Couronnés champions provinciaux en mixte, Robert Desjardins et ses coéquipiers Amélie Blais (3e), Thierry Fournier (2e) et Véronique Bouchard (1re) tenteront de remporter le championnat canadien.

Grosse saison et grandes ambitions pour Robert Desjardins

Robert Desjardins vient d'amorcer sa plus grosse saison de curling en carrière. En effet, le Chicoutimien n'aura pas beaucoup de fins de semaine de libres d'ici Noël puisqu'il disputera neuf tournois avant les Fêtes dans trois formats différents. En plus des compétitions sur le circuit mondial et canadien avec son équipe masculine, Desjardins nourrit de grandes ambitions avec sa conjointe Véronique Bouchard en mixte et avec sa fille Émilie Desjardins en double mixte.
Commanditée par l'hôtel Le Montagnais, l'équipe de Desjardins (3e) est complétée par Jean-Sébastien Roy (natif de Jonquière) capitaine, de Pierre-Luc Morissette de Québec (deuxième), René Dubois de Jonquière et Thierry Fournier de Québec (qui alternent comme premier). « Jean Sébastien est capitaine, mais lance les pierres de troisième. La grosse différence (par rapport à la saison dernière), c'est Pierre-Luc qui lance maintenant les pierres de deuxième, alors qu'avant il était dans la maison. Ce sont les deux éléments clés dans notre équipe. On peut déjà voir, après quelques tournois, que Pierre-Luc sera dominant à sa position. Il est très solide. Quant à Jean-Sébastien, on est montés au 17e rang mondial ensemble en novembre 2007. On recommence ensemble, alors que chacun de nous a pris de l'expérience et que nos caractères se sont adoucis aussi. Ce devrait être une formule gagnante », avance Robert Desjardins, tout en précisant qu'il est fort heureux que Thierry Fournier et René Dubois soient demeurés au sein de l'équipe.
La formation aura donc un calendrier chargé avec neuf tournois et autant d'occasions d'amasser des points sur le circuit canadien et le circuit mondial. Robert Desjardins prendra part à sept et comme ils sont cinq dans l'équipe, ils pourront se partager le travail. « C'est une formule pour nous permettre d'essayer de nous refaire une santé au niveau des classements. Ça fait quelques années qu'on navigue autour du 60e rang mondial. Il nous manquait un peu de profondeur », note M. Desjardins qui est persuadé que la formule actuelle portera fruit. L'équipe se situe autour du 62e. En étant demi-finaliste au Fall Open le week-end dernier, l'équipe a gagné trois rangs en faisant près de 15 points de classement. En fin de semaine, ses coéquipiers seront en action au Navy Club d'Ottawa et il s'attend à ce que l'équipe continue sur sa lancée. « J'adore ce que je vois et la performance est excellente, assure-t-il. Actuellement, notre fiche est de 10 victoires, deux défaites depuis qu'on a commencé à jouer ensemble. C'est le fun de voir ce qui s'en vient. »
De beaux espoirs avec sa fille Émilie
En plus d'évoluer avec une équipe masculine et une équipe mixte, Robert Desjardins caresse aussi de beaux espoirs en double mixte avec sa fille, Émilie, 18 ans, surtout en cette année olympique. Le curling en double mixte fait en effet partie des disciplines qui feront leur apparition aux Jeux de Pyeongchang.
« Cette année, c'est l'année olympique et ce seront les premières qualifications olympiques canadiennes. Nonobstant certains ratés dans le processus, on se retrouve en position avantageuse. En date de mercredi matin, on est 19e et ils en prennent 18 », explique Robert Desjardins. « Il reste cinq fins de semaine où il y a des tournois donnant des points supplémentaires. Du nombre, Émilie et moi en jouerons trois », souligne Desjardins, tout en remerciant son équipe masculine de lui permettre de jouer.
Il souligne aussi la collaboration et la détermination de son entourage et du Club de curling de Chicoutimi qui ont permis de tenir le Double mixte Express, en fin de semaine, au club de Chicoutimi. N'eût été leur persévérance, Robert Desjardins avoue qu'il aurait sans doute lancé la serviette. « Il fallait qu'il y ait 16 équipes pour que le tournoi compte. Et au moment où nous avions amorcé nos démarches, nous n'avions que cinq équipes, car c'est le temps de la chasse, il y a encore du golf et le club n'était pas encore ouvert. C'est Véronique (Bouchard) qui a dit qu'on était capables. On a eu le support d'un paquet de monde d'un peu partout. On a des gens de Québec et même de Montréal qui viennent. Il y a même des équipes qui n'ont jamais joué de double mixte de leur vie qui vont venir pour que le tournoi soit éligible », souligne-t-il avec reconnaissance. La finale est programmée pour dimanche, à 14 h 30.
Le duo père-fille tentera d'amasser d'autres points à Halifax, en Nouvelle-Écosse, à la mi-octobre, puis en banlieue de Toronto durant la fin de semaine du 29 octobre, dernière fin de semaine de points éligibles.
 « Après cela, on saura si on a atteint la qualification olympique qui aura lieu en janvier. Notre objectif n'est pas de gagner la qualification olympique cette année, mais de prendre l'expérience nécessaire, précise-t-il. Les 18 meilleures équipes au Canada prendront part aux qualifications et ce serait irréaliste de penser terminer au premier rang. Il n'y a qu'une seule place disponible pour chacun des huit pays qui s'affronteront aux Jeux. « Dans quatre ans, Émilie aura 22 ans et je pense qu'elle sera rendue au calibre des meilleures joueuses doubles mixtes. Elle fait déjà très bien face à la musique. »
Au championnat canadien mixte
Tout en visant haut avec son équipe masculine, Robert Desjardins se montre aussi confiant quant au potentiel de l'équipe mixte qu'il forme avec sa conjointe Véronique Bouchard, et ses coéquipiers Amélie Blais et Thierry Fournier, tous deux de Québec.
Desjardins n'est pas peu fier de compter une joueuse aguerrie comme Amélie Blais au poste de troisième.
« C'est l'élément clé de l'équipe. Personnellement, je n'ai jamais vu une joueuse comprendre aussi bien la ''game'' de curling et être capable de changer ses lancers de pierres, explique Robert Desjardins. Normalement, on ne voit pas ça en curling féminin. On a découvert qu'elle était capable de modifier les choses au besoin lors du Championnat provincial l'an dernier. C'est toute une joueuse de curling ! »
D'ailleurs, en remportant le Championnat provincial l'an dernier, le quatuor représentera le Québec au Championnat canadien en novembre, à Swan River, au Manitoba. Malgré sa vaste expérience en curling et quelques nationaux à sa fiche, ce sera la première fois que Desjardins participera à un championnat canadien en mixte. Ce sera aussi un premier championnat canadien pour Véronique (première) et pour Thierry Fournier (deuxième).
Le quatuor est aussi sur la même longueur d'onde quant aux objectifs poursuivis. « On a une équipe extrêmement professionnelle », souligne Desjardins. Le plaisir est au rendez-vous, mais la formation prend les moyens pour remporter le tournoi. Autre incitatif, l'équipe gagnante du Championnat canadien représentera le pays au Championnat du monde. Robert Desjardins ayant eu la chance de vivre des mondiaux en double mixte, il aimerait avoir la chance de faire de même en mixte.