William Langlais a semé son couvreur pour inscrire le premier touché des Gaillards.

Les Gaillards l'emportent à Chicoutimi

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont gâché l'ouverture locale des Couguars du Cégep de Chicoutimi, vendredi soir, devant des gradins remplis au stade de l'UQAC. Un quatrième quart du tonnerre a mené les champions en titre du Bol d'Or en division 3 du football collégial à une quatrième victoire de suite sur leurs rivaux saguenéens, au compte de 42-18.
Pourtant, les locaux menaient 18-15 à mi-temps et ce n'était pas un coup de chance. Après un troisième quart sans histoire, le ciel leur est tombé sur la tête au dernier quart. Dès le premier jeu, le quart arrière Anthony Ouellet a rejoint Pierre-Olivier Carrier dans la zone payante, le deuxième touché de la soirée du receveur de passes. Puis, le joueur de ligne défensive Julien Simard a sorti ses mains du dimanche pour intercepter Raphaël Cyr et rapporter le ballon jusqu'à la terre promise. Le porteur de ballon Jordan Fortin a ensuite planté le dernier clou avec un touché sur une longue course.
«En deuxième demie, on est bien sortis. Défensivement, on n'a pas donné grand-chose. En première demie, on avait raté beaucoup de plaqués et donnés de gros jeux alors qu'on n'avait pas terminé nos séquences offensives. Après la pause, offensivement, on a mal commencé, mais après, la ligne offensive a pris le contrôle», a résumé l'entraîneur-chef des vainqueurs, François Laberge.
«On voulait courir avec la balle parce qu'on trouvait que l'unité défensive avait passé trop de temps sur le terrain en première demie. Ç'a payé. Quand nos gars défensifs sont moins sur le terrain, ils sont extrêmement efficaces. Quand ç'a débloqué et qu'on a vu qu'on gagnait 4-5-6 verges par course, on s'est dit ''Go, il faut qu'ils nous arrêtent maintenant''. On a gardé la stratégie hyper simple en deuxième moitié», de souligner Laberge, soulignant le caractère de son équipe, particulièrement de ses recrues qui ont bien réagi face à l'adversité, malgré plusieurs erreurs en première demie.  
«L'attitude vient avec les victoires. On a rentré beaucoup de gars des Lynx (Pavillon Wilbrod-Dufour juvénile). Ils savent comment gagner. Cette équipe est très solide. Maintenant, il faut mieux commencer nos matchs, à commencer par la semaine prochaine face à Rimouski», d'espérer l'entraîneur.
Pour sa part, l'entraîneur des Couguars, Nicolas Menachi, était à court de réponses face à la déconfiture de son équipe en deuxième moitié. «En première demie, des complexes, on n'en avait pas le moins du monde. C'est difficile à expliquer, a-t-il confié. Les Gaillards ont fait le travail. Ils ont joué comme une équipe championne tandis qu'on a joué comme une équipe avec des complexes et je ne me l'explique pas. Quand j'analyse la première demie dans ma tête, ça ne correspond pas du tout avec le reste du match. Je pense qu'on est restés dans le vestiaire en deuxième demie.
«On avait le match dans les mains. C'est ce que je disais aux gars dans le vestiaire, c'était de ne pas être au-dessus de nos affaires, de penser que le match était gagné et ne pas essayer d'en faire trop. On est sortis avec une mentalité. On était prêts. Les Gaillards sont sortis en lion et on ne s'est pas battus», de déplorer Nicolas Menachi, préférant s'attarder sur le travail collectif.  
«Je ne veux pas viser une unité plus qu'une autre. Certains jeux en offensive ont eu un impact sur la défensive et vice versa. Ce n'est ni la faute de l'offensive, de la défensive ou des unités spéciales. Ce sont les Couguars qui ont perdu ce match-là», a-t-il indiqué.
En début de match, les deux équipes ont marqué sur leur première séquence offensive par la passe. Félix Durant a donné les devants aux Chicoutimiens. Il a été imité par William Langlais quelques minutes plus tard. Pierre-Olivier Carrier avait placé les visiteurs en avance, encore une fois par la passe, mais Pierre-Olivier Dupéré-Lachance avait répliqué pour permettre aux siens de rentrer au vestiaire avec une priorité de trois points.