L’Académie des Saguenéens se déroulera du 10 au 14 août.
L’Académie des Saguenéens se déroulera du 10 au 14 août.

L’Académie des Saguenéens va de l’avant

L’Académie des Saguenéens aura bel et bien lieu en août, confirme l’entraîneur-chef de la formation chicoutimienne de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et responsable de l’école estivale de hockey, Yanick Jean.

« On avait déjà beaucoup d’inscriptions. On va être capables d’assurer une continuité. C’est certain qu’on va faire des ajustements et des choses pour que tout se déroule bien », a-t-il expliqué lors d’un entretien téléphonique pour annoncer qu’il va de l’avant.

« Un moment donné, on a aussi un rôle de relancer les choses après ce virus », a-t-il souligné.

Contrairement à d’autres événements du genre, les responsables de l’Académie des Sags avaient opté pour la patience, au cours des dernières semaines, et d’attendre l’évolution de la situation avec le déconfinement, afin de s’assurer de ne pas prendre de décision précipitée. Avec l’annonce de la réouverture des sites sportifs, dont les arénas, la semaine dernière, l’espoir a été ravivé plus que jamais et Saguenay a ensuite assuré de la disponibilité des glaces à compter du 10 août, dernier élément nécessaire.

« La vision qu’on avait, c’était d’attendre pour voir comment les choses allaient évoluer. C’est pour ça qu’on est en mesure de dire que ça va avoir lieu comme prévu », s’est réjoui Yanick Jean, qui a bon espoir de pouvoir tenir l’événement sur quatre surfaces, comme par les années passées.

Avec l’évolution rapide des choses, Yanick Jean préfère attendre avant de dévoiler le fonctionnement précis de l’Académie des Saguenéens.

« C’est l’objectif, que ce soit la même chose cette année. On pense être capable », a-t-il affirmé, assurant n’avoir jamais sérieusement envisagé l’option d’annuler.

Pour le moment, même si la COVID-19 forcera certainement des ajustements, Yanick Jean préfère attendre quelques semaines avant de dévoiler tous les détails, encore une fois en raison de l’évolution rapide de la situation. Il n’a pas non plus fixé de maximum pour l’école de hockey qui comptait 400 inscriptions l’an dernier, une pleine capacité.

À la fin juillet, tous les gens impliqués participeront à un échange d’idées pour mettre sur papier tous les ajustements avec les données les plus récentes. « On veut éviter d’insinuer des choses au moment où on se parle alors que ça évolue. On le voit depuis quelques semaines que ça évolue de jour en jour et semaine en semaine. Ça ne donne rien de dire maintenant “voici comment ça va se passer”, mais que rendu là, ce n’est plus comme ça. On va s’assurer d’offrir encore un très bon service à nos jeunes », d’assurer Yanick Jean.

Encore une fois, des joueurs actuels et des anciens feront partie du personnel d’entraîneurs. La période d’inscription est en cours sur le site internet de l’Académie des Saguenéens.

Pas rentable pour les Jeannois
Malgré la possibilité d’organiser une école de hockey, Pascal Hudon ne change pas son fusil d’épaule et n’organisera pas l’Académie de hockey des Jeannois du Collège d’Alma, du moins dans sa formule habituelle. Le report de l’événement avait été annoncé à la mi-juin. Il explique que même après les annonces de la semaine dernière et l’ouverture des arénas, les contraintes sont encore trop importantes, notamment pour le nombre de jeunes par groupes et l’accès aux vestiaires. Pascal Hudon s’est posé la question, mais l’incertitude était trop grande et il n’aurait pas été rentable pour l’organisation de tenir l’école de hockey dans de telles circonstances. « Les dernières consignes qu’on avait, je ne sortirais pas gagnant de faire l’Académie », concède-t-il.

Pascal Hudon promet toutefois de réévaluer la situation au début du mois d’août et pourrait organiser des cliniques et des entraînements dans une formule adaptée selon les consignes qui seront en place à ce moment. « On va voir ce qui va se passer, indique Pascal Hudon. Si au début août, tout va bien, on regardera si on ne peut pas se virer de bord sur un dix cents et faire un petit quelque chose quand même. »