Hendrix Lapierre
Hendrix Lapierre

Hendrix Lapierre misera sur sa polyvalence avec Équipe Canada junior

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Hendrix Lapierre aura enfin l’opportunité de se faire valoir au camp de sélection d’Équipe Canada junior, après avoir été ralenti par une grave blessure la saison dernière.

L’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi a indiqué qu’il compte démontrer les nombreuses facettes de son jeu pour convaincre l’entraîneur-chef d’ÉCJ, André Tourigny, qu’il a sa place au sein de l’équipe en vue du Championnat du monde de hockey junior cet hiver.

«Je veux montrer ma polyvalence, montrer que je peux jouer à l’aile sur un premier trio ou être un centre sur le quatrième. Je veux montrer que je suis prêt à remplir ce rôle-là, que je suis capable de m’occuper des petits détails. De plus, je déteste perdre, donc je veux montrer que je ne me laisserai pas piler sur les pieds», a noté Lapierre en visioconférence, mercredi.

«Je veux gagner, je veux faire partie de cette équipe-là, et je veux montrer que je suis prêt à prendre des responsabilités pour gagner», a renchéri celui qui a récemment signé un contrat de recrue de trois ans avec les Capitals de Washington.

Le Gatinois revient toutefois de loin, après avoir fait la pluie et le beau temps à la Coupe Hlinka-Gretzky, à l’été 2019. Une vilaine blessure au cou l’a limité à seulement 19 matchs avec les Saguenéens la saison dernière.

«Je suis beaucoup plus fort que j’étais l’an dernier, et j’ai pris beaucoup d’expérience. Une année fait beaucoup de différence dans le développement d’un joueur, entre 17 et 18 ans, et j’essaie simplement de travailler fort tous les jours», a expliqué Lapierre, qui a inscrit trois buts et cinq mentions d’assistance en cinq parties avec les Sags cette saison dans la LHJMQ.

Un allié de taille

Lapierre pourra également compter sur une carte cachée dans son jeu.

Il pourra compter sur l’aide de son coéquipier chez les Saguenéens, Dawson Mercer, afin de faciliter son adaptation au camp d’ÉCJ. Mercer avait participé à la conquête de la médaille d’or d’ÉCJ lors du tournoi de l’année dernière.

«Il sait comment ça marche avec ÉCJ. Il m’a parlé de ce qu’André Tourigny appréciait, de ce que je devais faire sur la patinoire. Je me considère très chanceux de pouvoir partager cette expérience-là avec lui cette année», a-t-il confié.

En raison de la situation sanitaire au Québec et du fait que les Saguenéens n’ont pas disputé de véritable match depuis le 3 novembre, Lapierre a admis qu’il avait eu les jambes lourdes à sa première séance d’entraînement avec ÉCJ.

Il croit cependant que la situation n’est pas attribuable à la «rouille» accumulée depuis près de deux semaines.

«Nous avons fait notre quarantaine à Chicoutimi, et c’était un peu frustrant de ne pas pouvoir nous retrouver sur la patinoire, mais en même temps, il fallait suivre le processus», a-t-il dit, en rappelant qu’il était parti de Québec mardi et qu’il était arrivé à Red Deer, en Alberta, aux petites heures du matin mercredi.

«Mais je n’ai pas trop pensé à mes jambes. J’étais tellement excité que je n’y ai pas vraiment pensé. J’avais juste hâte de m’entraîner et d’être avec les gars», a-t-il ajouté.

Lapierre et huit autres joueurs de la LHJMQ participeront au camp de sélection d’ÉCJ, qui se poursuivra jusqu’au 13 décembre. Au total, 47 invités - ils sont 27 attaquants, 15 défenseurs et cinq gardiens de but - participeront au camp de sélection.

Celui-ci comprendra des séances d’entraînement, trois matchs intraéquipe ainsi que six affrontements contre les étoiles du réseau U Sports. Les joueurs se dirigeront ensuite vers la «bulle» d’Edmonton, en vue du Mondial de hockey junior qui déroulera du 25 décembre 2020 au 5 janvier 2021.

Bien que le tournoi s’amorce pour une rare fois le jour de Noël cette année, le Canada débutera sa ronde préliminaire le lendemain, dans un affrontement contre l’Allemagne.