Même s’il n’a pu obtenir son billet pour l’Omnium canadien RBC, le professionnel et DG du Club Lac-Saint-Jean, Keven Fortin-Simard revient satisfait de l’épreuve de qualification finale disputée, lundi, au club Heron Point Golf Links. Son frère Pascal l’accompagnait comme cadet.

Fortin-Simard revient satisfait malgré tout

Malgré une ronde de 70 (-1), Keven Fortin-Simard n’a pas été en mesure d’obtenir son billet pour l’Omnium canadien RBC, qui aura lieu au Glen Abbey Golf Club d’Oakville, en Ontario, du 23 au 29 juillet. Le professionnel et directeur général du Club Lac-Saint-Jean a conclu à égalité au 12e rang avec 13 autres joueurs, lundi, à l’issue de l’épreuve de qualification finale disputée au club Heron Point Golf Links, en Ontario.

Pour obtenir son laissez-passer au tournoi du circuit de la PGA, il aurait fallu que le golfeur natif de Roberval se hisse parmi les quatre premiers. Les Ontariens Michael Gligic (Kitchener) et Russell Bud (Toronto) se sont qualifiés, en remettant des cartes de 67 (-4), tandis que les Ontariens Mitchell Sutton (London) et Justin Yong Woo Kim (Hamilton) ont réussi à obtenir leur laissez-passer en ayant le meilleur sur leurs trois autres adversaires lors des trous supplémentaires, après une ronde de 68.

Joint après sa ronde, Keven Fortin-Simard s’est dit satisfait de son résultat, étant donné qu’il ne peut s’entraîner autant qu’il le souhaiterait pour être en mesure rivaliser avec l’élite. « J’ai bien joué. Je me suis donné une chance. Ça n’a pas fait à la fin, mais j’étais content », a-t-il commenté dans un premier temps.

Cela dit, il n’a surtout pas à rougir de sa performance, lui qui a complété le premier neuf avec un coup sous la normale. Il a réussi, notamment un oiselet au 6e trou, sur une normale 5. Il a bien amorcé le deuxième neuf avec un oiselet au 10, mais a commis un premier boguey au 11. Il a inscrit un autre oiselet au 14 et était à -2 avec deux trous à jouer. Sauf qu’il a commis un autre boguey au 17e trou, alors que ça lui aurait pris deux oiselets pour obtenir le chiffre magique.

Interrogé à savoir s’il avait tenté de prendre la normale 5 du 17e trou en deux coups, Fortin-Simard a lancé en riant qu’il avait pris de la sagesse. « J’ai juste frappé un mauvais troisième coup. En ne jouant pas beaucoup de gros golf comme ç’a été le cas pour moi dernièrement, je ne jouais pas super bien. Dimanche, ça commençait à se replacer un peu, mais il n’y avait pas de demi-mesures. Quand j’en frappais des bonnes, elles étaient bonnes, mais quand j’en frappais des pas bonnes, je les ratais rarement aux bonnes places, de sorte que je me mettais ça compliqué. C’est ce qui est arrivé au 17, relate-t-il.

« Ça prenait -4 pour passer, et je n’ai fait que trois birdies. Forcément, je n’en ai pas assez fait », résume-t-il, en rappelant que le vainqueur a réussi à se rattraper malgré un boguey et un double boguey.

Sa prestation l’encourage à continuer. « Juste d’être là, d’avoir joué une bonne ronde dans un contexte où je joue et je m’entraîne vraiment très peu, c’est le fun. Tant que je me donne des chances et que je me montre que je suis capable de le faire, ça ne me donne pas de raisons d’arrêter ! »

Mieux qu’avant
À ses dires, les conditions étaient excellentes. « C’était un très beau terrain, assez difficile à jouer. Les normales 5 sont difficiles, et ça se passait plus sur les normales 4 », raconte celui qui a quitté la région, samedi, pour aller disputer une ronde à Montréal, avant de se pointer en Ontario, dimanche.

« Je connaissais un peu le terrain, pour y avoir joué la même qualification, il y a trois ou quatre ans. Je suis allé me remémorer quelques trous et je me suis pratiqué. »

À l’époque, ça ne s’était pas bien passé. « Je ne partais pas avec une tonne de superbes souvenirs, mais ça s’est mieux passé. Ç’a été une bonne ronde de golf, mais c’est juste que j’en ai joué une couple (de coups) de trop, et ça va vite dans ce temps-là. »

Sur sa page Facebook, le Jeannois a remercié ses partisans pour les mots d’encouragement. « Pas le résultat escompté, mais ç’a été une saprée bonne journée, malgré les quelques coups de trop », a commenté celui qui avait son frère Pascal comme cadet. Si tout va bien, Fortin-Simard prendra part, pour la première fois, à la Coupe Canada, au Club Victoriaville, du 16 au 19 août.

Par ailleurs, le jeune Pierre-Alexandre Bédard, de Chibougamau, a remis une carte de 72 (+1), à égalité au 32e rang, tandis que l’ancien Saguenéen de Chicoutimi Vincent Blanchette, de Boucherville, a joué 73 (+2), à égalité au 38e rang.