Ancien du Royal de Métabetchouan, Keven Bouchard est retourné chez lui, hier, avec l'emblème de la suprématie au hockey junior québécois, la coupe du Président.

Keven Bouchard honoré chez lui

Les émotions ne manquent pas pour le cerbère Keven Bouchard, ces derniers temps. Voilà que c'est sa municipalité d'origine, Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, qui l'a honoré, hier.
Le cerbère des Foreurs de Val-d'Or était de passage dans sa ville avec la coupe du Président, emblème de la suprématie du hockey junior québécois. Une photo géante de Keven Bouchard et une plaque ont été dévoilées durant la cérémonie de présentation de la coupe. Elles seront installées à l'aréna. «Je savais qu'il allait y avoir un cocktail, que des jeunes de la municipalité y seraient, mais je ne pensais pas que ce serait si gros. Honnêtement, quand ils ont montré la photo, j'ai eu une chaleur au coeur.» Keven n'en était pas à ses premières «chaleurs au coeur». Dernièrement, il a soulevé la coupe du Président, a participé au tournoi de la Coupe Memorial, a été sélectionné par les Oilers d'Edmonton et a participé à un camp avec les recrues de ce club, à Jasper.
Un total de 102 invitations avaient été envoyées aux jeunes joueurs du hockey mineur de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Quelque 70 personnes étaient présentes hier.
«Ce que vous faites, ça représente beaucoup pour moi. Ce ne sont pas tous les joueurs de hockey qui ont un tel soutien, mais tout le monde voudrait l'avoir», a dit Keven Bouchard, qui a même pris la peine de remercier les commanditaires qui lui ont donné des montants d'argent lorsqu'il jouait au hockey mineur. «Je m'étais toujours promis que si un jour j'en avais la chance, je les remercierais.»
Le chandail que le jeune Bouchard portait lorsqu'il jouait dans l'atome BB avec le Royal lui a aussi été remis.
«Je veux que les jeunes joueurs qui sont ici viennent me poser des questions. Ne soyez pas gênés. Quand j'étais plus jeune, j'aurais aimé cela pouvoir poser des questions à un gars du junior majeur.»
Les jeunes se sont exécutés, lui demandant en outre quelle est sa préparation d'avant-match. Presque la totalité des personnes qui étaient sur place, au Rigolet, ont profité de l'occasion pour être photographiés avec le joueur des Foreurs.
Camp de préparation des Oilers
Bouchard revient du camp de préparation des Oilers d'Edmonton, par qui il a été sélectionné en septième ronde lors de la dernière séance de sélection. «Je me sentais à ma place. Il y avait de très bons gardiens, de qui j'ai pu apprendre des choses. J'ai constaté certains petits points que j'ai à améliorer. J'étais avec des gars de 18 à 23 ans. En fait, j'étais le plus jeune du groupe. Ils nous ont placés dans une sorte de retraite fermée, à Jasper. Nous étions entre nous, nous faisions les tests physiques et on pratiquait. Ça s'est bien passé. Ça enlève du stress pour le prochain camp avec les Oilers.»
Bouchard a maintenu une moyenne de 2,95 et un pourcentage d'arrêts de 0,887 en saison avec les Foreurs. En séries, il n'a joué qu'un total de 14 minutes.
«Le fait d'assister aux matchs, sans nécessairement jouer comme tel, m'a permis d'avoir une vision extérieure et de constater à quel point Antoine Bibeau est un gardien incroyable. J'ai pu voir comment il réagit après une victoire, comment il réagit après une défaite. Il est tellement calme, concentré.»
À 18 ans la saison prochaine, Bouchard vise maintenant le poste de #1 des Foreurs, poste laissé vacant par Bibeau. «Je ne m'attends pas à ce que l'entraîneur me dise dès le début de la saison qu'il me donnera 60 parties. Je devrai gagner mes matchs, bien les jouer les uns après les autres. Il me reste beaucoup de choses à prouver.»
D'ici là, il participera à divers camps estivaux, dont celui de Sylvain Rodrigue à Jonquière.
Le gardien jeannois Samuel Harvey, qui a été repêché par les Huskies de Rouyn-Noranda à la dernière séance de sélection de la LHJMQ:
«C'est certain que ça donne juste encore plus le goût de la gagner (la coupe). Il y a une grosse rivalité entre les Huskies et les Foreurs. J'ai hâte de gagner contre Keven, lance-t-il en riant. Je vais lui mettre ''dans les dents''!»
Alexandre Maltais, qui l'a entraîné dans le pee-wee AA:
«Nous travaillions sur trois volets, la personnalité, le volet scolaire et le hockey. Keven se démarquait dans les trois sphères. Il mettait les efforts nécessaires. Sa capacité d'apprentissage est impressionnante. Il avait un gros gabarit et manquait un peu de conditionnement physique. Avec l'entraîneur des gardiens, Martin Crevier, il a beaucoup travaillé. Il voulait exceller. Il est le premier joueur issu du bantam AA, qui en est à sa 8e année, à être repêché. Je ne suis pas surpris, on s'attendait à ce que son cheminement soit ainsi.»
Jean-Normand Tremblay, qui est coordonnateur estival aux loisirs de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et très impliqué dans le hockey mineur régional:
«Ça fait très longtemps que la coupe du Président n'est pas venue dans la région, donc elle n'est pas venue à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix depuis des lunes! Recevoir la visite de la coupe, c'est tout un événement, et il faut remercier Keven pour cela.
Le Jeannois Éric Bernier, qui a joué trois saisons pour les Sags et une pour les Remparts de Québec, a entraîné le cerbère dans le pee-wee CC. Le fils de Bernier, Marc-François, était à l'époque capitaine de la formation. Hier, Éric Bernier a pu soulever la coupe du Président pour la première fois. Il l'a fait avec le sourire. « Nous avions perdu en demi-finale contre Trois-Rivières en 1979-1980. C'est le plus proche que j'ai été de la coupe avant aujourd'hui (hier). » Bernier a toutefois connu une belle carrière junior, avec une saison de 43 filets et une autre de 50 (en 53 rencontres !)