Laurent Duvernay-Tardif a fait escale au Pavillon sportif de l’UQAC, lundi, dans le cadre de la première activité de sa tournée provinciale «Bougez avec LDT!» Il prend visiblement plaisir à inciter les jeunes à s’épanouir en s’initiant à des activités sportives et artistiques, tout en leur montrant qu’il est possible de concilier ses passions.

Laurent Duvernay-Tardif fait bouger les jeunes

Tout ce que touche Laurent Duvernay-Tardif semble se transformer en succès. Que ce soit sa carrière professionnelle avec les Chiefs de Kansas City dans la NFL, ses études en médecine, ses chroniques des coulisses des Jeux olympiques de PyeongChang et même sa jeune fondation éponyme qui vise à faire bouger les jeunes de 11-12 ans. Mais la beauté de la chose, c’est que ce béni des dieux est conscient de sa chance et qu’il souhaite partager avec le plus de gens possible, notamment les jeunes.

Lundi, l’inspirant athlète et son équipe de la Fondation LDT sont débarqués au Pavillon sportif de l’UQAC où les attendaient une centaine de jeunes de 6e année désireux d’ouvrir leurs horizons en découvrant de nouveaux sports — et qui sait, peut-être de nouvelles passions —, par le jeu. Ces 110 jeunes provenaient de quatre écoles de la région qui ont eu le bonheur de remporter le tirage au sort de la journée festive multisport de la Fondation, soit les écoles primaires Lac Horizon, des Deux-Lacs de Lac-Bouchette, Notre-Dame-du-Rosaire et Sainte-Lucie.

L’équipe LDT a donc traversé la Réseve faunique des Laurentides à bord de son « autobus sportif » pour amorcer sa première tournée provinciale « Bougez avec LDT ! » qui l’amènera dans cinq autres villes, soit Montréal, Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke. La Fondation a conclu des partenariats avec les universités de chacune de ces régions afin que des sportifs et étudiants-athlètes viennent donner un coup de main à son équipe pour l’animation. À Chicoutimi, les Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi ainsi que le Dolmissois Shayne Gauthier des Blue Bombers de Winnipeg (LCF) ont stimulé les jeunes durant les différents ateliers offerts (flag football, escalade, parcours d’obstacles et kinball). 

« Le but de la fondation, c’est vraiment de promouvoir le lien entre les sports, les arts et les études. De promouvoir l’équilibre pour que les jeunes soient plus épanouis à travers leurs passions. De se retrouver dans un contexte universitaire, ça va les aider à se projeter dans ce qui pourrait ressembler leur carrière d’étudiants-athlètes plus tard dans leur parcours. », a indiqué en point de presse celui qui est aussi porte-parole de la Foire Papier.

Sur le terrain

Véritable touche-à-tout à qui tout semble réussir, LDT ne se considère pas comme un modèle pour autant. « J’estime que j’ai encore beaucoup à accomplir. Mon but ultime est de graduer en médecine et d’être le premier médecin à fouler le terrain de la NFL à titre de joueur. Quand ce sera fait, je vais considérer que j’ai accompli quelque chose de plus important », explique l’athlète de 27 ans qui espère que son but se concrétisera en septembre.

« D’ici là, j’essaie de rester terre à terre et d’être le plus près possible des jeunes parce que c’est bien les messages à la radio ou à la télé, mais quand tu es avec les jeunes sur le terrain, c’est là que concrètement tu as le plus gros impact sur eux. Ça vaut donc la peine d’avoir un autobus et de se déplacer partout au Québec pour aller toucher les jeunes directement dans leur milieu », ajoute celui qui aimerait non seulement que sa tournée provinciale soit de même ampleur l’an prochain, mais même qu’elle grandisse. 

Et où trouve-t-il le temps de conjuguer tous ses centres d’intérêt ? « Pour moi, il faut juste trouver le temps de le faire, car c’est hyper-important de redonner et de mettre l’étincelle dans les yeux des jeunes. Mais aussi, je pense que ça m’apporte vraiment beaucoup en tant qu’être humain de voir les jeunes, ici, être super intéressés et dynamiques, qui ont du plaisir. Ma fin de semaine aurait pu être du samedi au dimanche, mais j’ai décidé de faire la route dimanche et de passer ma journée de congé d’étude à avoir du fun avec les jeunes. Je trouve que c’est le meilleur moyen de décrocher et d’être ainsi plus optimal quand vient le temps d’étudier. »

Duvernay-Tardif préfère que les gens retiennent qu’il est de ceux qui ont décidé de suivre leurs passions même si on leur dit qu’elles sont impossibles à concilier. « Il ne faut pas avoir peur de s’impliquer, de suivre ses passions et de trouver l’énergie en soi pour les faire quand on se fait dire que ce n’est pas possible de combiner les deux. (...) Si on est impliqué et qu’on aime ce qu’on fait, on ne comptera pas nos heures et on va s’assurer que le travail soit bien fait. Quand on suit nos passions, je pense que les bons résultats vont suivre aussi. »

Laurent Duvernay-Tardif a fait escale au Pavillon sportif de l’UQAC, lundi.

Un allié de taille se joint à l'équipe

Laurent Duvernay-Tardif a pu compter sur un allié de taille en Shayne Gauthier, pour le tout premier arrêt de sa tournée provinciale de l’autobus sportif. Le Dolmissois lui a proposé son aide bénévolement dès qu’il a vu passer l’annonce de la venue de la tournée « Bougez avec LDT ! » et il n’a pas ménagé ses efforts pour motiver la centaine de jeunes chanceux qui étaient au Pavillon sportif de l’UQAC.

LDT a d’ailleurs vanté les mérites du secondeur qui amorce sa troisième saison avec les Blue Bombers de Winnipeg dans la Ligue canadienne de football (LCF). « Quel beau modèle ! De pouvoir influencer sa communauté et d’avoir un impact sur les jeunes quand tu t’impliques dans la région d’où tu viens. Quand Shayne m’a contacté, ça allait de soi qu’il avait sa place ici parce que c’est un joueur de football incroyable qui a grandi dans la région et qui vient s’entraîner dans la région durant la saison morte. Alors ça en dit long sur ses racines et à quel point il est fier de venir de la région », a souligné Duvernay-Tardif.

Pour Shayne Gauthier, pas question de rater cet événement. « Quand j’ai su que la tournée venait à Chicoutimi, j’ai communiqué avec la fondation pour me proposer comme bénévole parce que je pense que c’est important de redonner aux jeunes de la région et c’est aussi une très belle occasion de rencontrer Laurent qui est un athlète exceptionnel. Je n’avais jamais eu la chance de lui parler, alors c’est l’fun de pouvoir travailler en collaboration avec lui pour des événements aussi l’fun que ça ». 

Le Dolmissois a décidé de passer l’entre-saison au Saguenay. « Je m’implique un peu au football avec le Cégep de Chicoutimi au niveau du personnel d’entraîneur. J’aimerais peut-être être entraîneur dans le futur et c’est une bonne occasion de prendre de l’expérience. »

Super motivé et motivant, Shayne Gauthier a constaté que certains jeunes avaient déjà de belles aptitudes. « Le football a peut-être besoin d’un petit regain de vie dans la région, car ça n’a pas été évident, au cours des dernières années. Les (débats concernant les) commotions n’ont pas aidé, mais une activité comme celle d’aujourd’hui, c’est une belle occasion de valoriser notre sport et d’initier les jeunes aux principes de base avec le flag football. Par la suite, ils peuvent peut-être avoir la chance d’aller dans une équipe et s’y développer. »

Débuts concluants

La Fondation LDT a vu le jour en juin 2017 et n’entre pas en compétition avec le Grand défi Pierre Lavoie. « On travaille en quelque sorte en synergie, dans le sens où on veut contribuer à faire des jeunes épanouis qui font de l’activité physique », a indiqué Marie-Christine Boucher, DG de la fondation LDT.

Cette dernière était heureuse du succès du premier arrêt de la tournée qui devrait toucher environ 1000 jeunes dans six régions du Québec. « On est vraiment contents. Ça fait des mois qu’on travaille sur ce projet. L’autobus, c’était son premier voyage, et il a passé à travers ! Notre récompense, c’est de voir l’étincelle dans les yeux des jeunes dès qu’ils rentraient ce matin. Ils étaient déjà excités et c’était un bonheur pour nous ! »

Enseignante à l’école des Deux-Lacs de Lac-Bouchette, Tania Delisle se sentait privilégiée de voir ses jeunes de 6e année parmi les heureux élus. 

« Les jeunes se trouvent chanceux d’être ici aujourd’hui. Ils le savent depuis deux semaines. Au début, ils ne le croyaient pas, raconte-t-elle. Je suis privilégiée d’être ici. Je fais des activités (sportives) avec eux et je suis vraiment contente qu’ils voient que le sport et les bonnes habitudes de vie sont super importants et que ça les amène ailleurs », a-t-elle conclu, en mentionnant que, pour plusieurs, ce fut aussi l’occasion de découvrir les installations du Pavillon sportif de l’UQAC.

Lorsqu’il a su que Laurent Duvernay-Tardif venait à Saguenay dans le cadre de la tournée provinciale de sa fondation, le Dolmissois Shayne Gauthier n’a pas hésité à se joindre à l’équipe pour agir comme bénévole. Le secondeur des Blue Bombers de Winnipeg s’est avéré un motivateur hors pair.

Ce qu'il a dit...

« Depuis que je suis tout jeune, je voulais aller aux Jeux olympiques. Au début en tant qu’athlète, mais je me suis rendu compte que ce ne serait pas possible. Pendant ma semaine de congé dans la NFL, je suis allé voir Radio-Canada pour leur proposer mon concept de capsules durant les Jeux. Ils ont vraiment aimé mon idée. Là-bas, on m’a encadré un peu, mais il y avait quand même beaucoup de nouveautés en étant de l’autre côté du micro. »

« Les jeunes me connaissent beaucoup plus pour le football, mais il y a définitivement beaucoup de personnes qui m’ont accroché dans la rue pour mes chroniques olympiques. Les Jeux olympiques sont le plus gros événement de sport au monde et on devrait être fiers parce que le Canada fait super bien depuis quelques éditions. Je pense qu’on doit s’en réjouir et encourager nos athlètes olympiques qui n’ont pas tout le temps la même visibilité que les athlètes de sports professionnels. »

« Je n’avais jamais vu un athlète olympique gagner une médaille d’or en direct et quand tu le vois (Samuel Girard de Ferland-Boilleau dans son cas), c’est tellement un feeling incroyable ! Moi, c’est venu me chercher en tant qu’athlète et j’imagine que c’est venu chercher un peu tout le monde. C’était vraiment une expérience en or, sans jeu de mots ! »

« J’ai beaucoup de défauts, mais quelqu’un m’a déjà dit que quand tu restes ouvert et intéressé envers les gens, ça minimise tes défauts. Alors c’est ce que j’essaie de faire. » Aux journalistes qui insistent: « Je ne suis pas la personne la plus organisée et j’ai besoin de gens hyper dynamiques autour de moi pour m’encadrer et me stimuler dans mes multiples projets sinon je perds un peu de vue l’objectif. Tout le monde met la main à la pâte pour la bonne cause et en s’impliquant comme ça, c’est la meilleure manière de passer du bon temps avec ses amis. »