coéquipier Dawson Mercer.

Respect mutuel
Le duo n’avait pas le droit de se parler avant que le communiqué officiel ne soit publié. Mardi, les deux se sont échangés des messages textes pour se féliciter dans un premier temps. «Il le mérite amplement. C’est un gars exceptionnel!», souligne Lapierre.

Le #92 entend bien profiter de l’expérience de Mercer pour bien se préparer. Il n’avait d’ailleurs que de bons mots pour son coéquipier de Terre-Neuve qu’il avait appris à mieux connaître lors de l’invitation des Meilleurs espoirs du repêchage de la LNH en février dernier, à Montréal.

«On était dans la même chambre et on a appris de se connaître. Il venait à peine d’arriver et je lui expliquais un peu ce que c’était Chicoutimi. Et sur la glace, tout le monde le sait. C’est un magicien. Tout le monde sait qu’il est bon, mais c’est aussi un bon gars à l’extérieur de la glace», raconte Lapierre qui a tissé de bons liens avec le #19.

«C’est sûr que je vais lui demander comment ça se passe et quelques conseils, mais d’avoir la chance non seulement d’avoir Dawson comme coéquipier, mais aussi de pouvoir lui parler en dehors de la glace de ces expériences-là, c’est spécial et c’est très plaisant», ajoute l’avant de 18 ans.

Un rêve
Hendrix Lapierre rêve de se tailler une place au sein d’équipe Canada junior. «Ce serait un rêve de pouvoir y aller. Je regarde ce tournoi depuis que j’ai 3-4 ans. D’y aller, ce serait donc incroyable. Si je continue de travailler fort, je vais pouvoir montrer de quel bois je me chauffe en début d’année et je serais peut-être en mesure de me tailler un poste. Je vais faire de mon mieux pour me faire une place dans l’équipe», assure celui qui est déjà reconnu pour son éthique de travail.

Le duo des Saguenéens fait partie des 26 attaquants ayant reçu une invitation. Cinq gardiens de but et 10 défenseurs complètent la liste des joueurs qui assisteront au camp virtuel de cinq jours pour participer à diverses séances qui porteront entre autres sur le développement du joueur et l’éducation en ligne.

Outre Mercer, six autres candidats étaient de la cohorte du dernier mondial junior. Des 41 joueurs en lice, 16 ont été sélectionnés au repêchage 2019 de la LNH et 22 espèrent entendre prononcer leur nom au repêchage 2020. Deux sont admissibles en 2021 et un l’est en 2022, l'attaquant ontarien Shane Wright.