Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le défenseur de Roberval Samuel Girard est félicité par ses coéquipiers, lui qui a marqué le premier but des siens, samedi, contre les Golden Knights, alors que l’Avalanche portait le chandail rétro avec le logo des Nordiques de Québec.
Le défenseur de Roberval Samuel Girard est félicité par ses coéquipiers, lui qui a marqué le premier but des siens, samedi, contre les Golden Knights, alors que l’Avalanche portait le chandail rétro avec le logo des Nordiques de Québec.

La mère de Samuel Girard aux anges: un but de fiston avec le logo des Nordiques

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La mère du défenseur de l’Avalanche du Colorado Samuel Girard, Guylaine Dion, a vécu un scénario de rêve, samedi, pendant qu’elle regardait le match opposant l’Avalanche aux Golden Knights de Vegas dans le magnifique décor du lac Tahoe à cheval sur la frontière entre la Californie et le Nevada.

En plus de revoir le logo de ses Nordiques de Québec sur le chandail rétro que revêtait l’Avalanche pour ce match en plein air, Mme Dion avait hâte de voir comment son petit dernier s’était remis de la COVID-19 qui lui avait fait rater les deux derniers matchs. Non seulement le Robervalois a réussi son retour au jeu, mais il a en plus marqué le premier but des siens, moins de trois minutes après le début de la rencontre.

Lors d’une visite à son fils Samuel Girard à Denver, Guylaine Dion en avait profité pour se faire photographier avec le DG de l’Avalanche, Joe Sakic, son idole lorsqu’il était avec les Nordiques de Québec.

Du même coup, celui qu’on surnomme la « tornade » de Roberval est devenu le premier Québécois à marquer un but dans la LNH avec le logo des Nordiques sur son chandail, depuis le départ du fleurdelisé de la Belle province en 1995.

Les Girard ont vu leur souhait exaucé, car il en est fallu de peu pour que Samuel ne puisse prendre part au match avec le chandail d’antan. Finalement, vendredi, Samuel les a contactés pour leur dire que le protocole était terminé et qu’il avait réussi les tests pour le retour au jeu.

Samuel Girard a réussi son retour au jeu avec l’Avalanche samedi. Le chandail rétro des Nordiques lui a été favorable puisqu’il a marqué le premier but des siens dans une victoire de 3-2 contre les Golden Knight de Vegas dans le magnifique décor du lac Tahoe en Californie.

« Il savait que samedi, il n’aurait pas grand temps de glace. Son coach l’avait averti de ne pas se surprendre, qu’il allait peut-être jouer un 10-12 minutes au lieu de la vingtaine habituelle. Finalement, il a fini le match avec 21 minutes, souligne fièrement sa maman. Samuel, c’est son éthique. Quand il revient, dans sa tête, il veut leur montrer qu’il est capable de jouer même s’il effectue un retour et qu’il n’est pas au sommet de sa forme. »

Après la première période, le match a été suspendu en raison du piètre état de la glace et finalement, les deux autres périodes ont été jouées neuf heures plus tard. Après la première période, Samuel a téléphoné à ses parents pour les aviser que le match allait reprendre à minuit.

Après avoir rassuré ses parents sur sa santé et reçu leurs félicitations pour son but, il leur a dit: « Ouais, “tsé”, jouer avec un chandail des Nordiques, qui de mieux qu’un Québécois pour le “scorer”! » Les parents ont mis le cadran à minuit pour pouvoir écouter la suite du match et ils se sont couchés à 2h du matin.

« On a écouté le match à NBC et on s’est couché à 2h. On était bien fiers de lui. C’est comme un rêve! C’était mon équipe, et aujourd’hui, il joue (avec le logo d’antan) et en plus, il compte un but. Il a fait mon année! On n’a pas eu une super de belle année, mais en tout cas, il y met un baume et il vient de me “starter” la nouvelle du bon pied », lance-t-elle, comblée. « J’ai dit à Sam, là, ce maillot-là, tu le gardes à Bibi! C’est à maman, ça! » Ce à quoi fiston a répondu en riant: « Ben oui, inquiète-toi pas, tu vas l’avoir ton chandail. »

La fierté de Péribonka et ancienne vedette des Nordiques, Michel Goulet, a communiqué avec eux pour partager ce beau moment. Comme il vit encore à Denver, il est en contact avec les parents de Samuel.

« Chaque fois qu’on y va, on l’appelle. C’est vraiment un gentleman et c’est quelqu’un qui s’entend encore bien avec Joe (Sakic), même s’il ne travaille plus pour l’organisation. Il est toujours ouvert à ce qu’on aille prendre une bouchée ou un verre ensemble. Après la première période, Michel avait texté à mon conjoint : “Quoi de mieux que le bon retour du kid, avec un but dans le beau chandail des Nordiques? La mère doit être contente!” », raconte-t-elle en riant.

Bien sûr, lorsqu’elle et Tony, le père de Samuel, sont allés marcher le 5 km au Village sur glace dimanche, les gens les arrêtaient pour leur parler du but de Samuel, que c’était le fun que ce soit le premier but compté par un Québécois depuis 1995 dans cet uniforme et que ce soit lui qui l’ait compté.

Maintenant, la maman espère que son prochain rêve se réalisera. Elle en a fait part à son fils: « Il manque seulement que tu gagnes la Coupe Stanley et que tu redescendes ici, avec le gros trophée. Si tu fais ça, je te fais faire un chandail moitié Avalanche, moitié Nordiques, et après ça, tu vas pouvoir la parader, ta coupe! »