La formation de Banská Bystrica a remporté un deuxième championnat consécutif de la Ligue élite de Slovaquie, s’imposant en sept rencontres en finale devant Trencin.

Guillaume Asselin charmé par la Slovaquie

La première saison de Guillaume Asselin de l’autre côté de l’Atlantique a été couronnée de succès, c’est le moins que l’on puisse dire. L’attaquant de 25 ans et ancien des Saguenéens a été charmé par la Slovaquie, remportant même le titre avec la formation de Banská Bystrica, dans la Ligue élite du pays.

« On entend souvent des histoires de joueurs qui disent que ça ne s’est pas bien passé en Europe, mais pour moi, tout s’est bien passé », de témoigner Guillaume Asselin, joint alors qu’il s’offre quelques jours de vacances bien méritées sur le Vieux Continent en compagnie de sa conjointe. 

Après avoir terminé son stage avec les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Guillaume Asselin avait débuté chez les professionnels dans le East Coast Hockey League (ECHL), à Wichita au Kansas, mais malgré trois passes en trois matchs, il ne trouvait pas son compte. « Je ne voyais plus la lumière au bout du tunnel. Ça ne me donnait pas grand-chose de rester là. Avec mon style, ça ne fonctionnait pas », d’admettre le natif de Québec qui a par la suite communiqué avec un agent spécialisé en Europe, François Guay. Trois jours plus tard, l’offre de la Slovaquie arrivait sur la table. « Honnêtement, je ne savais pas grand-chose. Je savais qu’il y avait au moins deux Québécois dans l’équipe, de confier Guillaume Asselin qui s’est finalement retrouvé avec quatre Québécois, l’attaquant Éric Faille, qui évoluait sur son trio, ainsi que les défenseurs Guillaume Gélinas et Steven Delisle. 

« Je me suis dit : ‘‘Let’s go’’ et j’ai décidé de sauter là-dedans. Quand je suis parti, je n’aurais jamais cru que cette année en Slovaquie serait aussi incroyable », témoigne Asselin.

Championnat

Après avoir pris le quatrième rang en saison, le club de Banská Bystrica s’est faufilé jusqu’en finale face au Trencin, qui comptait dans ses rangs quelques anciens de la Ligue nationale, dont Marcel Hossa. La formation située à l’est de la Slovaquie a rapidement pris les devants 3-0 avec deux victoires sur la route, avant de perdre les trois matchs suivants. Au 7e et ultime match, à Trencin, le trio d’Asselin a marqué en deuxième pour faire 2-1, ce qui a propulsé l’équipe vers un deuxième championnat consécutif, grâce à une victoire de 5-1.

« Ça faisait vraiment du bien de soulever le trophée. Il était tellement lourd, en plus. C’était spécial, mais de façon mémorable », de raconter le natif de Québec, dont le dernier titre remontait au midget AAA avec le Blizzard du Séminaire Saint-François. Au passage, il souligne l’ardeur des partisans alors qu’un défilé a même été organisé au centre-ville après ce deuxième championnat consécutif. Pour les matchs locaux, l’aréna d’un peu moins de 3000 places était toujours rempli, ce qui donnait une ambiance très intéressante.

Bien entendu, Guillaume Asselin (à droite) a célébré avec ses coéquipiers.

Suite

Guillaume Asselin ne cache pas qu’il veut maintenant s’établir en Europe. Il espère maintenant que son rendement en circuit slovaque, de plus faible calibre et avec des salaires moindres, lui servira de tremplin vers des circuits de plus grande envergure comme la Suisse, l’Autriche ou l’Allemagne.

« C’est mon style. Sur la grande glace, j’ai plus de place pour faire mes jeux. Je dois jouer là », tranche Guillaume Asselin, convenant que les trois saisons dans l’uniforme des Saguenéens, sur la glace olympique du Centre Georges-Vézina, ont favorisé la transition. « Ç’a tout de suite cliqué et ça s’est poursuivi tout au long de la saison et les séries », avance celui qui a amassé 30 points en 36 rencontres en saison régulière avant de continuer sur sa lancée en séries avec 17 points, dont neuf buts, en 16 rencontres éliminatoires.