Jordan Martel a démarré la saison en force. Avant le match de jeudi face au Phoenix, le natif de Chicoutimi montrait une récolte de 12 points en sept parties.

Jordan Martel part fort

La saison est encore très jeune, mais un coup d’oeil au sommet des marqueurs dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec permet de retrouver des visages régionaux. Originaire de Chicoutimi, l’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau Jordan Martel se retrouve tout près de la tête, suivi par le Jonquiérois Rafaël Harvey-Pinard, des Huskies de Rouyn-Noranda.

En huit rencontres, Martel a touché la cible cinq fois et ajouté sept passes depuis le début des hostilités, trois points de moins que le meneur Mika Cyr, des Wildcats de Moncton. À sa deuxième année, Harvey-Pinard connaît également un début de saison du tonnerre avec cinq buts et quatre passes en sept parties.

« Le mérite lui revient, signale l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard, à propos de son attaquant de 19 ans. Il travaille excessivement fort pour s’améliorer avec les détails, les petites choses. Il est arrivé au camp en grande forme et depuis, il joue avec confiance. Il est dans un bon état d’esprit. Il utilise bien sa vitesse et fait bien les choses. On espère maintenant que ça va continuer. Comme je lui disais récemment à la blague, c’est bien beau être champion marqueur après deux semaines, mais la saison dure jusqu’en mars. »

« Martin me donne confiance et m’installe dans des situations pour que je produise. Je suis en confiance, la différence est toute là », raconte pour sa part Jordan Martel, qui avait déjà montré des signes de sa touche offensive l’an dernier avec 25 buts et 26 passes après une première saison d’apprentissage où il avait récolté 18 points. Son différentiel est également en forte amélioration. Il souligne que le déclic s’est produit à la fin de cette première année, où il a pris confiance en ses moyens. « Depuis, ça va juste en s’améliorant », assure Martel. 

« Cette saison, on a plusieurs joueurs en mesure de la mettre dedans. Je ne pense pas que ce sera notre gros problème. C’est encourageant de voir que plusieurs peuvent contribuer offensivement et que ça fonctionne bien pour eux », laisse-t-il tomber.

Entraîneur d’expérience, Martin Bernard a vu des joueurs se développer tardivement. Il donne l’exemple d’Alexis D’Aoust, qui a explosé à 19 ans avec les Cataractes en 2015-2016 avec 44 buts et 98 points.

« C’est un peu la même affaire. Il y avait des éléments dans son jeu qui étaient superflus. Il doit se concentrer sur ses forces et il va bien dans cette direction, note l’entraîneur-chef. Je voyais bien sûr la progression de Jordan. J’ai une bonne relation avec lui et il répond bien à ce qu’on lui demande de travailler. Je savais qu’il ferait un pas important. »

Repêchage

Choix de 8e ronde du Drakkar en 2015, Jordan Martel a été ignoré au dernier repêchage de la Ligue nationale, malgré cette forte progression. À 19 ans, il n’est toutefois pas trop tard et Martin Bernard estime qu’il pourrait profiter de l’attention accordée aux plus jeunes, Xavier Bouchard, Shawn Element et Gabriel Fortier, pour se retrouver sur le radar. 

« On va être une équipe épiée par les recruteurs et c’est tout à son avantage. Je le répète, il doit utiliser ses forces et montrer une constance à tous les matchs. Il y a beaucoup du monde qui va le regarder, que ce soit directement ou indirectement. Quand les résultats seront au rendez-vous, il va y avoir de l’intérêt à son endroit », de mentionner Martin Bernard, rappelant que plusieurs joueurs ont été ignorés à leur première année d’admissibilité pour ensuite connaître une belle carrière, dont le défenseur Jason Demers.

« Je n’y pense pas, mais c’est toujours en arrière-plan. Je dois me concentrer sur l’année et on verra par la suite. C’est la prochaine saison qui va dicter ce qui va se produire pour moi », d’insister Jordan Martel.