Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Membres des Mercenaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Raphaël Laurin et André Soucy (à l’avant) ainsi que Jesse Leaman et Alexandre Paquet travaillent à la mise en place d’une ligue organisée de flag football à Saguenay pour cet été. Les matchs auront lieu les vendredis soir, au terrain synthétique d’Arvida. Cinq équipes sont déjà inscrites et une sixième est en voie d’être complétée.
Membres des Mercenaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Raphaël Laurin et André Soucy (à l’avant) ainsi que Jesse Leaman et Alexandre Paquet travaillent à la mise en place d’une ligue organisée de flag football à Saguenay pour cet été. Les matchs auront lieu les vendredis soir, au terrain synthétique d’Arvida. Cinq équipes sont déjà inscrites et une sixième est en voie d’être complétée.

Une ligue de flag football voit le jour à Saguenay

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Une ligue de flag football adulte verra le jour cet été à Saguenay grâce à l’initiative de quatre membres de l’équipe de football senior des Mercenaires de Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Jesse Leaman, Raphaël Laurin, André Soucy et Alexandre Paquet travaillent sur le projet depuis deux mois et en sont à finaliser les derniers préparatifs en vue de lancer la saison le vendredi 18 juin, au terrain synthétique de football d’Arvida. Selon la programmation envisagée, les matchs de flag football auront lieu tous les vendredis soirs, de 18 h 30 à 23 h. La saison comptera de six à huit semaines, en plus de deux semaines de séries éliminatoires, pour se terminer vers la deuxième semaine d’août.

Le flag football est un jeu sans contact, ou très peu, puisque le but est d’arracher une bande de tissu appelée « flag ». La formule sera du 6 contre 6 et se jouera sur un demi-terrain, ce qui permettra de jouer deux matchs à la fois. Les organisateurs prévoient des matchs d’environ une heure, avec deux quarts de 25 minutes en temps continu, entrecoupés d’une pause de cinq minutes.

« Notre but est de créer de belles soirées, d’amener du monde au terrain et de créer une belle ambiance avec de la musique », explique Jesse Leaman.

Directeur des opérations football chez les Mercenaires, il a lancé l’idée de créer une ligue de flag à ses amis, qui ont aussitôt embarqué dans l’aventure. « On est un groupe qui s’occupe déjà des Mercenaires. L’été, on se pratique toujours au football et il y avait toujours de petites games amicales de flag. En jasant, les gens se demandaient pourquoi il n’y avait pas de flag, raconte Jesse Leaman. On s’est dit qu’il y aurait un bel engouement et que les gens allaient embarquer, alors on a décidé de se lancer. »

La réponse est excellente, à la grande satisfaction des instigateurs. Déjà cinq équipes de 12 joueurs sont inscrites et une sixième est en formation. Plusieurs joueurs n’appartenant à aucune équipe (agents libres) sont également inscrits. S’il y en a suffisamment, ils pourraient former une équipe ou, s’ils le préfèrent, placer leur nom sur une liste de remplaçants.

« Mon objectif était d’avoir de quatre à six équipes et si on peut se rendre à huit, je serai extrêmement content, souligne le porte-parole du comité organisateur. C’est déjà un bon début puisque c’est notre première année. On ne se mettait pas des objectifs trop élevés. On savait que durant cette première année, les gens vont aussi regarder comment ça va se dérouler. À la deuxième année, je ne serai pas surpris qu’il y ait plus d’équipes. »

Les filles bienvenues

Pour l’instant, ce sont des équipes masculines qui sont inscrites, mais les femmes sont aussi les bienvenues. « J’avais reçu beaucoup de messages de filles qui s’étaient montrées intéressées parce qu’elles avaient joué à l’université ou autre. J’étais ouvert, mais depuis que nous avons lancé le projet, on a moins de demandes. Je ne sais pas si les filles sont gênées, mais pour moi, idéalement, si j’étais capable de faire une ligue de filles et une de garçons, je serais très content. C’est ouvert à tous. Et si des équipes veulent avoir des filles dans leurs rangs, ils peuvent », précise Jesse Leaman.

Préparatifs

Les organisateurs s’affairent à rédiger un livre de règlements basé sur les ligues américaines de 6 contre 6. « On va suivre pas mal les mêmes règlements. On fait quand même un mélange de règles de plusieurs ligues pour être originaux. Jusqu’à maintenant, on travaille fort à finaliser un livre de règlements pour que tout le monde soit sur la même longueur d’onde. »

Jesse Leaman avoue le projet s’avère plus prenant qu’il s’attendait. « Il y a plusieurs choses à régler. On en est à notre première année, mais je pense que les gens vont être compréhensifs. »

De fait, il s’attend à ce qu’il y ait des équipes plus fortes et d’autres moins. La première saison permettra de tenir des statistiques et d’établir un classement pour un meilleur équilibre l’année suivante.

Car les organisateurs s’attendent à une croissance de la ligue. « Si on suit l’exemple des ligues de Québec, Montréal ou Sherbrooke, ça prend de plus en plus d’expansion et c’est vraiment rendu de grosses ligues intéressantes. »

Il fait aussi valoir que les coûts d’inscription sont très abordables par rapport à Québec, par exemple, qui charge 2900 $ par équipe, contre 1800 $ à Saguenay. Entre autres, ce montant couvre la location du terrain et l’achat du matériel, dont des dossards individuels pour chaque joueur afin d’éviter des échanges.

D’ailleurs, la ligue aura besoin de deux arbitres et de deux marqueurs chaque vendredi soir et ils seront tous rémunérés.

Avis aux intéressé (e) s !

Pour inscription ou information, visitez la page Facebook Mercenaires football Saguenay–Lac-Saint-Jean. L’organisation répond rapidement.