HockeyDek Saguenay ne pourra plus jouer sur la surface du parc du Cap Saint-François après les matchs de vendredi.
HockeyDek Saguenay ne pourra plus jouer sur la surface du parc du Cap Saint-François après les matchs de vendredi.

HockeyDek Saguenay expulsé du parc du Cap Saint-François

La Ville de Saguenay a décidé de mettre fin aux opérations de HockeyDek Saguenay au parc du Cap Saint-François, à Chicoutimi-Nord, en raison de nombreuses plaintes du voisinage et du non-respect des consignes sanitaires. La saison devra donc se terminer sur une seule surface, au parc Hamel et Fradette de Rivière-du-Moulin. Cette mesure entrera en vigueur à compter de samedi matin.

Le directeur général de HockeyDek Saguenay, Fabien Bouchard, en a fait l’annonce sur la page Facebook de l’organisation. « Trop de plaintes au Cap Saint-François. La Ville est à bout de devoir gérer tout ça. Des équipes demeurent trop longtemps à prendre une bière, à mettre de la musique très fort dans les voitures et plusieurs partent en faisant crisser leurs pneus. Des vidéos et des photos sur la distanciation ont été envoyées à la Ville. C’est difficile de contrôler 600 personnes. J’espère que certains feront des prises de conscience face aux demandes de la ligue et au savoir-vivre dans un milieu résidentiel », peut-on lire sur la page Facebook de HockeyDek Saguenay.

Fabien Bouchard n’en veut pas à la Ville. « Ils font leur travail. La semaine dernière, la Ville a envoyé une lettre aux clubs sportifs adultes de tous les sports, dont nous, qui disait que c’était le dernier avertissement concernant les règles sanitaires, mais c’était le premier. On était surpris, parce qu’on fait beaucoup d’efforts là-dessus », a raconté M. Bouchard.

La proximité avec les voisins a causé plusieurs conflits alors que le voisinage s’est plaint du bruit.

Malgré cette lettre, les plaintes ont continué de s’accumuler. « Le service des loisirs nous a appelé pour nous dire qu’il y avait des plaintes de citoyens à proximité du parc pour de la musique, mais on n’a pas de musique. Peut-être que les coups de sifflet les dérangeaient, mais on fait attention pour faire le moins de bruit possible vu qu’on est à l’extérieur et dans des secteurs résidentiels. De plus, on terminait à 23h avant, maintenant, on a réduit d’un match par soir donc on termine à maximum 22h30 pour respecter le voisinage », a expliqué M. Bouchard qui assure que tout se passe bien au parc Hamel et Fradette.

Selon lui, le plan de relance était adéquat, mais quelques joueurs ont décidé de ne pas le suivre à la lettre et le groupe en payera les conséquences. « Notre plan de relance que nous avons envoyé à la Ville respectait les mesures sanitaires. Au fil du temps, les joueurs et nous-mêmes, nous nous sommes adaptés. La grande majorité les respectait et les plus récalcitrants étaient avertis, mais il y en a toujours qui dépasse la limite. »

Pas d’impact sur les joueurs

L’organisation devra maintenant reconfigurer son horaire pour établir un calendrier sur une seule surface. « Je réaménage tout le calendrier pour ça, mais il n’y aura pas de frais supplémentaire ni de matchs en moins. On est chanceux parce qu’on se garde des soirées libres pour se garder du jeu en raison de la météo. On va pouvoir utiliser ces plages horaires, mais ultimement, les joueurs ne seront pas pénalisés et la saison devrait se terminer au début du mois de septembre », a conclu M. Bouchard.

Plusieurs plaintes ont été faites par le voisinnage, qui se plaignait notamment du bruit et des rassemblements.

Bien que la Ville lui ait proposé de déplacer le matériel dans un endroit moins près des résidants, M. Bouchard a préféré terminer la saison sur une seule surface. Il croit qu’il ne devrait pas y avoir de problème, alors que de déplacer la surface à un autre endroit pourrait occasionner d’autres inconvénients.