Les participants à la randonnée cycliste des Cols du fjord ont entamé leur périple vendredi matin.

La fin de semaine de l'année!

CHRONIQUE / Nous voici arrivés à ma période de l'année préférée : la première fin de semaine du mois d'août, marquée par la désormais traditionnelle randonnée cycliste des Cols du fjord.
La vue du belvédère de L'Anse de Tabatière est tout simplement à couper le souffle.
J'ai goûté à cette expérience il y a deux ans et l'an passé. L'édition 2017, qui a débuté vendredi de l'Hôtel Chicoutimi, est donc ma troisième expérience. Honnêtement, lorsque je devrai faire l'impasse sur cette aventure à un moment ou un autre, je vivrai probablement un grand deuil.
J'exagère, mais à peine.
Pour faire un petit résumé rapide des Cols, on part de Chicoutimi le vendredi en direction du mont Édouard à L'Anse-Saint-Jean, avec quelques petites options qui nous permettent d'ajouter des kilomètres et, surtout, du dénivelé dans les pattes.
Samedi, on quitte L'Anse-Saint-Jean vers Tadoussac, en incluant une traversée à partir de Baie-Sainte-Catherine. La vue sur l'embouchure du Saguenay/Saint-Laurent est exceptionnelle.
Dimanche, on revient au Saguenay en empruntant majoritairement la route 172. En ajoutant les options, on peut atteindre à peu près 350 kilomètres et environ 5000 mètres d'ascension.
Au moment d'écrire ces lignes, tout le monde a posé pied à terre à la Maison du Vébron de L'Anse-Saint-Jean, située tout près de la station de ski du mont Édouard.
Mon compteur affiche près de 120 kilomètres et 1900 mètres de dénivelé positif. Tout a été comme sur des roulettes. Les jambes étaient bonnes, mais mon vélo m'a exigé de le ploguer dans ma chronique. Beaucoup de crédit lui revient. Excusez-la...
Petit extra cette année, le chemin Saint-Bruno à La Baie, mieux connu sous le nom du « Lac à poche », une suggestion de Philippe Gagnon. Un participant appelait le trajet « Lac à LA poche ». Le « la » est superflu. Il a vite été ramené à l'ordre.
Plusieurs d'entre nous avons emprunté le chemin des Battures, communément appelé le vieux chemin de Saint-Félix-d'Otis.
Le point culminant de la journée de vendredi a toutefois été la montée jusqu'à L'Anse de Tabatière à L'Anse-Saint-Jean. Quel décor, c'est assez impressionnant ! Le fjord du Saguenay dans toute sa splendeur. À vélo ou en auto, il faut absolument s'y rendre ou y retourner.
J'ai eu la chance de rouler avec du très bon monde. D'ailleurs, la légende raconte que quiconque fait du vélo est une bonne personne. Il faut souligner la forte représentativité septilienne, alors qu'une bonne dizaine de participants sont de Sept-Îles.
Où sont les Bleuets ?
Fait plus qu'intéressant, 98 pour cent des participants des Cols du fjord proviennent de l'extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean, du moins selon les chiffres de l'organisation. On n'est qu'une petite poignée de cyclistes qui sont originaires de la région, et c'est exactement l'objectif des organisateurs Éric Larouche et Philippe Gagnon. Faire découvrir la Véloroute du fjord à un maximum de gens, dont ceux de l'extérieur.
Tant mieux pour eux, mission accomplie. Sauf que gens de la région, vous ne savez pas ce que vous manquez ! Je comprends tout à fait que plusieurs ont déjà fait le trajet par leurs propres moyens, bagages accrochés sur le vélo ou toute autre solution, mais pouvoir profiter de ce majestueux parcours la tête exemptée de tout tracas, c'est quand même pas rien.
L'invitation est donc lancée pour l'an prochain, chers Bleuets ! Mais laissez un peu de place aux autres, les places sont limitées.Je me dois en terminant de lever mon chapeau (ou mon casque de vélo) aux organisateurs et bénévoles des Cols du fjord. On est traité aux petits oignons, on ne manque de rien, on mange bien, on boit bien et on s'amuse comme des fous. Vraiment, bravo.
Alors, on se voit l'an prochain ?