Saint-Félicien n'a pas gagné le titre de Hockeyville.
Saint-Félicien n'a pas gagné le titre de Hockeyville.

Kraft Hockeyville : Saint-Félicien s'incline, mais se considère gagnant sur toute le ligne

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
La communauté de Saint-Félicien a tout tenté et espéré jusqu’au bout, mais c’est finalement la municipalité de Twillingate de Terre-Neuve et Labrador qui a remporté le titre de Hockeyville Kraft 2020 au Canada. Malgré tout, c'est un sentiment de victoire qui abritait les organisateurs.

Le résultat est décevant pour les organisateurs de la campagne de Saint-Félicien, mais ils préfèrent voir le positif, plutôt que le négatif. « On n’est pas déçu. On a réussi à se rendre jusqu’à la fin. On n’est pas gagnant, mais on n’est pas perdant », a souligné l’initiateur du projet, Éric Saint-Hilaire qui avec quelques centaines de personnes, s’était déplacé au Centre récréatif Marianne St-Gelais pour assister au dévoilement fait par le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman.

En tant que finaliste du carré d’as, Saint-Félicien recevra tout de même une aide financière de 25 000 $ pour rénover le Centre récréatif Marianne St-Gelais, alors que l’Association de hockey mineur de Saint-Félicien aura 10 000 $. De son côté, Twillingate recevra 250 000 $ et aura la chance d’accueillir une rencontre préparatoire de la LNH.

M. Saint-Hilaire ne sait pas encore comment sera investi le montant, mais il assure qu’il ne sera pas gaspillé. « On va l’investir dans l’aréna. On sait qu’elle devra être rénovée quand même, alors ce ne sera pas perdu. On est aussi super content pour le hockey mineur. Si ce 10 000 $ peut permettre à des jeunes de jouer au hockey, on ne peut pas dire qu’on a perdu. »

Une victoire malgré tout

Plus de 1000 communautés étaient candidates pour l’obtention du titre cette année. Le fait d’être parmi les quatre derniers candidats est un accomplissement en soi pour M. Saint-Hilaire. « Ce n’est pas une défaite, c’est une victoire tout de même. On a entendu parler de nous partout au Québec et si c’était à recommencer, on referait la même chose. On n’est pas premier, mais on est fier de ce qu’on a fait. »

Éric Saint-Hilaire considère que Saint-Félicien sort gagnant de ce concours, malgré le résultat.

Le maire de Saint-Félicien, Luc Gibbons, a remercié tout le monde pour l’appui envers sa municipalité. « On a travaillé vraiment fort. J’ai rencontré des gens qui ont voté plus de mille fois. Je suis extrêmement fier de notre mobilisation. En compétition, ne pas gagner, ça fait partie de la “game”, mais je veux remercier toutes les personnes qui nous ont appuyés. »

De son côté, le conseiller municipal qui a chapeauté le tout, Alexandre Paradis, a parlé d’une immense fierté pour la ville, la région et la province. « On avait un comité extraordinaire et une mobilisation à la grandeur de la province. Je suis heureux qu’on ait parlé autant de Saint-Félicien dernièrement, et en bien. Il n’y a pas de défaite, on a tous gagné là-dedans. Ce n’est pas le résultat qu’on voulait, mais on ne peut qu’être fier de ce qu’on a accompli. »

Il a également adressé de bons mots pour la famille d’Éric Saint-Hilaire, sans qui rien de tout ça n’aurait été possible. « À toute la famille Saint-Hilaire, bravo. Vous êtes un exemple à suivre. Vous avez mobilisé le Québec derrière vous. »

Le conseiller municipal de Saint-Félicien Alexandre Paradis.

Une soirée émotive

Quelques minutes avant l’annonce, la tension était palpable sur le site. Quand l’animateur de la soirée a dit qu’il y avait un léger décalage entre la télévision et l’écran géant, les gens se sont empressés d’enfiler leur masque pour se regrouper autour du petit écran où siégeait M. Saint-Hilaire, dans l’espoir d’être en direct au réseau CBC pour célébrer la victoire de Saint-Félicien.

Les gens se sont groupés devant le petit écran pour attendre le résultat puisque l'écran géant accusait un retard de quelques secondes.

De son côté, M. Saint-Hilaire avoue avoir vécu une soirée haute en émotions. « J’étais très nerveux et très tendu. C’est une histoire qui part de loin, avec l’histoire de l’accident de ma fille en octobre 2019. On a travaillé fort pendant 10 mois, avec la pandémie et tout. C’était une soirée forte en émotion. Pour finir, je veux remercier tout le Québec, toutes les personnes qui nous ont appuyé. Merci beaucoup! »