Grâce à une deuxième place en kata armé musical, Jacob Parisé s’est qualifié pour le Championnat du monde WKC qui aura lieu en novembre, à Niagara Falls.

Kata armé musical: Jacob Parisée parmi l’élite mondiale

À seulement 14 ans, Jacob Parisée sait manier le bō, un bâton traditionnel de karaté. Ses aptitudes lui permettront de participer au Championnat du monde WKC en novembre, dans la partie américaine de Niagara Falls.

Le Chicoutimien s’est qualifié avec une deuxième place dans la division 13-14 ans lors du Championnat canadien le mois passé à Gatineau, dans la catégorie kata armé musical. En début d’année, au Championnat provincial, il avait obtenu sa place aux championnats canadiens dans trois des quatre catégories où il était en action. En plus du kata armé musical, Jacob Parisée était également de la compétition nationale en kata traditionnel et en kata armé traditionnel, sa discipline de prédilection, mais a éprouvé des difficultés à Gatineau. Il a également terminé huitième en kata traditionnel, ce qui le laisse sur la liste d’attente pour les Championnats du monde.

Sa deuxième place en kata armé musical représentait en quelque sorte une surprise, d’autant plus qu’il s’agissait de sa dernière prestation de la compétition. « Ça part d’un mouvement de karaté, sauf que c’est vraiment moi qui l’ai créé », fait savoir Jacob Parisée, qui a décroché la deuxième place lors d’un duel en raison d’une égalité avec un autre adversaire à la suite des deux premières routines. Ils n’ont été devancés que par l’Ontarien Liam North, qui a complètement dominé la compétition avec sept premières places. « Finir deuxième derrière lui, c’était bon », fait valoir Jacob Parisée, qui a commencé le karaté à l’âge de cinq ans et qui fait son chemin depuis.

Véritable passionné de karaté – un sport dont il pourrait parler pendant des heures –, Jacob Parisée fait de la compétition depuis environ cinq ans, malgré des hauts et des bas. Il avoue même avoir pensé arrêter après avoir raté le premier passage de la ceinture verte. « Si ce n’était pas de la compétition, je ne sais pas si j’aurais ma ceinture noire », indique le détenteur d’une ceinture noire premier dan, qui donnera ses propres cours à compter de l’automne. Il suit également des cours de perfectionnement avec la réputée Mélissa Baillargeon, de Québec.

Une trentaine de pays seront représentés lors du Championnat mondial de la World Karate Commission, qui sera présenté en direct sur une chaîne spécialisée. Le membre du Centre des arts martiaux de Saguenay, qui s’entraîne plus de cinq heures par semaine, n’est pas intimidé par l’approche de son premier contact avec l’élite. Ayant participé à plusieurs occasions au Québec Open, une compétition de haut niveau de calibre nord-américain, il a une bonne idée du calibre. « Mon gros objectif, ce serait de faire la finale », annonce-t-il, ce qui, normalement, lui donnerait une place parmi les quatre premiers finalistes.

Athlétisme

Jacob Parisée est également un athlète multidisciplinaire puisqu’il est inscrit en sport-études en athlétisme. Il explique que lorsqu’il a fait son choix pour le secondaire un, le karaté n’était pas disponible, et a été en quelque sorte charmé par l’athlétisme. « Je voulais aller en sport-études, mais je ne savais pas quel sport. J’étais quand même assez bon en demi-fond dans des courses un peu plus longues. En plus, c’est l’un des seuls sports que tu n’avais pas besoin d’en avoir déjà faits avant de pouvoir y aller », souligne le jeune homme. D’ailleurs, même si le karaté est maintenant offert, Jacob Parisée a préféré demeurer en athlétisme l’année prochaine.