Même s’il a pris sa retraite de la compétition, l’Almatois Elliott Doyle (à droite) a accepté avec plaisir de faire partie de l’équipe de super encadreurs du Grand défi Pierre Lavoie.

GDPL: Elliott Doyle agira comme super encadreur

L’Almatois Elliott Doyle a peut-être pris sa retraite de la compétition cycliste sur route, mais le vélo est encore bien présent dans son quotidien. L’affable jeune homme pourra d’ailleurs mettre son talent au service des participants du 1000 km du Grand défi en juin, puisque Pierre Lavoie l’a recruté pour faire partie de son équipe de super encadreurs.

Joint mardi, l’athlète de 25 ans a confirmé qu’il vivra sa toute première expérience du 1000 km du Grand défi du 13 au 16 juin. « On s’est vu à Montréal lors d’un congrès d’étudiants en pharmacie et on s’était parlé un peu après. Puis, la semaine suivante, il m’a demandé si ça m’intéressait d’être super encadreur pour le GDPL. J’ai été vraiment surpris et content et j’ai dit oui ! », a-t-il raconté, impatient de découvrir ce grand rendez-vous annuel.

« Ce sera une première expérience pour moi et j’ai vraiment hâte de voir à quoi ça ressemble. Mon père (Ralph Doyle), l’a déjà fait à deux reprises avec une équipe », mentionne celui qui apprécie la confiance que Pierre Lavoie lui a témoignée en le recrutant. « C’est un beau geste et c’est vraiment apprécié ! »

Un beau challenge

Même s’il se consacre pleinement à ses études en pharmacie à l’Université Laval, l’Almatois continue de s’entraîner presque quotidiennement. Avec encore deux mois devant lui, il devrait être en mesure de relever ce challenge haut la main.

Elliott Doyle

« Je ne serai peut-être pas entraîné comme les dernières années, mais je vais être en forme et arriver prêt. C’est sûr que c’est quand même 1000 kilomètres en quatre jours, mais ça ne me fait pas peur. On sera 13 super encadreurs et j’ai vraiment hâte de connaître cette gang et tout l’événement aussi. »

Elliott Doyle est bien conscient qu’il devra prendre sous son aile les participants qui éprouveront plus de difficultés durant les étapes. « Le but, c’est que le participant puisse terminer chaque étape en ayant du plaisir », rappelle-t-il. Quant à l’aide à apporter, ce sera du déjà-vu. « En entraînement ou en compétition, ça m’est déjà arrivé d’aider des coéquipiers. Je suis quand même assez habile sur mon vélo et ce n’est pas trop une difficulté pour moi. Alors, je suis déjà habitué », explique-t-il, bien à l’aise avec cet aspect de sa mission.

S’il vivra son baptême du feu en cette 11e édition du GDPL, l’Almatois est conscient que le sommeil sera une denrée rare. « Je sais qu’on peut sauter deux étapes, pas plus. On peut, mais on n’est pas obligés. Ça devrait être ben plaisant ! »

« Avec tous les cyclistes qui participent, la gang du Grand défi, la musique et tous les événements, ça devrait donner un gros rush d’adrénaline ! », ajoute celui qui a aussi hâte de vivre la fébrilité des grands rassemblements lors des étapes. Il aime aussi le fait que le Grand défi rejoigne la masse et sensibilise la population aux saines habitudes de vie.

Impliqué

D’autre part, son amoureuse, la vététiste Catherine Fleury, prendra part à la Boucle, le 15 juin à Drummondville, et il ne serait pas surprenant que l’Almatoise, un fleuron du vélo de montagne, donne elle aussi un coup de main aux autres participants de cette « randonnée » de 135 kilomètres !

Quant à Elliott, même s’il consacrera une partie de son été à ses stages en pharmacie, il donnera aussi de son temps en coachant parfois le club cycliste Proco d’Alma et en s’impliquant au club de vélo de montagne Cyclone. Enfin, pour une deuxième année consécutive, il agira comme ambassadeur de la Véloroute des Bleuets.