En demi-finale, la Torontoise Katherine Sebov a connu une baisse de régime en deuxième manche avant de revenir en force pour l’emporter 6-2, 1-6 et 6-2 aux dépens de la jeune Ukrainienne, Dasah Lopatetskya.

La Canadienne Katherine Sebov bataillera en finale

La Torontoise Katherine Sebov tentera de mettre la main sur le titre de la 13e édition du Challenger Banque Nationale de Saguenay, dimanche, à compter de midi, alors qu’elle affrontera en finale la Néerlandaise Quirine Lemoine, une gauchère, tombeuse de l’Ontarienne Bianca Andreescu qui a dû déclarer forfait en raison de douleurs au dos.

Sebov, qui avait été impériale la veille en montrant la sortie à la première tête de série en deux manches identiques de 6-1, a eu beaucoup plus de difficulté en demi-finale face à la jeune sensation du tournoi, Dasha Lopatetskya. Si la Canadienne de 19 ans a aisément remporté la manche initiale 6-2, les rôles se sont inversés en deuxième. L’impressionnante Ukrainienne âgée d’à peine 15 ans a su relever son jeu pour s’imposer 6-1 sur Sebov dans la deuxième manche. Cette dernière a retrouvé son aplomb lors de la manche décisive. Menant 3-2, elle a brisé son adversaire pour filer vers la victoire en s’imposant à nouveau 6-2.

Les amateurs de tennis de la région devront retenir le nom de l’Ukrainienne Dasha Lopatetskaya. Issue des qualifications, la jeune joueuse de 15 ans a épaté la galerie en l’emportant contre des adversaires beaucoup plus expérimentées, dont les 4e et 6e têtes de série du Challenger Banque Nationale de Saguenay. Elle s’est inclinée samedi en demi-finale et a aussitôt plié bagage pour Toronto où se déroule l’autre tournoi doté d’une bourse de 60 000 $ US.

Finaliste du Challenger de Granby à l'été 2017, Katherine Sebov prendra part à sa deuxième finale professionnelle en carrière pour un tournoi de ce calibre. «Je suis vraiment contente de ce que j’ai accompli et si je gagne, ce sera un bonus», a-t-elle commenté après sa victoire.

Concernant la remontée de sa rivale en deuxième manche, Sebov a expliqué que Lopatetskya avait relevé son jeu.  «Elle servait avec plus de profondeur pendant que je connaissais un manque de concentration et d’énergie et que mes volées ne fonctionnaient plus. Pour la troisième manche, je me suis motivée mentalement et physiquement pour me relancer, surtout en début de manche, pour retrouver mes repères et les choses sont devenues plus faciles par la suite.»

La Canadienne Katherine Sebov a eu besoin de trois manches pour venir à bout de la jeune Ukrainienne Dasha Lopatetskya. Les deux jeunes femmes se sont serré la main après un peu plus d’une heure trente d’effort.

Malgré la jeunesse et l’inexpérience de sa rivale qui n’en était qu’à son troisième tournoi professionnel, Sebov estime que ce fut son deuxième duel le plus difficile de la semaine, le plus ardu ayant été son match du premier tour contre la Belge Kimberley Zimmermann, 8e tête de série. Dans ce dernier cas, la Torontoise avait perdu la première manche 0-6 avant de réussir à renverser la vapeur pour gagner les deux derniers.

Rappelons que Rebecca Marino est la seule Canadienne à avoir remporté la finale du Challenger de Saguenay. C’était en 2010...

Quirine Lemoine

Forfait d’Andreescu

L’autre Canadienne en demi-finale, Bianca Andreescu, n’a pas connu l’issue souhaitée. Finaliste en 2016 à Saguenay, l’Ontarienne de 18 ans a encore une fois dû composer avec des maux de dos. Elle a tenu son bout face à la Néerlandaise Quirine Lemoine, mais cette dernière a eu le dernier mot en bris d’égalité pour remporter la première manche 7-6 (4). Comme elle l’avait fait vendredi en quart de finale, Andreescu a sollicité un traitement du physiothérapeute dans l’espoir de poursuivre son combat, mais ce fut peine perdue. Lemoine, une gauchère, gardait sa balle basse, de sorte que la Canadienne devait constamment se pencher pour les retourner. Après la première manche, la Néerlandaise a remporté les deux premiers jeux avant qu’Andreescu ne déclare forfait.

À nouveau ennuyée par des maux de dos, l’Ontarienne Bianca Andreescu a sollicité un traitement de physio après la première manche de la demi-finale du Challenger Banque Nationale de Saguenay. Vendredi, ça l’avait aidée à retrouver son élan pour remporter le quart de finale, mais cette fois-ci, le miracle n’a pas eu lieu.

L’athlète de Mississauga était évidemment très déçue d’avoir dû lancer la serviette et assure que même si elle avait remporté la première manche, elle aurait été incapable de disputer la seconde. «J’ai donné le meilleur de moi-même sur le court, j’ai bien joué, mais parfois, il faut savoir choisir ses combats. Je ne voulais pas aggraver ma blessure et me retrouver à l’écart du jeu pour encore deux mois comme ç’a été le cas récemment», a indiqué la jeune femme qui espérait que le court repos allait lui permettre d’être en mesure de participer au tournoi de Toronto qui vient de s’amorcer.

+ MOORE ET PERRIN GAGNENT LE DOUBLE

Deux duos aguerris se sont affrontés en finale du double du Challenger Banque Nationale de Saguenay samedi. Toutefois, ce sont les Européennes Tara Moore et Conny Perrin qui ont eu le meilleur en super bris d’égalité sur le tandem composé de la Torontoise Sharon Fichman et de l’Américaine Maria Sanchez.  

Troisièmes têtes de série, Tara Moore (Grande-Bretagne) et Conny Perrin (Suisse) se sont imposées 6-0 en première manche avant de concéder la deuxième 5-7. Il a donc fallu se rendre au super bris d’égalité pour trancher le débat. Moore et Perrin l’ont emporté 10-7 pour soulever le trophée des championnes du double 2018. Pour Moore et Perrin, il s’agit du troisième trophée de leur association.

En entrevue, Conny Perrin a expliqué qu’elle en était à sa première présence à Saguenay, tandis que sa coéquipière en était à sa deuxième participation. C’est d’ailleurs Moore qui l’a incitée à venir au Canada. 

«Elle m’a parlé en bien des tournois au Canada et ça pouvait s’inscrire dans ma planification. Pour une première expérience, j’étais vraiment super contente même si, bien sûr, j’aurais aimé faire mieux en simple (elle a perdu en quart de finale). J’ai trouvé que le tournoi est très bien organisé et que les gens de l’organisation se sont bien occupés de nous», a commenté en français la joueuse suisse qui joue régulièrement en double avec Moore. 

«Sauf que cette année, nous n’avons pas beaucoup joué ensemble parce que j’ai fait d’autres tournois. Mais c’est toujours spécial de jouer avec Tara parce qu’on se connaît bien. Je crois que c’est notre deuxième titre cette année», ajoute celle qui espère qu’elles réitéreront leur exploit à Toronto cette semaine.

Après deux ans d’absence, la Torontoise Sharon Fichman (à gauche) a repris du service il y a deux mois. Saguenay représentait son 4e tournoi depuis son retour au jeu. Un beau retour puisqu’elle et sa partenaire de double, l’Américaine Maria Sanchez, se sont inclinées en grande finale 0-6, 7-5 et 7-10.

Fichman la résiliente

Pour la Canadienne Sharon Fichman, le tournoi de Saguenay s’inscrit dans un processus de retour au jeu après deux ans d’absence. En entrevue, la Torontoise de 27 ans confirme qu’elle n’avait pas envisagé reprendre du service, mais elle a décidé de retourner sur les courts non seulement parce qu’elle le souhaite, mais aussi parce que son amoureux a été une grande source d’inspiration.

Médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Sotchi, le patineur artistique Dylan Moscovitch a été victime d’un grave accident deux semaines avant les sélections olympiques pour PyeongChang. «Il faisait partie de l’équipe #2 qui devait aller aux Jeux lorsqu’un accident a bien failli lui coûter la vie. J’étais en train de lui parler au téléphone lorsqu’une porte de 200 livres s’est abattue sur lui, l’a heurté au visage et à la tête! J’ai tout entendu! Ç’a pris trois personnes pour déplacer la porte.

«En dépit d’une commotion, il a tenté de patiner pour se tailler une place sur l’équipe et il a raté la sélection par une place. Je l’ai accompagné durant tout le processus. Puis, j’ai reçu un message de l’Association de tennis féminin (WTA) m’informant que mon classement était protégé et que si je voulais m’en servir, je devrais l’utiliser avant avril», raconte l’énergique athlète qui a saisi la balle au bond.

Au cours des deux dernières années, elle ne s’était entraînée que six fois, mais elle a décidé de tenter le coup, ne serait-ce que pour le plaisir. «Puis, je me suis mise à penser aux Olympiques et je me suis dit que si je me qualifiais pour les Jeux de Tokyo, il pourrait venir avec moi. C’est ce qui m’a motivée à recommencer à jouer», explique celle qui a repris sa raquette il y a deux mois et joue depuis un mois et demi. 

«C’est mon quatrième tournoi. Je ne me sens pas aussi confortable qu’avant, mais c’est normal apparemment. Je travaille fort et je fais tout ce que je peux pour revenir à mon niveau», affirme-t-elle en remerciant sa merveilleuse partenaire Maria Sanchez d’avoir accepté de jouer le double avec elle. Le duo a connu du succès ensemble par le passé et compte bien en connaître à nouveau. Peut-être que ce sera le cas à Toronto, qui sait?

DIMANCHE
Simple
Finale

À compter de midi
Katherine Sebov (CAN) vs Quirine Lemoine (NED)

SAMEDI
Résultats
Simple

Katherine Sebov (CAN) bat Dasha Lopatetskaya (UKR)    6-2, 1-6, 6-2
Quirine Lemoine (NED) bat Bianca Andreescu (CAN) [7]    7-6 (4), 2-0 (forfait)

Finale du double
Tara Moore (GBR)/Conny Perrin (SUI) [3] battent Sharon Fichman (CAN)/Maria Sanchez (USA)    6-0, 5-7, 10-7

Habituellement très calme lorsqu’elle regarde sa fille jouer, Oksana Petrovska, qui est aussi son entraîneuse, n’a pu contenir sa joie lorsque Katherine Sebov a remporté son match de demi-finale samedi.