La Commission des sports refuse la consultation

La nouvelle Association du hockey mineur de Saguenay (AHMS) n’aura pas à tenir une consultation auprès des membres des organisations de Chicoutimi, Jonquière et La Baie. Le point litigieux a été soumis à la Commission des sports de Saguenay et après discussions, il a été convenu de laisser le processus de fusion actuel poursuivre son cours.

Joint mardi soir, le conseiller et président de la Commission des sports, Michel Thiffault, a expliqué qu’à la lumière des explications obtenues, il a été décidé de laisser le processus suivre son cours.

«Il a été décidé que l’AHMS va poursuivre son mandat et qu’elle rencontrera les trois associations de hockey mineur d’ici les trois prochaines semaines pour donner le plus d’informations possible. À la Commission des sports, on nous a fait valoir que (la fusion) était positive et apportait beaucoup de belles retombées pour les jeunes et leur développement, dont l’Académie des Sags annoncée lundi. Je suis conscient que ça représente un gros changement, mais on n’a pas le choix d’aller de l’avant dans ce dossier. Ils travaillent pour trouver les meilleures solutions possible, mais ils ne peuvent pas revenir en arrière.»

Lundi soir, à l’issue de la séance du conseil, Michel Thiffault s’était engagé auprès des deux représentants des parents du Hockey mineur de Chicoutimi à soumettre la demande de consultation à l’ordre du jour de la commission, sans rien promettre de plus toutefois.

Le président de la Commission des sports est conscient que plusieurs parents seront déçus et comprend les problèmes de transport invoqués. «Mais on n’a pas le choix, on ne peut pas reculer. Il faut aller de l’avant. Par contre, on leur a dit qu’ils devront améliorer leurs communications, car il y a eu des manques à ce niveau-là», a-t-il conclu.

Silence
Dans un autre ordre d’idées, le couvercle du silence a été mis sur les dossiers du soccerdôme et du Centre Georges-Vézina. Michel Thiffault a indiqué que lors de la réunion de la Commission des sports, il a été convenu que seule la mairesse Josée Néron se chargera de faire les déclarations publiques concernant ces dossiers d’ici à ce que les décisions soient prises.

Chicoutimi tiendra une assemblée le 25 février

Peu importe la décision de la Commission des sports, les parents de l’Association du hockey mineur de Chicoutimi seront invités à se prononcer sur le processus de fusion en cours le 25 février, à l’occasion d’une assemblée générale. Ainsi en ont décidé les membres du conseil d’administration réunis lundi soir.

Quelle sera la question formulée ? Est-ce qu’elle comportera deux volets, l’un portant sur la fusion administrative et l’autre sur le hockey comme tel ? Impossible de savoir pour l’instant. Le président de l’organisme, Bruce Aziz, a indiqué qu’un comité serait formé pour rédiger la ou les questions et que le tout devra ensuite obtenir l’approbation du conseil d’administration avant d’être présenté aux membres.

« (Lundi), le CA a décidé d’aller en assemblée générale le 25 février, mais aussi que nous allons rester à la table du regroupement pour faire valoir nos points » a résumé M. Aziz. Ce dernier a rappelé que « les parents ne sont pas contre la fusion administrative, mais c’est au niveau hockey qu’on dit (au regroupement) que ça ne fonctionne pas, parce qu’il y a de nouvelles règles et de nouvelles données qui s’en viennent, dont ils devront tenir compte. Ils sont en train de brûler le dossier avec ça. »

Le président Aziz souligne que tout n’est pas négatif dans ce dossier. Sur le plan administratif, la création de l’Académie des Sags est l’une des retombées positives du regroupement, cite-t-il en exemple. Mais là où ça ne passe pas, c’est vraiment au niveau hockey où les informations restent trop floues. Pour cet aspect de la fusion, l’association de Chicoutimi souhaiterait, sans jeu de mots, que le volet hockey soit mis sur la glace pour l’instant.