Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La région regorge de beaux endroits pour la randonnées pédestres et les gens en ont pleinement profité durant la fin de semaine de la Grande marche sous zéro pour prendre une bonne bouffée d’air frais. Que ce soit au parc de la Rivière-aux-Sables (photo) ou au parc de la Rivière-du-Moulin ou dans les rues des municipalités, les gens de tous âges ont répondu massivement à l’invitation du Grand défi Pierre Lavoie de marcher un 5 km.
La région regorge de beaux endroits pour la randonnées pédestres et les gens en ont pleinement profité durant la fin de semaine de la Grande marche sous zéro pour prendre une bonne bouffée d’air frais. Que ce soit au parc de la Rivière-aux-Sables (photo) ou au parc de la Rivière-du-Moulin ou dans les rues des municipalités, les gens de tous âges ont répondu massivement à l’invitation du Grand défi Pierre Lavoie de marcher un 5 km.

Grande marche sous zéro: objectifs plus que doublés

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Si Pierre Lavoie et son équipe du Grand défi s’attendaient à avoir un certain succès avec la Grande marche sous zéro cette fin de semaine, la réponse du public et des écoles a été bien au-delà de leurs attentes. Une fois tous les résultats de la population et des classes-bulles des écoles compilés, le nombre de participants pourrait même s’approcher du quart de million de personnes de tous âges et de tous horizons à avoir marché 5 km en fin de semaine.

Dimanche, autour de 19h, 232 000 personnes avaient marché et validé leur distance sur le site du Grand défi. Les gens avaient jusqu’à minuit dimanche soir pour confirmer leur activité sur le site onmarche.com, tandis que les écoles ont jusqu’à mardi, 23h59 pour enregistrer les résultats. Dans le communiqué émis dimanche, vers 17h30, on parlait de 80 611 élèves issus de 4191 classes-bulles du primaire et du secondaire à avoir participé à la Grande marche sous zéro. Pierre Lavoie ne pouvait qu’être ravi de la réponse obtenue.

« Je visais 100 000 et on a atteint 230 000, et probablement encore plus. C’est quand même incroyable! », a lancé Pierre Lavoie en entrevue téléphonique. Pour lui, c’est la confirmation que ce type de projet répond vraiment à un besoin, car les gens devaient quand même faire l’effort de s’inscrire, puis de confirmer leur 5 km une fois l’activité accomplie.

« Donc c’est beaucoup de monde! La belle fin de semaine a aidé et le mois de janvier a été exceptionnel aussi, ce qui a aidé à garder les marcheurs occupés », souligne-t-il. Et comme la COVID a fait en sorte que les gens sont confinés, la marche, accessible à tous, est devenue le moyen de bouger et de sortir prendre l’air. Pour la santé mentale et physique, tout ça a créé un momentum qui a permis de réunir autant de monde. Près d’un quart de million de personnes, c’est du monde en tabarouette! Quand tu regardes ça, il n’y a pas d’activité sportive au Canada qui réunit autant de monde », insiste-t-il.

Un mois de janvier relativement doux et une fin de semaine sous un beau soleil ont contribué au succès de la Grande marche sous zéro. L’organisation du Grand défi se concentre maintenant sur leur prochain événement en juin, le 1 000 000 KM Ensemble, et espère que la population répondra à nouveau en grand nombre à l’invitation.

« Nous misions sur le divertissement, mais aussi l’inclusion et la gratuité, pour joindre le plus de participants possible. Le résultat est spectaculaire, vu la participation des écoles, et ça me rend extrêmement fier. Notre but est d’amplifier le mouvement des saines habitudes de vie pour qu’elles s’installent dans la société et que la prévention en matière de santé devienne enfin prioritaire. Merci à tous les partenaires d’avoir contribué à donner une véritable bouffée d’oxygène aux Québécois qui en ont grand besoin actuellement, et à tous les marcheurs. »

Les nouvelles technologies ont permis de rassembler les gens autour d’un projet, même à distance, mais cela ne se fait pas sans effort. « Il faut travailler le site Web, créer du contenu, il faut que tu essaies de le nourrir », souligne le cofondateur du Grand défi. C’est pourquoi durant tout le week-end, l’équipe du Grand défi avait préparé des entrevues, de l’animation et des prestations musicales, dont Annie Villeneuve, 2Frères, Ludovick Bourgeois et Bleu Jeans Bleu, diffusées sur le site Web de l’événement et la page Facebook du Grand défi. »

Test concluant pour juin

La réponse massive de la population a permis à l’organisation du Grand défi de tester les outils mis en place en vue de la 2e édition du 1 000 000 KM Ensemble qui aura lieu en juin. « Pour nous, c’est un très très bon test. Aucune de nos plateformes et notre système n’ont planté. On a été meilleurs que l’an passé. On a produit quatre spectacles en même temps. Ça nous prépare bien pour le mois de juin où on a fait converger tous nos événements. À partir de lundi, toutes nos équipes travaillent sur le 1 000 000 KM Ensemble. On veut faire quelque chose d’unique comme on a fait en fin de semaine, mais dans un autre concept, assez hot! »

« En fin de semaine, ç’a été un bon temps d’arrêt pour tester le mouvement, ajoute Pierre Lavoie. Le mouvement est rendu loin et il touche toutes les catégories de la population, incluant les jeunes du primaire et du secondaire, parce que la marche c’est inclusif et tu peux faire bouger tout le monde. »

« Moi, je suis très content quand tu vois près d’un quart de million de personnes embarquer, tu te dis pourquoi organiser le Marathon de Montréal pour faire bouger 25 000 personnes quand tu peux en faire bouger 250 000 par un autre programme », constate Pierre Lavoie, dont le Grand défi faisait partie des organisations qui s’étaient montré intéressées à prendre la relève du Marathon de Montréal.

À l’instar de l’événement d’en fin de semaine, le projet du 1 000 000 de KM Ensemble se voudra le plus inclusif possible. « Je veux rejoindre tout le monde, les écoles, les entreprises, les coureurs, les cyclistes, les nageurs, etc. » Il a déjà approché des responsables pour que, par exemple, les nageurs en eau libre puissent cumuler des kilomètres sur un parcours établi dans des lacs un peu partout au Québec.