La relève canadienne se porte bien

La 13e édition du Challenger Banque Nationale de Saguenay s’est terminée sur une excellente note, alors que le tournoi a couronné la Torontoise Katherine Sebov à l’issue de la finale en simple. Un premier titre canadien en simple depuis 2010, alors que la Vancouvéroise Rebecca Marino avait ravi les grands honneurs.

« Nous avons connu une formidable semaine avec du tennis de gros calibre », a résumé Jean Delisle, président du comité organisateur local du Challenger à l’issue de la finale. Ce dernier souligne que les amateurs de tennis présents cette semaine ont pu constater que la relève canadienne se porte bien.

M. Delisle cite en effet les « belles découvertes » de la semaine, soit les jeunes Jada Bui, 16 ans, tombeuse de la 5e tête de série, et Alexandra Vagramov, 17 ans, qui a eu le meilleur sur une Américaine ayant presque 600 rangs de mieux qu’elle. 

« Je pense que la relève canadienne commence à être sérieuse. On a eu la chance de voir six Canadiennes dans le tableau principal, dont quatre étaient âgées de 19 ans et moins. Alors ça promet ! », a fait valoir M. Delisle en mentionnant que la Lavalloise Leylah Annie Fernandez, absente à Saguenay, fait aussi partie des beaux joyaux de la relève. « On va voir du beau tennis dans les années à venir », a lancé le président du comité organisateur.

« Chaque année, il y a toujours des révélations et cette année n’a pas fait exception », a-t-il poursuivi. Outre les jeunes Canadiennes, le public a aussi pu découvrir la jeune sensation de l’Ukraine, Dasha Lopatetskya, à peine 15 ans, qui s’est inclinée en demi-finale contre la nouvelle reine de l’édition 2018. Ce sera assurément un nom à surveiller et les spectateurs de Saguenay pourront se vanter d’être parmi les premiers à l’avoir vu de ce côté-ci de l’Atlantique. 

Nouveau format

L’organisation locale aura un beau défi à relever l’an prochain, alors que le tournoi adoptera le nouveau format mis de l’avant par la Fédération internationale de tennis (ITF). L’actuel format du tournoi faisait en sorte que le premier week-end était consacré aux qualifications. Avec la nouvelle formule, le nombre de jours de tournoi sera réduit puisque les qualifications s’amorceront à compter du lundi.

« Au lieu de se dérouler du samedi au dimanche du week-end suivant, le tournoi va se passer du lundi au dimanche. Le tableau des qualifications sera limité à 24 joueuses admises en qualifications au lieu de 32, mais le tableau principal restera le même avec 32 joueuses », explique Francis Milloy de Tennis Canada, directeur du tournoi.

Les effets de ce nouveau format se traduiront par des journées un peu plus condensées en début de semaine, car il y aura plus de matchs à jouer. Mais dans le cas du Challenger de Saguenay, comme il s’agit d’un tournoi intérieur, ça ne l’affectera pas trop », avance-t-il.

L’un des principaux avantages de ce nouveau format se situe au niveau de l’accessibilité aux tournois. « Ça devrait permettre d’éviter qu’un joueur soit pénalisé parce qu’il se rend trop loin dans un tournoi, de sorte qu’il ne peut jouer le tournoi qu’il avait prévu pour la semaine suivante. On en a l’exemple parfait ici, avec la jeune Ukrainienne Dasha Lopatetskya. »

En effet, si cette dernière n’avait pas remporté son match de quart de finale vendredi, elle n’aurait pas pu prendre part aux qualifications du tournoi de Toronto. En ayant gagné, elle a eu droit à une exemption spéciale.

Défi

Pour le comité organisateur local, le nouveau format représente un défi. « Ça change la donne parce qu’on commencera plus les qualifications le lundi. On se pose des questions sur le montage du deuxième groupe de gradins. Habituellement, on les montait le mardi soir. Est-ce qu’on devra les monter le mercredi ? Il faudra voir », s’interroge le président Delisle.

Ce dernier a également profité de la tribune de dimanche pour remercier tous les nombreux partenaires et commanditaires qui permettent de tenir un tel événement dans la région, ainsi que la centaine de bénévoles, les familles d’accueil, les médias et bien sûr, les amateurs de tennis qui sont fidèles au rendez-vous.

+

SUR LES LIGNES DE CÔTÉS...

• Les finalistes du tournoi, tant en simple qu’en double, ont chacune reçu un livre souvenir du Saguenay, ainsi que des bijoux (boucles d’oreilles ou pendentifs) en forme de bleuet...

• Samedi, l’organisation du Challenger Banque Nationale de Saguenay a remis des bourses à la relève régionale du tennis. Ainsi, Alex-Antoine Marquis et Maxime Mareschal-Hay ont reçu chacun une bourse de 500 $. De plus, la bourse Adrien Brassard, nommée en l’honneur de ce regretté pilier de l’organisation, a permis de remettre une bourse de 1500 $ au programme sport-études en tennis. Un coup de pouce apprécié pour les jeunes du programme qui prennent part à divers tournois aux quatre coins de la province, entre autres...

• Le tournoi de Saguenay gagne de plus en plus d’amateurs de tennis. Cette semaine, de belles foules ont assisté aux programmes offerts durant la journée et en soirée...