Beau dimanche pour l’Almatois François Gauthier-Drapeau (à gauche) qui a remporté la médaille d’or chez les moins de 81 kilos, lors de la Coupe européenne junior de judo disputée à Prague, en République tchèque. Il pose ici en compagnie de son compatriote Benjamin Kendrick, médaillé d’argent chez les moins de 90 kg et de l’entraîneur Janusz Pawlowski.

François Gauthier-Drapeau champion des moins de 81 kg

L’Almatois François Gauthier-Drapeau a été sacré champion des moins de 81 kilos, dimanche, lors de la Coupe européenne junior de judo disputée à Prague, en République tchèque.

Membre du club Seiko d’Alma, Gauthier-Drapeau a connu un parcours parfait. Il a commencé sa journée en défaisant le Polonais Pawel Drzymal, le Serbe Mihailo Ciric et le Turc Muhammed Koc, de même que l’Allemand Emil Hennebach, en demi-finale. À son dernier affrontement, le Québécois a eu raison de l’Azerbaïdjanais Murad Fatiyev, par ippon.

« J’ai bien mis en place ma stratégie, j’avais une bonne grip (poigne) et j’étais plus en forme que mes adversaires. C’était la première fois que j’affrontais Fatiyev, mais je l’avais déjà vu en action, alors je savais à quoi m’attendre. Mission accomplie ; j’ai atteint mes objectifs ! », a-t-il déclaré à Sportcom.

Sa coéquipière Anne Martin, qui évoluait chez les moins 63 kilos, n’a pas obtenu de classement.

Besson en argent

Samedi, la Dolmissoise Marie Besson est passée bien près de ravir les grands honneurs chez les moins de 52 kilos. 

En grande finale, l’athlète du club Albatros de Dolbeau-Mistassini a finalement baissé pavillon devant l’Allemande Annika Wurfel. Même si la médaille d’or lui a échappé et qu’elle croyait à la victoire ultime, Besson s’est dite satisfaite de sa compétition.

« J’ai fait deux bonnes attaques au début du combat, a-t-elle résumé au réseau Sportcom, en parlant de son combat final. Après, j’ai changé ma grip de la droite à la gauche, ce qui était une erreur puisqu’elle m’a fait tomber. Je sais que je peux la battre. J’ai eu une bonne journée, et mon entraîneur, Jean-Pierre Cantin, m’a bien préparée. »

Marie Besson a affronté une adversaire familière en demi-finale, en la personne de Taeya Koliaska. C’est Besson qui a eu le dessus face à la Canadienne, en l’emportant par ippon, après 42 secondes.

« Je me bats environ dix fois par année contre elle, alors je savais quoi faire pour gagner », a reconnu la gagnante, qui a signé deux autres victoires par ippon lors des rondes préliminaires.