Hendrix Lapierre et Théo Rochette (en arrière-plan) sont les principales attractions au camp des recrues des Saguenéens.

Hendrix Lapierre maximise ses chances

Il a seulement 16 ans, mais il prend tous les moyens pour devenir un joueur professionnel. Premier choix au total du dernier repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Hendrix Lapierre a maximisé ses chances d’arriver fin prêt au camp des Saguenéens de Chicoutimi.

En plus de s’entraîner cinq fois par semaine, autant sur la glace qu’en gymnase, le Gatinois aux racines régionales a ajouté un programme pour améliorer sa force entre les deux oreilles.

« Tout le monde s’entraîne, tout le monde mange bien, donc ça peut faire la différence d’avoir une bonne force mentale, a signifié Hendrix Lapierre. Ça m’a fait du bien, j’arrive en pleine confiance et ça ne peut que m’aider. »

Étiqueté premier de classe avant même le repêchage, Lapierre doit avoir une certaine capacité à faire abstraction des réflecteurs projetés vers lui. Avant tout « extrêmement content » de se retrouver dans l’organisation des Saguenéens, le hockeyeur n’est pas du tout étouffé par la pression.

Théo Rochette (blanc) et Hendrix Lapierre ont croisé le fer, jeudi soir, pour le premier match intra-équipe du camp des Sags.

« C’est sûr qu’il y a quelques yeux tournés vers moi et qu’il y a des attentes, mais il y a d’autres bons joueurs ici, a-t-il rappelé. J’essaie de ne pas trop m’en faire avec ça et je vois plus ça comme une motivation qu’une distraction. J’ai toujours carburé à la pression et c’est une énergie supplémentaire que je vais chercher. »

Vers le Défi mondial U17
Hendrix Lapierre a vécu une première expérience avec Hockey Canada il y a moins d’un mois, en participant au camp d’évaluation des moins de 17 ans avec une centaine d’autres joueurs. L’événement servait à former l’une des trois équipes canadiennes qui vont participer au Défi mondial des moins de 17 ans, du 3 au 10 novembre, au Nouveau-Brunswick.

Et pour une première expérience, Lapierre n’a pas eu l’air fou du tout. Il saura en octobre s’il fera partie des élus, mais pariez un vieux 2 $ en papier qu’il portera l’unifolié.

« De savoir que j’étais capable d’évoluer parmi des joueurs de ce calibre, ça m’a donné un boost de confiance, a exprimé Hendrix Lapierre. Au départ, j’étais quand même un peu stressé, parce que mine de rien, il y a quelques attentes envers moi. J’ai su me mesurer aux autres joueurs et ça m’a donné une bonne idée par rapport à où je me situe. C’était une semaine très spéciale, très professionnelle. C’était éprouvant, mais j’ai eu le temps de récupérer. J’ai hâte de savoir si je vais être appelé. J’ai un bon feeling, mais on ne sait jamais. »

Hendrix Lapierre est ressorti du lot au cours du match intra-équipe, jeudi soir, au centre Georges-Vézina.

D’ici là, il tentera d’aider les Saguenéens à connaître un bon départ.

« J’ai tellement hâte au début de la saison, ça n’a aucun sens », a lancé un Hendrix Lapierre mature pour son jeune âge.