Le 50e anniversaire du Club cycliste de Chambord a donné lieu à de belles retrouvailles, samedi. Ce fut aussi l’occasion d’honorer André Lestourneau (1er à gauche) à titre de père du cyclisme au Lac-Saint-Jean et de déclarer citoyens honoraires les Américains John Gromek (3e) et Bob Simpson (4e), ainsi qu’Ambassadeurs sportifs de la Véloroute des Bleuets. Le trio pose en compagnie de Michel Chiasson (2e), président du CA de la Véloroute .

Honneurs et fierté pour 50 ans de cyclisme

La flamme du cyclisme sur route de compétition se rallumera-t-elle à Chambord ? C’est le souhait que le pionnier du cyclisme au Lac-Saint-Jean, André Lestourneau, a émis à l’issue de l’hommage/retrouvailles tenu samedi pour souligner les 50 ans du Club cycliste de Chambord.

L’événement, qui a réuni une soixantaine d’anciens fleurons et de férus de vélo, avait des airs de « rencontre de famille ». Dans certains cas, il y avait belle lurette qu’ils ne s’étaient pas revus, alors les retrouvailles ont été l’occasion de se remémorer de nombreux souvenirs de cette glorieuse époque.

La rencontre a d’abord permis d’honorer M. Lestourneau à titre de père du cyclisme du Lac-Saint-Jean avec la remise d’une plaque souvenir par le maire de Chambord, Luc Chiasson. Les deux coureurs américains, John Gromek et Bob Simpson ont également été nommés citoyens honoraires.

Même s’il n’est pas friand d’être le point de mire, André Lestourneau a été ravi de vivre de si beaux moments. « Il y avait des gens que je n’avais pas revus depuis 20 ans ! » Si John Gromek revient de temps en temps au Québec, dans le cas de Bob Simpson, M. Lestourneau ne l’avait pas revu depuis une dizaine d’années. « C’était le fun de se retrouver. On a ressassé beaucoup de souvenirs lorsqu’on a pu jaser, comme de ce qui était arrivé lorsqu’on les avait rapatriés des États-Unis », raconte M. Lestourneau à l’autre bout du fil.

Les deux coureurs américains ont d’ailleurs été très surpris d’être déclarés citoyens honoraires. « Peut-être plus Bob qui est un gars plus réservé. Même si c’était un sprinteur, c’était le plus effacé des deux. Bob s’est beaucoup amélioré en français et il a parlé à tout le monde en français ! » Ils sont restés attachés à la région et les deux ont d’ailleurs profité de la journée de dimanche pour effectuer une randonnée à vélo malgré le mauvais temps. Bob Simpson a fait le trajet Chambord-Dolbeau tandis que John Gromek a opté pour le tour du lac Saint-Jean !

Le maire de la municipalité de Chambord, Luc Chiasson (à droite) a remis une plaque souvenir au «père du cyclisme au Lac-Saint-Jean», André Lestourneau, lors des retrouvailles soulignant les 50 ans du Club de cyclisme de Chambord tenues samedi.

« Ce qui était le fun, c’est que sept de nos anciens coureurs étaient présents. Il y avait aussi des gars de la première heure, Réal Dupéré et Camille Delaunière. Ça m’a surpris que les gars soient aussi enthousiastes, qu’ils aient jasé aussi longtemps et raconté des anecdotes. Pour plusieurs d’entre eux, ç’a été l’occasion de découvrir la province et le pays et aussi de vivre des expériences assez spéciales. Ça fait de bons souvenirs !

« Malheureusement, il en manquait six qui sont décédés, des gars comme André Dupéré et Jean Patenaude qui étaient des chefs de file à leur époque », déplore-t-il.

Fierté

André Lestourneau rappelle avec un brin de fierté que le club a toujours fonctionné sans aucune subvention municipale ou gouvernementale. Le club s’auto-finançait en organisant des spectacles (avec les Jérolas et des groupes populaires de l’époque) ou en tenant des activités avec des Miss (reines du vélo).

« On a été chanceux pour une petite municipalité comme la nôtre. Nous avons pu courir à la grandeur du Québec. On recevait des invitations et ce n’était pas gênant. Vers la fin, la présence des coureurs américains nous avait permis à nos coureurs de prendre de l’expérience et ç’a été vraiment une chance pour nous de développer une équipe compétitive, se souvient-il.

« Sans vouloir se vanter, on avait une équipe assez représentative. On n’avait pas peur d’inviter d’autres coureurs, que ce soit Guy Lacroix de Métabetchouan qui a été champion provincial un bout de temps ou André Simard, le meilleur sprinteur que le Lac-Saint-Jean ait connu ! » L’équipe comptait des juniors et des seniors, dont les Jean Patenaude et André Dupéré. « On avait rapatrié d’Ottawa Pierre Quévillon qui avait beaucoup de potentiel. Ça nous avait aidés à former une meilleure équipe senior. »

Fidèles à la réputation des Bleuets, M. Lestourneau et ses alliés ne passaient pas inaperçus. « On avait peut-être la plus belle voiture d’équipe pour suivre nos coureurs, une convertible de l’année peinte aux couleurs de l’équipe, jaune et vert. Les gens savaient qu’on était les Bleuets, même si nous n’étions pas habillés en bleu ! »

Saviez-vous que le Lac-Saint-Jean a bien failli accueillir un vélodrome dans les années ‘70 ? « J’avais eu des contacts avec la fédération cycliste du Québec. Il y avait une piste délabrée à Montréal et il y avait eu des démarches faites pour l’installer au Lac-Saint-Jean et en faire un centre national d’entraînement », raconte-t-il en riant. Malheureusement, les partants du départ ont laissé tomber en cours de chemin, de sorte que le projet ne s’est pas concrétisé.