Firmin Launière, Marie-Claude Riverin, Yan Riverin, Roger Vachon et Gilbert Dominique forment la première équipe entièrement autochtone du Grand défi Pierre Lavoie. Ils posent ici avec le drapeau innu.

La quête de Roger Vachon

Les communautés autochtones auraient-ils trouvé leur version innue de Pierre Lavoie? À écouter la vision que partage Roger Vachon, tout porte à croire que oui.

M. Vachon, de la réserve indienne Uashat mak Mani-Utenam, située non loin de Sept-Îles sur la Côte-Nord, est derrière la création de la toute première équipe 100 pour cent autochtone à participer au Grand défi Pierre Lavoie.

La formation Mamu, qui signifie «ensemble» en innu, compte dans ses rangs cinq Innus, dont Roger Vachon. Les autres sont Gilbert Dominique (ancien chef de bande) et Firmin Launière, de Mashteuiatsh, ainsi que Yan Riverin et Marie-Claude Riverin, un couple de Pessamit.

«Lors d’une rencontre avec Pierre Lavoie, je lui ai suggéré de former une équipe entièrement autochtone, a mis en contexte Roger Vachon. Au départ, on était censé être impliqué avec le chirurgien innu Stanley Vollant, mais il ne pouvait pas. J’ai dit à Pierre de nous donner une équipe quand même, qu’on allait s’arranger.»

La collègue Johanne Saint-Pierre avait d’ailleurs rédigé un papier, en novembre dernier, sur la volonté du Dr Vollant de former une équipe autochtone au GDPL. Le projet, même s’il a connu des modifications au fil des mois, s’est concrétisé.

«Ce qu’on vit ici, c’est malade, a réagi Roger Vachon avec enthousiasme. Et ce qu’on a vécu à Mashteuiatsh, c’était quelque chose de très émouvant. Je n’ai jamais été aussi fier d’être Innu.»

Reprise en mains
Roger Vachon est aujourd’hui un modèle et une référence en course à pied pour plusieurs communautés autochtones. Ce ne fut toutefois pas toujours le cas. À environ 240 livres au tournant de la quarantaine, il décide de se reprendre en main. La course est devenue son nouveau mode de vie.

Il a ajouté le vélo au fil des ans et il pèse environ 150 livres. «Je n’ai jamais été aussi en forme et aussi heureux», a signalé le principal intéressé.

Fondateur du marathon Mamu à Sept-Îles et de plusieurs autres événements sportifs, Roger Vachon souhaite créer une entreprise consultative axée sur la promotion des saines habitudes de vie.

«C’est ce que j’ai le goût de faire et Pierre Lavoie a dit qu’il allait travailler avec moi. J’en suis très fier», a raconté Roger Vachon, préoccupé par l’état de santé au sein des communautés.

«Ce qui m’inquiète beaucoup actuellement, c’est l’embonpoint et le diabète, qui tue beaucoup. Stanley Vollant croit que d’ici les 10 prochaines années, huit personnes de notre communauté sur 10 vont être atteintes du diabète. Ce que j’ai le goût de faire, c’est d’aider les gens. J’aime ça et c’est ce que je veux transmettre avant de partir.»