Martin Pouliot a pu soulever la coupe Stanley en juin dernier quand les Capitals ont remporté la finale des séries de la Ligue nationale face aux Golden Knights de Vegas. Le recruteur pour la formation de Washington passera quelques heures avec la coupe le 25 novembre, ce qui le mènera au Saguenay pour une activité publique.

La coupe Stanley viendra au Saguenay

Le temps de quelques heures, le 25 novembre, l’emblématique coupe Stanley effectuera un petit détour par le Saguenay ! Recruteur depuis une vingtaine d’années avec les Capitals de Washington, Martin Pouliot profitera de sa journée avec le précieux trophée remis aux champions des séries dans la Ligue nationale de hockey d’abord dans sa ville natale de Québec avant de se diriger vers le Saguenay.

L’horaire précis reste à déterminer au cours des prochains jours, mais celui qui est également entraîneur des Voyageurs de Saguenay, de la Ligue de baseball élite du Québec, participera à une activité publique à l’aréna Marc Simoneau de Beauport, où il a grandi.

Après un dîner avec amis et membres de sa famille, il traversera la Réserve faunique des Laurentides avec la coupe Stanley à bord pour un autre bain de foule. « Je pense que je l’ai de midi à minuit. Je vais essayer de l’étirer si le party est pogné », annonce-t-il en riant, rappelant que les deux gardes du corps du trophée feront également le voyage jusqu’au Saguenay.

Merci

C’est avant tout pour remercier les amateurs de baseball de la région qui ont supporté massivement son équipe durant la dernière saison que Martin Pouliot a décidé de passer une partie de cette journée spéciale au Saguenay. En discutant également avec quelques personnes ayant une bonne mémoire au cours des derniers mois, il s’est aperçu que la région n’avait pas reçu la coupe depuis un bon moment. Sa dernière présence remonte à la dernière conquête du Canadien de Montréal, en 1993.

« Je me trouve privilégié d’avoir cette chance de redonner à nos supporteurs qui nous ont fait vivre de belles émotions et pouvoir jouer devant un stade plein », de témoigner Martin Pouliot qui a bien hâte de voir l’effervescence provoquée par cette visite bien spéciale.

« Ça va être le fun pour les jeunes, mais aussi pour les plus vieux. Ce n’est pas tout le monde qui a la chance de voir la vraie coupe Stanley en personne. Ils vont pouvoir se faire photographier. Ça va leur faire un beau souvenir. Ça va être le fun. Je veux essayer d’en faire profiter le plus de gens possible et ne pas garder ça seulement pour moi », fait valoir Martin Pouliot, qui a su la semaine dernière qu’il aurait le privilège de passer quelques heures pour la première fois avec la coupe Stanley.

« J’ai eu ma date à ce moment. J’attendais d’avoir la confirmation de la Ligue nationale pour en parler, indique-t-il. Je pensais que je ne l’avais pas. Plusieurs médias provinciaux et régionaux me demandaient si j’allais amener la coupe. Je disais non parce que je ne croyais pas être dans le processus. »

+

POULIOT NE POUVAIT DEMANDER MIEUX 

Martin Pouliot ne pouvait demander un meilleur dénouement lors de la réunion des directeurs généraux de la Ligue de baseball junior élite du Québec qui se déroulait à Laval samedi dernier. 

Ses homologues ont accepté le principe d’un repêchage avec des territoires libres, son cheval de bataille depuis son retour dans le circuit provincial en 2015. 

La proposition reste à être entérinée par les gouverneurs de la LBJEQ lors d’une prochaine réunion, mais Martin Pouliot est sorti très encouragé pour la suite des choses. Auparavant, pour le repêchage des joueurs de 17 ans, qui se déroulait également samedi, les équipes pouvaient protéger deux joueurs sur des territoires leur appartenant, ce qui devrait être éliminé à court et moyen terme. 

Pour Saguenay, ce repêchage se déroulait avec les deux formations de Québec, les Alouettes de Charlesbourg et les Diamants de Québec. Lors des prochaines années, la quatrième équipe de la division Sun Life, les Aigles de Trois-Rivières, devrait également être incluse dans ce repêchage. 

«J’ai fait mon plaidoyer autres autres directeurs généraux, le même que je fais depuis trois ans, mais le gros du travail revient au président Rodger Brulotte. Comme tout meneur, quand il veut de quoi, il va réussir à le faire passer. Il semble ouvert à ça. On a eu une réunion très positive», de confier Martin Pouliot, estimant que ces nouvelles règles assureront la viabilité des petits marchés ainsi qu’une plus grande parité. 

Lors du repêchage, l’entraîneur des Voyageurs a sélectionné un total de six joueurs, dont les joueurs régionaux William Pichette (voltigeur) et Mathieu Cyr (receveur-1er but) qui évoluaient tous deux l’an dernier avec la formation midget AAA. Il estime notamment avoir fait le plein de vitesse lors de l’exercice.