Marianne St-Gelais a salué la foule en versant une larme.

Hamelin champion; St-Gelais médaillée au relais

Devant la foule enthousiaste de l'Aréna Maurice-Richard, Charles Hamelin a poursuivi sa lancée victorieuse dimanche pour remporter son premier titre de champion du monde en carrière, le seul titre qui lui manquait à son palmarès. Pour sa part, Marianne St-Gelais n’aura pas réussi à racheter ses Jeux olympiques sur le plan individuel alors qu’elle a été éliminée en demi-finale du 1000m lors des Championnats du monde de patinage de vitesse sur courte piste qui se tiennent à Montréal.

La patineuse de Saint-Félicien a pris le 6e rang de sa vague de demi-finale, tout juste derrière la Sherbrookoise Kim Boutin, elle aussi éliminée.

Hamelin champion

Après sa conquête de l'or au 1500 m samedi, Charles Hamelin s'est de nouveau imposé dimanche en finale du 1000 m pour confirmer sa place au sommet du classement général. Son coéquipier et champion olympique de la distance, Samuel Girard (Ferland-et-Boilleau) a dû se contenter de la 5e place, ayant été pénalisé.

Hamelin a ensuite pris part à la Super Finale 3000 m où sa 4e position lui a permis de confirmer son premier titre de champion du monde. 

Le dernier Canadien à avoir réussi cet exploit a été le Chicoutimien d'origine, Marc Gagnon, il y a 20 ans. Gagnon a en effet été champion du monde en 1993, en 1994, en 1996 et en 1998. Quant à Charles Hamelin, il a été vice-champion du monde à trois reprises, soit en 2007, en 2011 et en 2016.

Relais

Marianne St-Gelais a terminé sa carrière en patinage de vitesse courte piste lors de la finale du relais. L'équipe canadienne a terminé sur la troisième marche du podium. Outre Marianne, l’équipe féminine était composée de Valérie Maltais (La Baie), de Kasandra Bradette (Saint-Félicien) et de Kim Boutin (Sherbrooke).

Plusieurs personnes sur place pour encourager Samuel Girard

Samedi, soulignons que Samuel Girard est allé retrouver sa parenté après sa journée de compétition. Et ils sont nombreux à avoir effectué le trajet Ferland-et-Boilleau–Montréal pour aller l’encourager de vive voix. Comme promis, le maire de la municipalité, Hervé Simard, était sur place. Malheureusement, ses grands-parents n’avaient pas l’énergie pour faire le voyage et vivre ces émotions fortes.

L’ancien entraîneur de Valérie, Luc Dufour, tenait à être présent pour assister à ce qui devrait être ses derniers mondiaux en courte piste et son ancien protégé Samuel Girard.

Luc Dufour a repris du service au club F18 de La Baie et il a constaté l’effet positif des Samuel Girard et Valérie Maltais. «Après les Fêtes, on a commencé un petit groupe de 6-7 jeunes en longues lames âgés entre 5 et 8 ans et cette semaine, nous étions rendus à 16. J’ai même deux petits joueurs de hockey qui ont transféré avec nous et l’un d’eux est en compétition en fin de semaine à Baie-Comeau. Il tripait tellement. Il se voit comme un petit Samuel.»

Concernant la décision de Valérie de passer au longue piste, Luc Dufour avoue qu’il a été un peu surpris. «Mais quand j’ai vu qu’elle sortait avec un gars longue piste, [je me suis dit que] ça ne m’aurait pas surpris qu’elle soit tentée par l’expérience. C’est une fille d’endurance et elle est très forte techniquement.»