Infiltrations au CMT d'Alma

Les habitués du Centre Mario-Tremblay d'Alma ont remarqué des infiltrations d'eau à certains endroits au cours des dernières semaines. Trois sources différentes ont été identifiées pour expliquer ces ennuis et des solutions ont déjà été adoptées, mais quelques gestes devront tout de même être posés dans les prochains mois pour éviter les risques d'une répétition du problème.
Directeur du Service des loisirs et de la culture à Alma, Jocelyn Tremblay explique que des infiltrations mineures ont d'abord été vues au plafond du nouveau hall d'entrée de l'aréna. Il précise que les travaux effectués pendant la phase 1 des rénovations au Centre Mario-Tremblay ont créé de petites fissures dans la toiture.
« Le deuxième problème a été causé par les fils chauffants qui sont sur les toitures plates de bien des édifices au Québec, note Jocelyn Tremblay. Sur chaque toiture, il y a des bassins. Dans chaque bassin, des fils chauffants en forme de X dégagent un couloir qui permet à l'eau de s'en aller jusqu'au drain. Quand les travaux de modernisation ont été effectués, l'entrepreneur électrique n'a pas rebranché ces fils chauffants. Ça, tu le sais le jour où ça coule. Heureusement, nous n'avons pas cherché trop longtemps. Ce fut la première chose que nous avons regardée et rapidement, nous avons mis nos équipes du service électrique sur le dossier.
«Certains endroits n'ont pas eu de problèmes. Ils se sont présentés dans les secteurs où il y a eu les plus gros amoncellements de neige et aussi de la glace, entre autres au-dessus de la salle de créativité. C'est ce qui explique que nous avons eu un petit dégât d'eau à cet endroit. Quand il y a un amoncellement d'eau et que le drain est gelé, elle cherche à trouver un autre chemin et s'infiltre dans les petites cavités. Nous avons colmaté ces petites cavités et tout devrait être correct pour le reste de l'hiver.»
Le troisième problème observé en est un de calibrage du système de ventilation. L'ensemble des services de climatisation, chauffage et ventilation de la bâtisse a été unifié et les responsables du Centre Mario-Tremblay doivent composer avec le froid des patinoires, la chaleur et l'humidité de la piscine ainsi que les conditions tempérées des secteurs où se trouvent le restaurant, les bureaux, les vestiaires et les gymnases.
«Tant que tout n'est pas calibré, de l'air chaud et humide passe de la piscine vers l'autre côté de la bâtisse, précise Jocelyn Tremblay. Il entre en contact avec des structures métalliques froides. Ça crée de la condensation et ça coule sur les tuiles. Nous avons une quarantaine de tuiles à changer pour cette raison. Il faut comprendre que les conditions au Québec ne sont pas faciles pour les gestionnaires de bâtisses cet hiver. On passe de moins 40 degrés à sept degrés et on demande à des systèmes informatisés de réagir. C'est du sport.
«Ce n'est donc pas si dramatique de notre côté. C'est surtout plate, mais les bonnes interventions ont été effectuées pour corriger les problèmes et elles ne coûtent pas des sommes astronomiques. Nous avons pu identifier les problèmes rapidement. À l'exception de la calibration des systèmes, un travail qui sera effectué par une firme spécialisée, tous les endroits problématiques ont été corrigés.
«La rénovation de la toiture est prévue dans la deuxième phase des travaux et nous avons maintenant encore plus d'arguments pour dire qu'il est important de la faire. Avant les chutes de neige à l'automne 2014, nous nous assurerons de vérifier chacun des fils chauffants et d'inspecter les drains de toit. Nous serons plus proactifs et moins réactifs.»