Les frères William et Maxim Desgagné ont une passion commune: le football.

La belle histoire de la famille Desgagné

Le Bol d’Or 2017 était particulier pour la famille Desgagné. Le plaqueur défensif William Desgagné a remporté le Bol d’Or au compte de 36 à 0 contre les Cheetahs du Cégep Vanier, en division 1, samedi après-midi, sous les yeux de son frère aîné Maxim. Ce dernier a par la suite dirigé les joueurs de ligne défensive des Gaillards du Cégep de Jonquière en division 3 qui ont dû s’avouer vaincu au compte de 35 à 20 contre les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe.

Maxim Desgagné a également gagné le Bol d’Or l’an dernier avec les Gaillards en tant que joueur de ligne défensive. 

Le plus impressionnant est que les deux frères ont tous les deux excellé en jouant un rôle clé pour la ligne défensive de leur équipe respective. Maxim a fait l’équipe d’étoiles en 2016 en troisième division et William a fait de même en première division cette année.

Même s’il était déçu d’avoir baissé pavillon cette année avec les Gaillards, Maxim se réjouissait de la performance de son petit frère samedi.

La victoire de William Desgagné au Bol d’Or s’ajoute à son cheminement impressionnant. L’ancien des Mustangs de l’Odyssée Dominique-Racine a été l’un des meilleurs à sa position en 2015 et 2016 en étant sélectionné sur l’équipe Québec pour représenter la province, dans le cadre d’un tournoi national.

« Je suis fier de lui ! Il a fait tous les efforts pour réussir. Sur le plan individuel, il mérite tout ce qui lui arrive », confie Maxim Desgagné

De son côté, Maxim Desgagné a la chance de partager son expérience à sa position avec les Gaillards. Il a l’intention de continuer à entraîner la ligne défensive des Gaillards l’an prochain. « Ça ne peut juste pas finir de même » a-t-il soupiré après la défaite de son équipe.

Passion commune

Après avoir souligné les succès respectifs de ses deux fils qui ont fait l’équipe d’étoiles sur Facebook, le 14 novembre dernier, leur mère, Chantale Audet, a lancé à la blague : « On aurait dû continuer la production d’enfants pour avoir notre équipe de football ».

Une passion commune pour le football unit les deux frères Desgagné depuis leur tendre enfance, d’avouer William.

« On parle tout le temps de foot dans la maison depuis qu’on est jeune, indique William. Mon frère m’a aidé à devenir meilleur quand j’étais jeune. Il venait voir mes matchs et il me conseillait. C’était mon modèle ! »

William en sera à sa dernière année collégiale l’an prochain avec les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville.

Charles-Lee Alarie-Tardif et William Desgagné

Deux Saguenéens champions en première division

Les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville n’ont fait qu’une bouchée des Cheetahs du Cégep Vanier, lors de la finale de la première division, samedi après midi, au Complexe Claude-Robillard, en l’emportant au compte de 36 à 0. Deux joueurs de ligne défensive du Saguenay, Charles-Lee Alarie-Tardif et William Desgagné, ont du même coup savouré les grands honneurs pour une première fois au niveau collégial.

«C’est incroyable de gagner ça ensemble, se réjouit William Desgagné, plaqueur natif d’Arvida. Nous avions aussi fait l’équipe Québec cette année. Notre équipe a été dominante toute l’année défensivement, mais en séries, l’offensive a vraiment levé son jeu d’un cran. »

Le duo saguenéen a également été nommé sur l’équipe d’étoiles 2017 en première division cette saison. La conquête des grands honneurs boucle la boucle à une saison de rêve. Leur défensive a été exceptionnelle, les Cheetahs ont gagné un faible total de 154 verges à l’attaque pendant tout le match, tout en perdant du terrain pour 90 verges avec des jeux arrêtés dans le champ arrière. C’est donc une récolte nette de 64 verges.

De son côté, Charles-Lee Alarie Tardif a réussi un exploit que son frère Vincent, demi à l’attaque du Rouge et Or de l’Université Laval n’a jamais accomplis en gagnant un Bol d’Or dans les rangs collégiaux. Il est loin d’avoir l’intention de le taquiner à ce sujet.

« Mon frère a été mon exemple tout le long de ma carrière, confie Charles-Lee avec le sourire. En ce moment (samedi), il joue à Calgary et j’espère que ça se passe bien pour lui. Ce n’est pas une rivalité, nous ne sommes pas à la même position et on va toujours continuer à s’encourager ».

Dominant du début à la fin

Le premier quart a été largement dominé par Lennoxville, leur défensive étant utilisée pendant moins de deux minutes seulement. Les Cougars ont avancé avec autorité sur le terrain pendant de longues minutes.

Au deuxième quart, alors que les Cougars menaient 12 à 0, leur défensive a fait la différence. Elle a arrêté les Cheetahs sur un quatrième et court. Les bleus ont suivi avec une passe de près de 60 verges pour le majeur.  Avec 1 :22 à faire à la demie, Uriel Kalenga a intercepté le ballon à la ligne de 43 de l’adversaire. Quelques jeux plus tard, les bleus ont de nouveau atteint la zone payante pour prendre une confortable avance de 26 à 0 à la demie.

En deuxième demie, la défensive a été intraitable. Après un placement au troisième engagement, les Cougars ont achevé leurs adversaires. Vincent Delisle a intercepté le ballon pour le ramener sur 18 verges jusque dans la zone payante, avec moins de sept minutes à faire, pour clouer le cercueil des Cheetahs.

« On était vraiment préparé ! Il ne faut pas oublier que ça s’est terminé avec le temps continu en plus, souligne Charles-Lee qui vient de terminer sa saison recrue. Notre attaque a joué tout un match. On a été dominant ! C’est une victoire d’équipe. » 

Les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville, l’équipe la plus titrée du football québécois, gagnent ainsi le 13e Bol d’Or de leur histoire.