Au cours des prochains jours, Rafaël Harvey-Pinard ira s’installer à Laval pour s’entraîner sous la direction de Joël Bouchard, entraîneur-chef du Rocket. Le Saguenéen a hâte de pouvoir vivre ses premiers moments dans la Ligue américaine, même si, pour l’instant, il est diffiicle de savoir quand commencera vraiment la saison.
Au cours des prochains jours, Rafaël Harvey-Pinard ira s’installer à Laval pour s’entraîner sous la direction de Joël Bouchard, entraîneur-chef du Rocket. Le Saguenéen a hâte de pouvoir vivre ses premiers moments dans la Ligue américaine, même si, pour l’instant, il est diffiicle de savoir quand commencera vraiment la saison.

Harvey-Pinard se joindra au Rocket à Laval d’ici une semaine

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Peu importe quand démarrera la prochaine saison dans la Ligue américaine de hockey (LAH), Rafaël Harvey-Pinard sera déjà dans l’antre du Rocket à Laval pour être fin prêt à faire ses preuves. Le Jonquiérois part s’installer à Laval, au cours des prochains jours, afin d’aller s’entraîner sous l’égide de Joël Bouchard, l’entraîneur-chef du Rocket.

C’est toutefois l’une des seules certitudes que l’athlète de 21 ans a pu obtenir dans le contexte nébuleux causé par la pandémie. Car la LAH a ciblé le 4 décembre pour la reprise des activités, mais rien ne garantit que ce sera effectivement le cas.

Pour le reste, le Saguenéen est un peu dans le néant. « J’aurais aimé avoir des réponses précises (à donner), mais je ne peux pas. J’ai seulement communiqué avec Joël Bouchard pour mon arrivée au début septembre, mais je ne sais pas ce qui m’attend. Je sais juste que je vais m’entraîner avec des joueurs de mon calibre. Mais encore là, je ne sais pas si c’est avec toute l’équipe ou juste quelques joueurs. Je vais en savoir davantage une fois rendu là-bas », a indiqué celui qui se dit « vraiment impatient de pouvoir embarquer sur la glace pour une “game” ».

« J’ai hâte de vivre ma première année professionnelle en espérant que tout soit passé pour que je puisse justement la vivre », souhaite-t-il à l’autre bout du fil.

Malgré sa hâte de disputer des matchs, l’Europe ne fait pas partie de ses options. « Je vois des joueurs qui optent pour l’Europe parce que ça va leur permettre de jouer et de s’améliorer en jouant des matchs avec des hommes. Dans mon cas, j’ai un contrat d’une année avec le Rocket, alors ça rend peut-être difficile l’option de l’Europe. Pour moi, ce sera donc de suivre les conseils du Canadien et de voir ce qui va se passer. »

Saguenay (JonquiËre) rafael harvey pinard Le Quotidien Rocket Lavoie

En pleine forme

Depuis que la saison du hockey junior majeur a abruptement pris fin en mars dernier, l’ancien capitaine des Saguenéens de Chicoutimi a partagé son temps entre l’entraînement et le travail à la pizzéria familiale. Depuis trois semaines cependant, il se consacre entièrement à l’entraînement hors et sur glace. « Je continue de m’entraîner encore fort, mais j’embarque plus souvent sur la patinoire. Dernièrement, j’ai souvent participé aux entraînements du camp des Élites (midget AAA) », mentionne celui qui visait à prendre de la masse musculaire et améliorer son coup de patin avec les entraînements.

Il se présentera donc à Laval en excellente forme et bien reposé. « L’an passé, quand on a gagné la coupe Memorial, mon été s’est résumé à un mois d’entraînement. Cette année, ça doit faire cinq ou six mois que je m’entraîne et c’est sûr que je vais être reposé », convient celui qui a aussi pris soin de bien gérer son énergie sous les conseils de son entraîneur Olivier Samuel.

Et les études ?

Gagnant du trophée Marcel-Robert décerné au meilleur joueur-étudiant de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, RHP a toujours à coeur les études. En signant un premier contrat, il se donnait un peu de temps pour apprivoiser son nouvel environnement avant de voir, après les Fêtes, quels cours il pourrait suivre pour être en mesure de concilier hockey et études.

Comme la saison s’amorcera plus tard, il estime qu’il pourrait s’inscrire à un cours ou deux à l’université puisqu’il aura du temps en soirée pour étudier. « Là aussi, je suis un peu dans le néant. Je communique avec plusieurs personnes pour essayer d’avoir des cours pour la prochaine session. Je m’en vais à Laval pour m’entraîner, mais mes soirées seront libres, alors j’aurai du temps pour étudier. Être inscrit à un ou deux cours, ce serait quelque chose de bien pour moi. »

Le brillant jeune homme aspire toujours à une formation en physiothérapie, mais dans sa situation actuelle, ce n’est pas possible parce que cette formation requiert une présence sur place dans plusieurs cours. Il cible donc des cours qui font partie de la formation, de manière à s’avancer même s’il n’est pas inscrit dans le programme.

Rappelons qu’Harvey-Pinard a été un choix de septième tour (201e au total) du Canadien de Montréal lors du repêchage de la LNH en 2019. À la fin mai, il a signé un contrat d’un an, à un volet (LAH) avec le Rocket de Laval.