Jérémy Beaudoin-Mireault a permis cinq buts sur 34 tirs dans une défaite d'entrée de jeu des Jeannois du Collège d'Alma face aux Nordiques du Cégep Lionel-Groulx.

Les Jeannois déjà au bord du gouffre

Les Jeannois du Collège d'Alma ont perdu la première bataille de leur courte série de première ronde dans le circuit collégial de hockey provincial division un de manière décisive, 5-1 devant les Nordiques du Cégep Lionel-Groulx dans un match disputé à Blainville. Ils feront donc face à l’élimination dès lundi soir, devant leurs partisans au centre Mario-Tremblay d’Alma.

«On n’a pas fourni l’effort pour gagner, c’est la raison de la défaite. On n’avait pas la hargne d’un club en séries. On a eu des chances en avantage numériques en première et on ne l’a pas mis dedans. Eux ont été plus opportunistes quand ils ont eu leurs chances de le faire. On n’a pas joué avec l’émotion d’une équipe qui veut gagner un match en séries. J’ai vu des efforts plus intéressants en saison régulière dernièrement que ce que j’ai vu dans ce premier match de séries», a analysé l’entraîneur-chef des Jeannois, Pascal Hudon, sur un ton contrarié après la rencontre. 

Les Almatois ont cédé  une fois lors de chacune des deux premières périodes et les locaux ont frappé deux fois en moins d’une minute en début de troisième période pour prendre le contrôle de la rencontre. Marc-Olivier Tremblay a sauvé les Jeannois d’un blanchissage avec huit minutes à faire. 

«Ça allait bien au début du match. Ça été une question d’appliquer ce qu’on avait demandé. Je les avais averti que ça lèverait d’une coche en séries, mais il y en a qui pensaient peut-être qu’on le disait sans vraiment que ça arrive», de laisser tomber Pascal Hudon.  

«La balle est dans leur camp, de rappeler l’entraîneur-chef. Ils savent tous ce qu’ils doivent faire et je ne comprends pas pourquoi ils ne l’ont pas appliqué ce qu’on avait demandé pendant tout le match. C’est un deux de trois. S’ils veulent continuer le hockey, ils doivent maintenant trouver une façon de rebondir lundi. 

«Ce sera un match sans lendemain. Il n’y a aucune raison que les gars ne se présentent pas pendant 60 minutes. Ce sera à eux de faire un examen de conscience pour voir jusqu’où ils sont prêts à aller et l’engagement qu’ils ont envers l’équipe. C’est facile de parler, mais un moment donné, il faut passer de la parole aux actes, de trancher Pascal Hudon. Les meilleurs joueurs adverses ont tous amassé quatre cinq points. Il faut que nos meilleurs soient meilleurs qu’eux. C’est simple en séries, mais c’est ça. Il faut que tout le monde se regarde dans le miroir et fournir l’effort qu’on doit fournir. C’est le temps d’arrêter de parler et agir. 

Si les Jeannois l’emportent lundi, le troisième et ultime match sera de nouveau présenté au centre Mario-Tremblay mardi soir.