Entraîneur-chef des Jeannois du Collège d’Alma, Pascal Hudon se prépare différents scénarios en vue de la reprise des activités au mois d’août. Mais ça risque d’être un joli casse-tête puisque tous les calibres recommenceront ensemble et qu’il s’ensuivra un effet domino dont l’issue est difficile à prévoir. 
Entraîneur-chef des Jeannois du Collège d’Alma, Pascal Hudon se prépare différents scénarios en vue de la reprise des activités au mois d’août. Mais ça risque d’être un joli casse-tête puisque tous les calibres recommenceront ensemble et qu’il s’ensuivra un effet domino dont l’issue est difficile à prévoir. 

Jeannois du Collège d’Alma: Académie reportée et début de camp indéterminé

L’Académie de hockey des Jeannois du Collège d’Alma devait célébrer son 10e anniversaire au début août, mais le coronavirus est venu contrecarrer les plans de l’organisation, de sorte que la tenue de l’école de hockey a été reportée.

« L’Académie, c’est quelque chose qui me prend quasiment deux mois à organiser parce qu’il faut que je fasse faire des chandails. Ça me prend des traiteurs, il faut que je réserve des glaces parce que je suis le responsable des glaces à Alma. Je sais que (l’évolution du déconfinement sportif) peut changer du jour au lendemain, mais il fallait prendre des décisions », explique l’entraîneur-chef des Jeannois d’Alma, Pascal Hudon qui accueille habituellement une centaine de jeunes sur les deux glaces du Centre Mario-Tremblay.

Ce dernier rappelle également que l’Académie est un moyen de financement. Or, les contraintes sanitaires actuelles font en sorte qu’il n’était pas rentable de tenir les activités. « Avec le Collège d’Alma, on a attendu le plus longtemps possible. On s’était donné jusqu’à la première semaine de juin pour voir où on en serait rendu. (…) Je trouve ça plate parce que c’était notre 10e édition et que je voulais frapper fort. Mais là, c’est partie remise et on la fera quand on pourra la faire comme il faut. »

Cela dit, il laisse la porte ouverte à une autre formule, si en août, les conditions le permettent, pour tenir de mini-camp d’une semaine avec de petits groupes par exemple.

Casse-tête en début de saison

L’Académie précède habituellement le camp des Jeannois en vue de la saison dans le circuit collégial en division 1. Encore là, le mois d’août risque d’être un joli casse-tête logistique.

Le camp du mois de mai a été annulé et le recrutement a été effectué de sorte que l’équipe est pas mal complète.

« De la manière dont ça s’enligne, tant collégial que junior majeur et midget AAA, on ne sait pas quand on va avoir des camps. Je n’ai pas eu de confirmation que les camps étaient annulés, alors dans mon cas, le camp d’entraînement est prévu pour le 17 août. Mais avec les cours qui vont commencer, je n’ai pas eu le choix de confirmer des gars même si on n’a pas eu de camp. Il y a des gars qui espéraient venir au camp pour se faire valoir, mais on les met en attente. On ne sait pas ce qui va se passer. Même si on a l’autorisation d’embarquer sur la glace en août, si on a des restrictions à huit joueurs sur la glace par exemple, je ne pourrais pas faire de camp d’entraînement quand même. »

Ce qui l’embête, c’est l’effet domino qui se produira avec le junior majeur. « On y va à la semaine. Oui, ça évolue, mais de là dire que l’on peut faire un camp d’entraînement avec des matchs hors concours à la mi-août, je ne pense pas qu’on sera rendu là », estime celui qui peut toutefois compter sur un bon noyau de vétérans.

En attente

Dans le contexte actuel, il ne pourrait pas faire de match intra régional puisque les Jeannois sont les seuls de la région dans ce circuit. Idem pour les Élites midget AAA et les Saguenéens dans le junior majeur. Il espère se tromper en s’attendant à ce que ses troupes ne puissent disputer des matchs contre les clubs des autres régions, ne serait-ce que les équipes à l’autre bout de la 175. « Je me prépare un plan B et C au cas où nous ne pourrons pas jouer de matchs hors concours », avoue Pascal Hudon.

Il est aussi coincé avec les inscriptions dans les programmes académiques. « J’ai des jeunes qui espéraient venir au camp et qui étaient acceptés en techniques policières, mais je ne suis pas capable de leur garantir qu’ils vont jouer pour moi parce que je ne sais pas qui va jouer junior majeur, qui va jouer chez nous ou qui ne viendra pas. En plus, il fait que les jeunes se prennent des appartements à ce temps-ci de l’année », explique le pilote des Jeannois qui se console en se disant que ce sont tous les calibres qui se retrouvent dans la même situation et tout va recommencer en même temps.

Il jongle même avec l’idée de jouer du hockey entre les calibres, quitte à mélanger les équipes, pour que les jeunes puissent au moins jouer au hockey et avoir leur «game shape». « Si on embarque sur la glace juste en septembre, ça va faire depuis le mois de mars qu’ils n’auront pas touché à la glace. Ce serait une longue période d’arrêt et il faudra remettre nos jeunes en forme de façon sécuritaire. »