Promoteur de la 6e édition du Salon du vélo et de la course à pied Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-François Brassard est fort heureux de la réponse du public quant aux nouveautés présentées en fin de semaine au hangar de la Zone portuaire de Chicoutimi.

La 6e édition du Salon du vélo et de la course à pied appréciée

Le rideau s’apprêtait à tomber sur la 6e édition du Salon du vélo et de la course à pied du Saguenay-Lac-Saint-Jean que déjà le promoteur, Jean-François Brassard, jonglait avec de nouvelles idées pour la prochaine édition.

Sans avoir le décompte officiel de l’achalandage, le grand manitou de l’événement s’attendait à avoir accueilli autant de monde que l’an dernier au Hangar de la Zone portuaire de Chicoutimi, à la différence que la circulation a pu se faire de façon plus fluide grâce à l’ajout de 3000 pieds carrés. « Ç’a été un flot continu », énonce-t-il en entrevue en début d’après-midi.

Ce dernier a misé juste en invitant les vainqueurs de Bootcamp : le parcours extrême, les Baieriverains Viviane Harvey et Jonathan Tremblay, qui ont agi comme porte-parole de l’événement. La population était invitée à venir les rencontrer, mais aussi à les défier sur une structure à obstacles conçue par Platinum Rig. Même si le duo de La Baie et leurs amis du Bootcamp semblaient redoutables, plusieurs ont quand même tenté le coup.

Les porte-parole de la 6e édition du Salon du vélo et de la course à pied, Viviane Harvey et Jonathan Tremblay, ont suscité beaucoup d’intérêt lors de leur conférence et sur le parcours à obstacles que les gens pouvaient essayer.

« On a fait signer des décharges et il devait y en avoir 75 ou plus. Des gens de la base de Bagotville l’ont essayé, d’autres ont pris des notes pour faire venir (la structure) dans un challenge, etc. Ç’a été une activité surprenante et populaire », a indiqué M. Brassard. D’ailleurs, lors de notre passage, des jeunes s’amusaient à traverser les obstacles sous les conseils d’une athlète.

Outre cette nouveauté, le promoteur souligne que certains conférenciers sont aussi venus en raison de la présence du tandem Harvey-Tremblay, comme ceux qui traitaient de la cuisine végane. Samuel Hébert, un autre compétiteur de Bootcamp et kinésiologue dans la vraie vie, a livré une conférence sur la manière d’éviter les blessures en course.

Belles découvertes

Parmi les découvertes, Brassard pointe la présence de la docteure en nutrition Annie Bouchard-Mercier de Dolbeau-Mistassini. « Je ne la connaissais pas. Le Dr Guy Thibeault, qui est venu au salon l’an dernier, me l’a référée. Elle a manifesté un grand intérêt à venir parler du Guide alimentaire versus l’activité sportive. Toutes les places disponibles étaient remplies. Même chose samedi pour Mireille Massé, entraîneuse de yoga sportif. Dimanche matin, elle a tenu une séance de yoga après la Fun Run PACO et tout le parterre était rempli. Ç’a été de belles découvertes. »

zone portuaire salon du velo et de la course a pied

Toutes les places disponibles ont également trouvé preneur pour les conférences de Mme Labriski et du marathonien Patrick Charlebois (3e présence au salon). Autre belle découverte, selon M. Brassard, ce sont les vêtements d’Idos42.2, « des vêtements 100 % québécois. Tissés, coupés et “designés” au Québec », précise-t-il.

Run Fun/marche

Dimanche à 8 h 30, une cinquantaine de personnes ont pris le départ de la Fun Run PACO, une boucle de 5 km sans chronomètre qui part du Hangar pour remonter la côte du Parasol. L’an prochain, l’organisation songe à instaurer une version pour les marcheurs. « Ça touche à une autre clientèle, car la Fun Run, même s’il n’y a pas de chrono, ça fait peur à certaines personnes. Donc, on va intégrer une version pour la marche », lance Jean-François Brassard qui a tenu à rendre hommage à son équipe de bénévoles.

Étonnamment, le promoteur avait encore de l’énergie malgré les longues journées. « Organiser un événement, c’est euphorisant ! On carbure avec l’énergie transmise par les visiteurs et les exposants ! »

L’entreprise Platinum Rig a aménagé une structure à obstacles où les gens pouvaient tester leurs capacités. Plusieurs personnes, de tous âges, ont tenté le coup!

À ses yeux, le salon a pris des allures de grande famille, au fil du temps. Les exposants et les représentants de compagnie aiment la formule et de belles attentions de l’organisation, comme le 5 à 7 du samedi soir qui leur permet de tisser des liens et de prendre le temps d’échanger sans être en compétition.