Fort du succès obtenu l’an dernier avec la présentation du critérium dans le secteur du Bassin, les dirigeants du Grand Prix cycliste de Saguenay l’ont remis à la programmation de la 5e édition, du 13 au 16 juin. L’organisation a apporté des changements aux parcours qui ajouteront du piquant.

Grand prix cycliste de Saguenay: un parcours pimenté pour 2019

Plusieurs nouveautés marqueront la 5e édition du Grand Prix cycliste de Saguenay, qui se déroulera cette année du 13 au 16 juin. Chose certaine, les cyclistes auront besoin de bonnes jambes dès le début de la compétition pour relever les défis que leur a concoctés l’organisation, comme en font foi les parcours dévoilés sur son site.

Pour l’étape initiale, les équipes cyclistes pourront en effet renouer avec le parcours de Kénogami et sa fameuse côte Des Meules/Price qu’ils grimperont à 12 reprises (boucle de 11,9 km) pour un total de 141,3 km. Le lendemain, lors de l’étape baieriveraine, les mollets des coureurs seront à nouveau sollicités dans le magnifique décor de la baie des Ha ! Ha ! Sauf que cette année, un ajout de taille viendra pimenter la dernière boucle. Les coureurs devront en effet gravir l’éprouvante montée du chemin Saint-Charles (bien connue sous le nom du lac à la Poche) qui couronnera le parcours de l’étape.

Dans le cas de Kénogami, la dernière fois que l’étape cycliste y a été disputée, c’était en 2016. L’année suivante, l’organisation avait dû trouver une alternative en raison des travaux effectués sur le pont d’aluminium et l’an dernier, un conflit de dates avait fait en sorte que l’organisation du GP avait plutôt accueilli les Championnats canadiens de cyclisme et de paracyclisme sur route.

Défi additionnel

L’étape du vendredi à La Baie comportera un défi additionnel. « Je travaille depuis un moment déjà sur cette étape (et l’ajout) va changer complètement l’allure de la course. On a une situation de course qui ne se jouera plus aux bonifications en temps, mais en différences réelles. On reste sur le parcours traditionnel autour du Théâtre du Palais municipal, mais à la toute dernière boucle, au lieu de rentrer directement à la ligne, ils vont tourner sur Grande-Baie Sud pour aller gravir la montée Saint-Charles », explique le DG Simon Ouellet.

« Pour la 5e édition, on voulait apporter des changements. On avait pensé à toute sorte de choses, dont un contre-la-montre, mais le but était de garder un critérium le samedi, une étape qui est l’fun pour les coureurs. Car les coureurs aiment bien rouler dans la ville, à Chicoutimi, le samedi. Sauf qu’avec l’ajout à l’étape de La Baie, ça va changer l’allure de la course et ce sera plus spectaculaire. »

La montée en question, souvent utilisée pour couronner le roi et la reine de la montagne dans la région, s’étend sur 2,6 km et présente une pente moyenne de 6 %. Le hic, c’est qu’il y a une portion de 100 mètres comportant une pente de 17 %... Un beau défi pour cette étape de 156 kilomètres (10 tours de 15,3 km).

Le samedi, le succès obtenu l’an dernier avec la présentation du critérium dans le secteur du Bassin (Parc de la Petite maison blanche) fait en sorte que le parcours sera de retour cette année. « L’an passé, on a vu que ça a donné de beaux résultats au niveau de la course en elle-même. On a quand même modifié un peu le parcours pour se rendre jusqu’au boulevard Saint-Paul. Il fallait se conformer aux normes de l’Union cycliste internationale (UCI) qui exige un parcours minimal de 2 kilomètres. Si on était resté avec le parcours de l’an dernier, on aurait manqué de distance. Ce sera aussi un parcours un peu plus facile de cette manière-là et qui correspond un peu plus à une course par étapes », souligne Simon Ouellet.

Quant à l’étape dominicale, elle reste la même avec le départ sur le boulevard Saguenay, pour remonter par la rue Bégin jusqu’aux boulevards Barrette et Saint-Paul pour clore la boucle. Les cyclistes l’effectueront à 9 reprises pour un total de 95,4 km.

+

PLUSIEURS ÉQUIPES CONFIRMÉES

(JSTP) — L’organisation du GP cycliste de Saguenay s’attend à combler sans peine les 19 places disponibles pour l’édition 2019. Déjà 12 équipes ont confirmé leur présence.

« Avec le calendrier UCI très restreint au niveau des courses en Amérique du Nord, ce ne sont pas les équipes qui manquent, assure Simon Ouellet, DG de l’organisation. On est bien servi cette année et je serai conservateur en disant que 12 équipes ont confirmé leur participation à 100 %. On va certainement atteindre l’objectif de 19 équipes. »

Parmi les équipes ayant confirmé leur présence, il cite Interpro Cycling Academy, une équipe continentale du Japon qui compte dans ses rangs un jeune Québécois, Charles-Étienne Chrétien. « C’est une bonne équipe qui sera à surveiller et qui fait aussi des courses en Europe », mentionne Simon Ouellet.

L’équipe X-Speed United de Hong-Kong, qui regroupe des coureurs de partout, dont des Canadiens, sera aussi présente. L’ancienne formation Silber Pro sera de retour sous le nom de Floyd Pro Cycling. L’ancien coéquipier de Lance Armstrong et champion déchu du Tour de France 2006, Floyd Landis, possède une entreprise de cannabis thérapeutique et il dispose d’argent pour assurer le financement de cette équipe.

Deux équipes canadiennes seront de la partie, soit l’équipe québécoise Probaclac/Devinci Cycling Team ainsi qu’une équipe amateur de l’Ontario. Plusieurs équipes des États-Unis pourraient s’ajouter bientôt et peut-être une formation du Mexique. 

Cocktail-bénéfice

D’ici le coup d’envoi de la 5e édition, l’organisation du GP cycliste de Saguenay tiendra son cocktail-bénéfice le jeudi 30 mai, à l’usine de la Voie Maltée sur la rue des Laurentides, à Chicoutimi. Plusieurs prix de présence seront tirés, dont le maillot de champion canadien de l’étape baieriveraine remporté par Antoine Duchesne en juin 2018. Le maillot a été signé par le coureur de l’équipe Groupama-FDJ. Les billets sont en vente auprès des membres du conseil d’administration du GP cycliste de Saguenay.

Enfin, le GP cycliste tombera en même temps que le Grand défi Pierre Lavoie. Toutefois, les deux événements ne se nuiront pas en ce qui concerne les troupes de bénévoles. « Ç’a très bien été et on s’est préparé en conséquence. On a prévu le coup pour les bénévoles et il y a une belle réponse, de sorte qu’il ne devrait pas y avoir de problème », a conclu Simon Ouellet.