Guillaume Boivin (en vert) lors du Grand Prix cycliste de Saguenay.

GP cycliste: Guillaume Boivin toujours dans le coup

L'américain Chad Beyer a remporté la troisième étape du Grand Prix cycliste de Saguenay, samedi soir, dans les rues de Kénogami, lors du critérium de 74,5 kilomètres. Sans frapper un grand coup, Guillaume Boivin s'est rapproché de la première place au classement général, toujours détenue par Steve Fisher.
La troisième étape du Grand Prix cycliste de Saguenay a été remporté par l'Américain Chad Beyer.
Plusieurs spectateurs étaient présents aux abords du parcours pour épier les cyclistes du Grand Prix de Saguenay.
Beyer (Canyon Bicycles) a franchi le fil d'arrivée devant Marc-Antoine Nadon et Cage Hecht, membres d'une échappée de 10 coureurs. L'Almatois Elliott Doyle a pu se consoler en remportant le sprint parmi la cinquantaine de cyclistes dans le peloton principal, arrivé 11 secondes après l'échappée.
Vêtu du maillot vert de meneur aux points, qu'il a acquis samedi en remportant, notamment, le premier sprint intermédiaire, Guillaume Boivin n'a pas caché que ce n'était pas cette tunique qu'il voulait. Il comptait sur la troisième étape pour dérober le maillot jaune à Fisher, sans succès. Boivin a néanmoins grugé une seconde à l'Américain, de sorte qu'il se retrouve à deux secondes du meneur au classement général. Il a pris le 13e rang de l'étape de samedi.
«C'est super le fun d'avoir un maillot, mais on vise le jaune, a avoué Guillaume Boivin quelques minutes après avoir été dans l'obligation de subir un test antidopage. On est un peu déçu, mais les gars ont fait tout ce qu'ils pouvaient. On est seulement quatre dans l'équipe donc ce n'est pas évident. Il reste qu'on a réussi à aller chercher une seconde, ce qui est mieux qu'une claque dans la face. Tout va se jouer demain (dimanche) et au moins, on est à distance de tir, mais ça ne sera pas facile.» 
Boivin et ses coéquipiers de l'équipe canadienne se concentrent maintenant sur la dernière étape, courue dimanche à Chicoutimi. La longue montée de la rue Salaberry et de la rue Bégin risquent d'en faire baver plus d'un, d'autant plus qu'on prévoit une chaleur intense. La formation de l'unifolié devra également percer la muraille de Steve Fisher, entouré de sa puissante équipe Canyon Bicycles.
«Je ne vais pas mentir, on aurait aimé gagner et je pense que j'avais les jambes pour le faire, a confessé le cycliste aux racines saguenéennes. Mais bon, c'est un travail d'équipe et on va essayer d'aller chercher ça (le maillot jaune) dimanche. C'est loin d'être joué, autant eux (la formation Canyon Bicycles) peuvent avoir des défaillances que nous aussi. C'est un parcours qui va être plus adapté à nous.»
Léandre Bouchard roule sous les couleurs de l'équipe canadienne au Grand Prix cycliste de Saguenay.
La troisième étape du Grand Prix cycliste de Saguenay s'est déroulée dans les rues de Kénogami.
Elliott Doyle a essayé
Membre de la formation Garneau-Quebecor, Elliott Doyle était content de voir son coéquipier Bruno Langlois faire partie de l'échappée finale. Le plan de match pour l'équipe québécoise était que chacun tente sa chance en provoquant une échappée. Langlois a été le seul pour qui ses efforts ont porté fruit.
«Bruno Langlois est parti et à partir de là, on avait un plan B qui était de m'amener au sprint, a expliqué l'athlète d'Alma. Le plan A était Langlois et on a bien terminé la course.»
À propos de son sprint final dans le peloton, Doyle a fait savoir que ça avait permis à tout le monde d'aiguiser les stratégies de course.
«C'était une façon de me tester par rapport aux autres coureurs, a-t-il souligné. Les gars avaient travaillé pendant environ 10 tours pour me placer donc il fallait bien que je termine l'effort. Ça nous prépare à travailler en vue des autres courses et à faire du beau travail d'équipe. En travaillant comme ce soir, c'est un avantage pour le futur.»
Bouchard a travaillé
Comme c'est le cas depuis jeudi, Léandre Bouchard s'est de nouveau concentré à travailler en fonction de son coéquipier de quelques jours avec l'équipe nationale, Guillaume Boivin. Il a finalement terminé 50e, dans le peloton.
«Je suis content et j'ai fait de mon mieux pour aider Guillaume le plus possible, a exprimé le spécialiste du vélo de montagne, ajoutant que le fait que l'équipe du Canada comptait seulement quatre hommes compliquait la tâche. En plus de Bouchard et Boivin, Benjamin Perry et James Piccoli complètent le groupe.
«Un critérium, ça se fait assez bien, mais aider son coéquipier, c'est autre chose, a poursuivi Léandre Bouchard. J'ai mis beaucoup d'énergie pour répondre aux attaques mais c'était difficile de couvrir tous les coups. C'était un autre bel apprentissage pour moi. Ça roulait vite et il y avait beaucoup d'action.»
Les deux cyclistes régionaux ont sensiblement le même plan de match pour dimanche. Ils seront à la disposition de leurs coéquipiers si nécessaire, mais Elliott Doyle ne ferme pas la porte à l'idée d'être présent au sprint final si les circonstances le permettent.
Beau parcours, sauf que...
En raison de travaux au centre-ville de Chicoutimi, le critérium du samedi avait été déplacé de Chicoutimi à Kénogami. Selon quelques témoignages obtenus sur place, le parcours offrait de belles opportunités aux cyclistes, mais la chaussée laissait franchement à désirer. Il a même été possible d'entendre de la bouche d'un coureur qu'il avait davantage mal aux mains qu'aux jambes, en raison des nombreux chocs reliés à l'état du bitume...
«On se faisait brasser un peu, mais ça demeurait un très beau parcours», a commenté Léandre Bouchard, toujours aussi diplomate.