Les Lynx (photo) et les Mustangs sont touchés par l’annulation des saisons de football scolaire et de soccer du Réseau du sport étudiant du Québec, section Québec-Chaudière-Appalaches.
Les Lynx (photo) et les Mustangs sont touchés par l’annulation des saisons de football scolaire et de soccer du Réseau du sport étudiant du Québec, section Québec-Chaudière-Appalaches.

Football juvénile: saison annulée pour les Mustangs et les Lynx

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Déjà très fragile, la saison de football scolaire juvénile des Mustangs de l’école Odyssée-Dominique-Racine et des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour vient de tomber à l’eau. En raison des contraintes liées à la règle 70 imposée par le ministère de l’Éducation, les dirigeants du Réseau du sport étudiant du Québec, division Québec Chaudière-Appalaches, en sont arrivés à la conclusion mercredi qu’il était impossible de respecter les calendriers établis au football et au soccer.

La règle 70 stipule qu’il n'est pas possible pour une équipe de disputer des matchs s’il existe des cas de COVID-19 au sein de l’école, qu’ils soient en lien ou non avec le volet sportif.

«Si le gouvernement maintient le point 70, plus de 50% de nos équipes ne peuvent pas jouer, en fin de semaine. Ça fait un mois qu’on fait et refait des calendriers, on ne peut plus continuer ainsi. Autant au niveau financier qu’organisationnel, ce n’est plus tenable, ce n’est plus viable, a indiqué au Soleil le directeur général du RSEQ-QCA, Mathieu Rousseau, après l’annonce officielle sur l’heure du midi. Il est impossible de faire une planification dans les circonstances. Je dirais que 75% de nos problèmes viennent du point 70. Selon le calendrier qu’on avait, lundi, 50% des équipes ne pouvaient pas jouer. Depuis le début, il y a des embûches, on est arrivé au bout de ce qu’on pouvait faire pour les sports d’automne. On verra plus tard pour les sports d’hiver.»

Les Mustangs devraient disputer des rencontres hors concours, notamment face à l’École du Mistral de Mont-Joli.

Pour les Mustangs et les Lynx, qui se situent en zone verte au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le fait que les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches se trouvent en zone orange compliquait grandement les choses. Lundi dernier, le duel entre les Mustangs et l’École polyvalente Benoît-Vachon, en Beauce, donc Chaudière-Appalalache, avait été annulé, ce qui avait refroidi l’ambiance au sein de l’équipe chicoutimienne, reconnaît l’entraîneur-chef Maxime Poulin.

Des matchs hors concours

Les responsables des Lynx et des Mustangs ne baissent pas les bras pour autant et élaborent des solutions. Peu après l’annonce, ils ont entamé des démarches préliminaires, mais sérieuses, impliquant le RSEQ Saguenay-Lac-Saint-Jean, afin de disputer des matchs hors concours, ce qui sera possible malgré tout, à condition que les deux écoles n’aient pas de cas de COVID-19, tandis que les entraînements se poursuivent. Le match des Lynx face à Mont-Joli, en zone jaune, en fin de semaine, est d’ailleurs toujours prévu à l’horaire.

« Les solutions qu’on a, il est un peu tôt pour le dire, mais différentes démarches sont faites avec des programmes qui sont dans des zones vertes », d’avancer le technicien en loisirs au Pavillon Wilbrod-Dufour, Pascal Néron, lors d’une entrevue téléphonique en fin d’après-midi.

« La priorité, c’est de faire jouer les Lynx et les Mustangs. On ne jouera pas contre eux toutes les semaines, mais le but est d’offrir du football à nos équipes dans la région », fait-il valoir, précisant que la formation de calibre cadet n’est pas touchée par l’annonce de mercredi, évoluant dans la ligue de la Mauricie, une région verte également. « Il n’est pas question d’annuler quoi que ce soit. Il n’y a aucun problème pour l’instant », assure-t-il.

« On va travailler fort, annonce pour sa part Maxime Poulin sur le plan B. On continue les entraînements, on y va au jour le jour et on regarde comment ça va aller. On est en train de regarder ce qui s’offre à nous. Je n’ai pas beaucoup d’informations. C’est tombé à midi. On est à la recherche de solutions, indique l’entraîneur-chef des Mustangs. On va ouvrir notre éventail si on est capables d’accueillir quelqu’un d’autre ou faire autre chose. On n’a pas vraiment le choix. À trois équipes, un moment donné, si tu joues deux fois contre chaque formation, ça fait le tour pas mal vite. »