La judoka Amélie Grenier de Laterrière est en nomination dans la catégorie «Athlète féminine niveau québécois» dans le cadre du Gala SPORTSQUÉBEC diffusé mardi sur les ondes de RDS.
La judoka Amélie Grenier de Laterrière est en nomination dans la catégorie «Athlète féminine niveau québécois» dans le cadre du Gala SPORTSQUÉBEC diffusé mardi sur les ondes de RDS.

Gala SPORTSQUÉBEC: quatre athlètes et un entraîneur d’ici en nomination

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Voici les athlètes et entraîneurs en nomination, prise 2, pour le 47e Gala SPORTSQUÉBEC qui devait être présenté ce printemps, mais qui en raison de la pandémie sera finalement diffusé sur les ondes de RDS le mardi 15 septembre, à compter de 19h. Quelques athlètes et un entraîneur natifs de la région sont en lice pour un Maurice.

Comme le veut la tradition, cette soirée, animée par Émilie Duquette et Luc Bellemare, récompensera les 20 lauréates et lauréats du milieu sportif qui se sont démarqués dans leur catégorie respective pour l’ensemble de leur saison 2019.

Dans la catégorie «Athlète féminine au niveau québécois», on retrouve la judoka du club Ju-Shin Kan de Laterrière, Amélie Grenier, en compagnie de la cycliste Coralie Lévesque et de la joueuse de tennis Josie Usereau.

Dans la biographie de l’athlète, on rappelle qu’Amélie est une étoile montante du judo au Canada. La Laterroise a dominé la scène provinciale chez les cadettes en 2019, remportant chacune des compétitions du circuit Jukado dans la catégorie des moins de 52 kg. La Saguenéenne s’est également illustrée aux derniers Championnats canadiens ouverts, décrochant l’or chez les U18 et l’argent chez les U21. Alors âgée de 17 ans, la judoka a poursuivi sa lancée en mettant la main sur le bronze en U21 lors du Championnat panaméricain junior présenté en Colombie à l’été dernier. Ces succès lui ont aussi valu une nomination dans la catégorie athlète cadette par excellence au gala annuel de Judo Québec. Aujourd’hui âgée de 18 ans, la Laterroise a déclaré, dans une vidéo, que ce qui la rend le plus fière dans sa carrière, «c’est de voir tout le chemin que j’ai parcouru, d’avoir réalisé plusieurs objectifs et de faire partie de l’équipe du Québec».

Dans la catégorie «Partenaire(s) de l’année», on retrouve la Baieriveraine Claudia Gagnon et l’équipe du relais féminin canadien de patinage de vitesse courte piste, soit l’Olympienne Kim Boutin, Alyson Charles, Camille De Serres-Rainville et Danaé Blais. L’équipe s’est démarquée par son excellence, mais surtout par sa constance. Ayant pour objectif d’être la meilleure équipe au monde, la formation nationale a remporté le bronze lors des Championnats du monde présentés, à Sofia, en Bulgarie, avant de poursuivre sur sa lancée à l’automne, étant la seule nation à remporter une médaille lors des quatre Coupes du monde. Les patineuses ont conclu leur année en mettant la main sur l’or à Shanghai, en Chine, une première depuis 2014-15.

Dans la même catégorie, une autre Baieriveraine, Valérie Maltais, est en lice, mais en patinage de vitesse longue piste. L’année 2019 a été synonyme de progression et de succès pour Maltais. Après avoir fait le saut en longue piste à l’été 2018, l’ex-athlète en courte piste s’est rapidement adaptée à sa nouvelle discipline, formant une équipe d’exception avec ses compatriotes Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann en poursuite par équipe. Après avoir amorcé 2019 en prenant le quatrième rang aux Championnats du monde, le trio a continué de progresser lors des Coupes du monde présentées en novembre et en décembre, récoltant trois médailles en autant de sorties, dont une d’or au Kazakhstan. Les excellentes performances de Maltais et ses coéquipières leur ont finalement permis d’être sacrées championnes de la Coupe du monde 2019 à la poursuite par équipe.

Dans la catégorie «Équipe de l’année», on retrouve l’équipe du Québec en hockey masculin des moins de 16 ans qui a remporté l’or aux Jeux du Canada, notamment grâce au brio de l’ancien gardien des Élites midget AAA de Jonquière, William Blackburn. L’équipe de l’entraîneur-chef Martin Laperrière a mis fin à une disette vieille de 32 ans en remportant l’or, une première depuis 1987. La troupe a connu un parcours parfait à Red Deer en signant six victoires sans subir la défaite. Il s’agissait seulement du deuxième triomphe du Québec en hockey sur glace masculin dans l’histoire de cet événement. Question de boucler la compétition en beauté, l’équipe provinciale a réécrit l’histoire de manière spectaculaire en grande finale. Une victoire de 4-3 en prolongation contre les Ontariens, champions en titre et favoris pour l’emporter en début de tournoi.

Enfin, dans la catégorie «Entraîneur en sport individuel», on retrouve le Chicoutimien d’origine, Frédéric Blackburn, entraîneur-chef de l’équipe féminine canadienne en courte piste. Force est d’admettre que Frédéric Blackburn a connu une année époustouflante en 2019. Le tout commence avec la Sherbrookoise Kim Boutin, qui a cumulé 11 médailles individuelles en 12 épreuves de Coupe du monde, en plus de se hisser au troisième rang du cumulatif des Championnats du monde. La Néo-Brunswickoise Courtney Sarault et la Montréalaise Alyson Charles ont également brillé lors de la dernière année. En plus de leurs bons résultats individuels, les protégées de Frédéric Blackburn connaissent aussi du succès lorsqu’elles unissent leurs forces au relais, faisant de la formation canadienne l’une des meilleures au monde. Blackburn est en lice avec l’entraîneur de Bianca Andreescu, Sylvain Bruneau en tennis, ainsi qu’avec les entraîneurs Marie-France Dubreuil/Patrice Lauzon en patinage artistique.