François Gravel a évolué avec les Saguenéens de Chicoutimi à la fin des années 70 et début 80. Il est décédé à 57 ans.

François Gravel s’éteint à 57 ans

Le monde du hockey régional a été ébranlé en apprenant le décès de l’ancien attaquant des Saguenéens de Chicoutimi, François Gravel.

L’athlète est décédé d’une crise de coeur mardi. Il était âgé de 57 ans. Il s’affairait à mettre la dernière touche à son tout dernier projet, la construction d’un four à pain. Électricien et ancien actionnaire de Shipshaw Électrique, François Gravel avait pris sa retraite officielle la semaine dernière.

François Gravel a disputé 197 matchs dans l’uniforme des Saguenéens de Chicoutimi, de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), période à laquelle il a amassé 210 points (102 buts et 108 passes).

Gravel avait disputé quatre rencontres en 1977-1978 (aucun point), avant de devenir un joueur régulier de la formation dès l’année suivante. L’attaquant avait joué 56 parties, récoltant 23 buts et 23 aides pour 46 points.

En 1979-1980, le hockeyeur a accumulé 78 points (37 filets 41 aides) en 66 matchs. Cette année-là, les Saguenéens avaient pris part à 12 rencontres en séries éliminatoires. Lors de cette saison, l’équipe dirigée par Orval Tessier s’était inclinée en demi-finale face aux Royals de Cornwall, qui avaient ensuite remporté la Coupe du Président face aux Castors de Sherbrooke.

François Gravel évoluait notamment en compagnie de Guy Carbonneau (repêché par le Canadien de Montréal), de Rémi Gagné (Montréal), d’Alain Lemieux (St. Louis), Éric Bernier, Normand Léveillé (Boston), Gilbert Delorme (Montréal), Michel Bolduc (Québec), Pierre Sévigny, Gilles Hamel (Montréal) et Gordon Donnelly (St. Louis).

À sa dernière année dans le junior majeur, Gravel a disputé 71 mathcs et a récolté 86 points (42-44).

Il a ensuite évolué quelques saisons au hockey junior régional dans l’uniforme des Monarques de Saint-Ambroise, où il détient toujours le record de 102 buts dans une saison. Son chandail est accroché au plafond de l’aréna Marcel-Claveau.

« Sa fille Valérie lui avait organisé une fête pour sa retraite officielle pas plus tard que la semaine dernière. Il semblait en bonne forme. C’était une force de la nature. Il avait tout préparé pour sa retraite et il ne lui restait plus qu’à en profiter », a raconté Donald Bugeaud, un ami intime de François Gravel.

« J’ai appris la nouvelle en revenant de Montréal. J’ai dit aux gens d’arrêter de niaiser. Je n’y croyais pas et je n’y crois toujours pas. Ça ne passe pas », ajoute M. Bugeaud, lors d’un entretien avec Le Quotidien.

Donald Bugeaud côtoyait régulièrement François Gravel. La semaine dernière, les deux hommes avaient travaillé à l’installation d’un four à pain à la résidence de l’ancien des Sags. Ils étaient ensemble pour une petite fête afin de souligner la retraite de François.

Sens du hockey
L’ancien arbitre de la LHJMQ, Phil Desgagné, se souvient très bien de François Gravel. Il s’est retrouvé assez régulièrement sur la patinoire lorsque le hockeyeur évoluait avec les Sags. « J’ai arbitré plusieurs matchs alors qu’il était avec les Sags, mais je me souviens aussi de son passage avec les Monarques de Saint-Ambroise. Il était le joueur vedette », indique Phil Desgagné.

« C’était un super marqueur et un gentleman. Sur la glace, il ne cherchait pas le trouble, mais je peux te dire qu’il avait un sens exceptionnel du hockey », not-t-il, qui a été estomaqué d’apprendre la nouvelle mercredi midi.

Journaliste à la retraite du journal Le Quotidien, Serge Émond n’a pas eu l’opportunité de couvrir les faits et gestes du hockeyeur, mais se souvient bien de lui. « Je l’ai vu jouer alors que j’étais spectateur. À mon souvenir, il était un très bon attaquant et il possédait un bon lancer », indique M. Émond, qui a assuré la couverture des Sags durant quelques décennies pour Le Quotidien.

François Gravel laisse dans le deuil sa conjointe Christine Lavoie, ses deux filles, Mélanie et Valérie, et un petit-fils.