L’Almatois Justin Bergeron poursuit son apprentissage pour une 2e saison au CRCE de Montréal. Cette année, il espère se qualifier pour la finale de la Coupe Canada en mars, laquelle permet de déterminer les athlètes qui feront partie du programme de l’équipe nationale l’an prochain.

L'Almatois Justin Bergeron reluque l’équipe nationale

À sa deuxième saison au Centre régional canadien d’entraînement (CRCE), l’Almatois Justin Bergeron a maintenant les yeux tournés vers l’équipe nationale. Si l’adaptation à son nouvel environnement et à un nouveau programme d’entraînement a été plus ardue l’an dernier, cette année, l’athlète de 17 ans travaille à parfaire les différentes facettes de son sport pour accéder au prochain niveau.

Présent à Saguenay, en fin de semaine, à la 3e étape du circuit provincial Élite, l’Almatois a expliqué qu’il visait surtout à peaufiner ses tactiques et ses stratégies de courses en vue des prochaines compétitions d’envergure nationale. En effet, du 7 au 9 février, il participera à la Coupe Canada 2, à Sherbrooke, où il espère performer afin de faire partie des meilleurs patineurs qui seront invités à participer à la finale de la Coupe Canada, du 13 au 15 mars, à Calgary, en Alberta.

Dans ce dernier cas, seuls les 32 meilleurs patineurs par genre au pays seront conviés et les points qu’ils amasseront au fil des épreuves leur permettront d’améliorer leur classement canadien de fin de saison à partir duquel sont sélectionnés les athlètes de l’équipe nationale (et NextGen) pour la saison suivante.

Lors de la première Coupe Canada, Justin Bergeron avait dû abandonner la compétition après avoir atteint la finale A du 1500 m en raison d’une commotion. Il compte donc se reprendre dans deux semaines pour la Coupe Canada 2 afin de se qualifier pour la grande finale, où il tentera d’obtenir sa place avec l’équipe nationale.

« C’est mon objectif l’an prochain. Je frappe à la porte de l’équipe nationale et nous sommes environ cinq (sur les rangs). Parfois, je bats des gars de l’équipe nationale et ce serait un bel accomplissement », explique le Jeannois, qui a conclu la compétition à Saguenay, avec une médaille d’argent au 500 m et deux médailles de bronze (1000 m et 1500 m).

Cela dit, Bergeron avoue que la première année à Montréal n’a pas été facile. « J’avais de la misère à m’organiser, à bien manger et à me coucher tôt, mais après trois mois, ça se faisait bien, raconte-t-il. Quant aux entraînements, au début je cassais et j’étais un demi-tour en arrière à la fin parce que je faisais un petit volume d’entraînement dans la région par rapport à là-bas. Puis, j’ai commencé à prendre du volume d’entraînement et cette année, je fais des pratiques complètes. »

Karina Montminy

Native de Péribonka, Karina Montminy a elle aussi choisi de poursuivre son développement à Montréal il y a deux ans. Après une première saison au CRCE, la Jeannoise évolue maintenant au club Montréal Ahuntsic et file le parfait bonheur. « Je m’entends bien avec l’entraîneur et on a un beau groupe de patineuses. On s’entend bien », assure celle qui est satisfaite de sa progression.

En fin de semaine, la Jeannoise a conclu avec la médaille de bronze au 500 m après avoir été happée par une patineuse qui a chuté et elle a fini première du groupe B au 1000m.

Sang de bleuet

Quelques patineurs de l’extérieur qui ont pris part à la 3e étape du circuit provincial Élite tenue au centre Georges-Vézina ont du sang de Bleuet qui coule dans leurs veines. Ainsi, on apprend que la photo du podium féminin de la finale A au 1500 m, outre la Chicoutimienne Victoria Gareau, médaillée d’argent, les deux Sherbrookoises sur le podium ont des parents natifs de la région. Ainsi, le père d’Alex Lepage-Farrell, qui a gagné l’or, serait natif de Saint-Félicien tandis que la mère de la médaillée de bronze, Anne-Sophie Bachand, est originaire de Roberval. Idem pour Anne-Clara Belley, médaillée d’argent au 1000 m, dont les deux parents sont du Saguenay–Lac-Saint-Jean.