Les Montagnais passent leur tour

À deux semaines du début de la saison dans la Ligue de football semi-professionnelle du Québec (LFSPQ), la formation des Montagnais du Saguenay-Lac-Saint-Jean a dû se résoudre à faire l’impasse sur la saison 2018 en raison d’un manque de joueurs et du non-paiement de la cotisation par certains. Directeur au sein du conseil d’administration, Jacques Guertin explique que l’organisation a donc préféré reculer d’un pas pour mettre en place des assises plus solides en 2019.

Joint mercredi, M. Guertin a expliqué qu’à sa grande surprise, il avait constaté une importante divergence des vues parmi les joueurs. Ce manque d’unité quant aux objectifs et à la vision de l’équipe a fait en sorte qu’à la date butoir, les Montagnais ne disposaient pas du minimum requis de 22 joueurs pour amorcer la saison. 

Sommité du football dans la région, Jacques Guertin a indiqué qu’il avait proposé aux six membres du CA en poste de tenir une assemblée générale en septembre plutôt qu’en janvier et de faire voter les joueurs sur les mesures et objectifs à préconiser. D’ici là, il compte rédiger un document sur ce que ça prend pour faire une équipe et le présenter lors de l’assemblée.

« Les gens se prononceront pour ou contre, mais une fois qu’ils auront voté, ils devront vivre avec leur décision, fait-il valoir. Pour amener une équipe sur le terrain, il y a bien des choses qui doivent être faites. »

En tenant une assemblée générale en septembre, Jacques Guertin estime que cela permettra de savoir rapidement si l’équipe sera en mesure d’être de retour et de connaître le sérieux des joueurs inscrits et ceux qui auront payé leur cotisation. « Car si jamais on veut réintégrer la ligue, il faudra qu’on se présente avec un dossier bien ficelé, bien financé et que l’ensemble des gens veulent l’équipe, pas juste quelques individus », insiste-t-il. 

En tenant une assemblée générale en septembre, Jacques Guertin estime que cela permettra de savoir rapidement si l’équipe sera en mesure d’être de retour et de connaître le sérieux des joueurs inscrits et ceux qui auront payé leur cotisation.

Bassin suffisant

Le désistement des Montagnais est d’autant plus décevant que cette année, la formation régionale aurait pu tenir quatre matchs à domicile au lieu d’un seul comme ç’a été le cas par le passé. Cette visibilité aurait été profitable à la fois pour les commanditaires et les finances de l’équipe. Ce sera peut-être partie remise.

D’autre part, Jacques Guertin est convaincu qu’il y a suffisamment de joueurs seniors dans la région. Le hic, c’est que plusieurs d’entre eux ont des obligations. « Je sais que nous avons suffisamment d’anciens joueurs de football, mais sont-ils prêts à jouer ? Il faut dire que la dynamique d’une équipe senior est très différente d’une équipe universitaire, collégiale ou autre. Ces joueurs sont maintenant des adultes, donc ils ont des emplois, des familles, diverses obligations. Quand on sait que 25 % de nos effectifs (24) ne seront pas à tous les matchs, on tombe sous un seuil normal. À mes yeux, une équipe avec moins de 24 joueurs ne peut pas aller au combat, explique-t-il. À cela s’ajoute le volet financier. Une franchise coûte quand même 9000 $ dans la ligue et on ne peut pas forcer les gens à jouer. »

Mais ce qui chicote le plus Jacques Guertin dans ce dossier, c’est la difficulté d’obtenir un consensus chez les joueurs, que ce soit concernant le choix d’un entraîneur-chef, d’un style de jeu, du mode de financement, etc. « Les gars ont le goût de jouer, mais il semblerait qu’ils ont de la misère à avoir un but commun. Or, pour moi, une équipe doit avoir un but commun et aller dans le même sens. Sinon, on va se battre nous-mêmes. »

C’est pourquoi il veut soumettre un projet aux joueurs en septembre afin que ces derniers se prononcent sur les grandes lignes de ce que devraient être les Montagnais. Ainsi, une fois qu’ils se seront prononcés, ils devront vivre avec leur décision.