Quelque 5300 jeunes ont pris le départ de Québec, samedi matin.

La Course du Grand défi Pierre Lavoie bat son plein

La Course du Grand défi Pierre Lavoie s'est mise en branle samedi, à Québec. Plus de 5300 jeunes, dont 40 du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de niveau secondaire, collégial et universitaire, ont quitté la Capitale nationale en direction de Montréal, où l'arrivée est prévue dimanche après-midi, au Stade olympique.
Pierre Lavoie a pris la parole avant le lancement de la Course du Grand défi.
Pas moins de 140 établissements scolaires sont représentés à la Course du Grand défi Pierre Lavoie.
En un peu plus de 24 heures, ces jeunes athlètes vont parcourir environ 270 kilomètres à relais. Pour cette cinquième édition, 140 écoles sont impliquées, soit 15 de plus que l'an dernier. En plus des jeunes, 900 accompagnateurs sont présents à l'événement. Le comédien Guillaume Lemay-Thivierge a lancé les festivités avec un spectaculaire saut en parachute, samedi matin, en se posant dans le centre-ville de Québec. Bien entendu, Pierre Lavoie est également présent.
«Encore une fois cette année, l'ambiance qui se dégage des jeunes est très positive, a fait remarquer la directrice des communications du Grand défi, Stéphanie Charette, jointe par téléphone en début de soirée samedi. Partout où on arrête, les gens nous reçoivent avec beaucoup d'énergie. On sent vraiment la magie de l'événement.»
Stéphanie Charette se réjouissait tout autant du respect des délais, un facteur déterminant dans la réussite de l'activité. Mis à part un arrêt un peu plus long à Trois-Rivières prévu aux alentours de 22h samedi, les participants courraient sans arrêt. La légère pluie qui tombait en début de soirée n'a d'ailleurs pas semblé calmé les ardeurs des coureurs et de l'organisation du Grand défi Pierre Lavoie.
Le Cégep de Saint-Félicien, l'école secondaire Jean-Gauthier, la Polyvalente Arvida, l'école secondaire Kénogami, la polyvalente des Quatre-Vents de Saint-Félicien, la polyvalente Jean-Dolbeau et le Séminaire de Chicoutimi sont les établissements scolaires de la région à avoir déployés des étudiants.