Défaite crève-coeur des Mercenaires

Les Mercenaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont venus bien près de causer la surprise de la saison dans la Ligue de football senior LFS12 samedi soir, au terrain du Cégep de Jonquière. Les régionaux ont mené pendant pratiquement toute la rencontre, mais un touché tardif des Bulldogs de Laval, champions des deux dernières années, leur a permis de rentrer avec une victoire de 14-13.
Les Mercenaires étaient gonflés à bloc face aux Bulldogs.

Gonflés à bloc face à une équipe diminuée en nombre sur la route, les Mercenaires ont rapidement pris les devants 13-0, mais n’ont pas été en mesure d’accroître leur avance par la suite, ratant notamment une tentative de placement. En retard 13-6, les visiteurs, menés par leur quart-arrière étoile Myles Gibbons, qui a évolué en deuxième division dans la NCAA, ont passé la majeure partie du quatrième quart dans le territoire adverse. À deux reprises, les locaux ont réussi à les stopper, une fois sur un quatrième essai et l’autre sur une interception dans la zone des buts. 

L'entraîneur-chef des Mercenaires, Pierre-Luc Bouchard, a tenté le coup sur un quatrième essai, ce qui n'a pas fonctionné.

Avec un peu plus de cinq minutes à faire, les entraîneurs ont opté pour tenter le coup sur un quatrième essai et environ une verge, mais la stratégie n’a pas fonctionné, si bien que les Bulldogs ont repris le ballon en bonne position. Cette fois, ils l’ont fait payer à leurs adversaires en plus de réussir la transformation de deux points, ce qui leur permettait de prendre les devants pour la première fois de la rencontre. Les Mercenaires avaient encore du temps, mais n’ont obtenu qu’un premier essai avant d’être forcés de dégager. Les Lavallois ont ensuite écoulé les deux dernières minutes avec quelques courses au sol. Les Mercenaires, qui s'inclinaient pour une deuxième semaine de suite de manière crève-coeur, se retrouvent donc avec un dossier de 1-4 tandis que les Bulldogs se retrouvent en tête avec quatre victoires en cinq matchs. 

Les Mercenaires ont rapidement pris les devants 13-0 face aux Bulldogs.

«On les a tenus tout le match. On a travaillé fort. Ce sont les champions de la ligue. C’est une grosse équipe avec un très bon quart-arrière. Les gars sont arrivés prêts. Ça se joue sur le terrain. C’est une histoire de décisions. Ça se gagne et ça se perd en équipe», a laissé tomber le président de l’équipe, Olivier Pearson à qui l’entraîneur-chef avait préféré laissé la parole en raison de l’émotion. 

«C’est la meilleure offensive de la ligue. Ils marquent pratiquement 50 points à chaque match. Ça finit 14-13. 14 points, c’est une petite victoire pour nous, de reprendre Pearson sur la tenue de la défensive. Chaque semaine on s’améliore. Je pense qu’ils ont été impressionnés de nous voir arriver de cette manière sur le terrain. C’est une victoire, mais une défaite en même temps.»

Les Mercenaires disputeront leur dernière partie locale samedi prochain, encore une fois au Cégep de Jonquière, face au Phénix de Trois-Rivières qui l’avaient emporté 35-7 lors du premier affrontement de la saison.  

Sports

Football collégial: les Couguars filent vers la victoire

Une poussée de 19 points dans les 10 dernières minutes du quatrième quart a mené les Couguars du Cégep de Chicoutimi vers une victoire de 36-16 face aux Pionniers du Cégep de Rimouski, samedi après-midi, sur le terrain synthétique de l’UQAC.

L’équipe de football division 3 a du même coup mérité une première victoire cette saison, après une défaite contre Victoriaville lors du premier match de la saison, il y a deux semaines.

Football

Premier match le 3 août pour les Mercenaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le retour des Mercenaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean devient de plus en plus concret. Les dirigeants de la formation de football senior ont obtenu la confirmation qu’ils joignaient officiellement les rangs de la Ligue de football senior 12 (LFS 12) à compter du mois d’août. Le compte à rebours est maintenant bien en marche d’ici le match inaugural, le 3 août, lors de la journée de lancement à Saint-Jean-sur-le-Richelieu, contre le Phénix de Trois-Rivières.

Il reste quelques détails logistiques à régler, mais cette confirmation tant attendue est venue mardi soir de la part du président de la LFS 12, Marc Rémillard. « Ça fait plus d’un an qu’on se parle, qu’on se fait des rencontres pratiquement toutes les semaines, sinon tous les mois, où on essaie de trouver une solution. C’est vraiment une bonne nouvelle », s’exclame l’entraîneur-chef Pierre-Luc Bouchard, lors d’une rencontre dans les bureaux du Quotidien en compagnie de deux autres des 12 gouverneurs, Jeff Ménard et Raphaël Laurin.

Football

Couguars: une cohorte bien balancée

La prochaine cohorte de la formation de football des Couguars du Cégep de Chicoutimi présentera une belle profondeur, si l’on se fie au précamp d’entraînement tenu en fin de semaine sur le terrain synthétique de l’UQAC.

Entraîneur-chef des Couguars, Nicolas Menachi a accueilli une cinquantaine de joueurs, durant les deux jours de l’événement. Même s’il en manquait quelques-uns, dont les joueurs recrutés à l’international, le pilote des Couguars était très satisfait de ce qu’il avait sous les yeux.

Football

Pas de senior à Saguenay cet été

La pause en 2019 de la Ligue de football semi-professionnelle du Québec (LFSPQ) fait l’affaire de la formation de football senior Les Montagnais du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour une deuxième année consécutive, les responsables de l’équipe régionale avaient déjà prévu faire l’impasse sur la saison de football estival.

Sur sa page Facebook, la LFSPQ a émis un communiqué dans lequel elle fait part « que suite à plusieurs changements au sein des diverses organisations au courant des dernières semaines, nous devons prendre une pause pour la saison estivale 2019. Nous travaillons avec les diverses franchises encore en place pour la saison été 2020. Les détails, s’il y a lieu, seront connus plus tard. Merci aux gouverneurs et aux joueurs qui ont continué de jouer à leur sport favori, soit le FOOTBALL. »

Football

Philippe Lavoie se joint aux Carabins

Athlète très convoité par les formations universitaires québécoises et même de l’Ontario, le secondeur étoile des Gaillards du Cégep de Jonquière, Philippe Lavoie, a finalement choisi d’évoluer pour les Carabins de l’Université de Montréal à compter du mois de janvier.

Le natif de Sainte-Jeanne d’Arc avait visité quelques universités, l’hiver dernier, mais dans le dernier droit, il hésitait entre les Carabins et les Ravens de l’Université Carleton (Ottawa). L’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia, a fait un placement gagnant en se pointant à la résidence familiale des Lavoie, à Sainte-Jeanne d’Arc, il y a environ deux semaines, pour mettre en valeur les avantages de la formation montréalaise. Il était accompagné de son coordonnateur des unités spéciales et entraîneur des secondeurs, Byron Archambault. Le duo a soupé en compagnie de Philippe et ses parents, Jacky Lavoie et Renée Lambert, afin de pouvoir discuter avec eux et répondre à leurs questions.

Sports

Deuxième titre du Bol d'Or en trois ans pour les Gaillards

Les Gaillards de Jonquière sont de retour au sommet de la division 3 du football collégial. Ils ont fait les choses en grand samedi soir, lors de la finale du Bol d’Or à Montréal, s’imposant au compte de 45-13 pour être couronnés pour une deuxième fois en trois ans.

« Un c’est bien, mais deux c’est mieux », s’est exclamé l’entraîneur-chef François Laberge au micro de la webdiffusion après la rencontre, soulignant que le plan de match était d'ébranler la défensive adverse avec de nombreuses courses au sol avec un froid de canard. 

«La première fois, on ne se rend pas compte à quel point c’est difficile de gagner le Bol d’Or. Ça demande énormément de sacrifices et chapeau aux gars qui ont embarqué dans le bateau. »

Les Gaillards participaient au Bol d’Or pour une troisième année consécutive, l’ayant emporté en 2016 avant de s’incliner l’an dernier. Cette victoire ultime met un point d’exclamation à une saison parfaite de 11 victoires pour les Jonquiérois. Leur victoire est d’autant plus impressionnante car les Indiens n’avaient permis que 95 points en saison régulière et seulement huit en deux rencontres éliminatoires, eux qui évoluaient également sur leur terrain pour cette finale. 

« On avait beaucoup de talent, mais on ne voulait pas s’assoir là-dessus. On a été extrêmement durs avec eux tout au long de la saison et ils ont répondu. C’est un groupe vraiment spécial », a louangé François Laberge qui a eu droit à la traditionnelle douche de Gatorade à la fin de la rencontre. 

Les Gaillards ont frappé les premiers, sur leur séquence initiale à l’attaque. Jordan Fortin a obtenu la majorité des verges au sol et son partenaire français dans le champ-arrière Glodi Halafu a complété sur une course de neuf verges. Les Indiens ont immédiatement répliqué, encore une fois au sol quand Laurent Sansalone a gambadé pour 45 verges jusqu’à la zone des buts. Le botté d’après-touché a été raté si bien que les Jonquiérois avaient toujours les devants. Après un placement de 22 verges de l’homme à tout faire Glodi Halafu, les Gaillards ont franchi la zone payante pour une deuxième occasion. Cette fois, le quart-arrière Frédéric Clements a complété une longue séquence en gardant le ballon après une feinte de remise pour porter le pointage à 17-6. 

Après avoir causé un revirement à leur ligne de quatre, les Gaillards ont ensuite concédé un touché à la défensive adverse. Après une mauvaise remise entre le quart-arrière et le porteur de ballon, les Indiens ont récupéré le ballon pour se rapprocher à quatre petits points. Les deux équipes semblaient se diriger à la demie avec ce pointage de 17-13, mais les Indiens ont été à leur tour victimes d'une mésaventure offensive. Avec une dizaine de secondes à faire, loin dans leur territoire, les Indiens ont tenté une course et le ballon a été échappé puis récupéré par les Gaillards pour le touché et une avance beaucoup plus confortable pour les représentants régionaux. Les deuxième demie a ensuite été complètement à l'avantage des Jonquiérois. 

À son dernier match collégial avant de faire le saut dans les rangs universitaires, le meneur de la défensive jonquiéroise et joueur défensif par excellence de la division 3, Philippe Lavoie, s’est même permis un touché à la suite d’une interception, ramenant le ballon sur plus de 50 verges. 

« On était prêts. On avait un excellent plan de match et on a exécuté les jeux. Ça donne ce que ça donne», a confié le joueur le plus utile de la rencontre. 

Mathieu Lachance a cogné le dernier clou en fin de rencontre sur une course d’une quarantaine de verges, se permettant un plongeon dans le banc de neige derrière la zone des buts.

Sports

Football collégial: les Gaillards de retour au Bol d'Or

Pour une troisième année de suite, les Gaillards du Cégep de Jonquière participeront au Bol d’Or de la division 3 du football collégial. Une remontée spectaculaire et une fin de match tout aussi intense ont propulsé les Jonquiérois vers une victoire in extremis de 18-17 sur les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe dans des conditions exécrables devant leurs partisans en demi-finale.

Il s’agissait du même coup d’une revanche pour les Gaillards qui s’étaient inclinés l’an dernier en finale devant ces mêmes Lauréats. 

Après une première demie particulièrement difficile où ils ont commis trois revirements, les Gaillards tiraient de l’arrière 17-0 au troisième quart. Ils ont alors réalisé leur percée la plus sérieuse du match, mais les visiteurs au terrain du Cégep de Jonquière les ont stoppés quatre fois à l’intérieur de la ligne de cinq pour garder le score intact. 

Le jeu des revirements a basculé à ce moment. Sur le troisième jeu de la séquence suivante, les Lauréats ont commis un échappé, ce qui a mené au premier touché des Gaillards, sur une course de dix verges de Jordan Fortin lors du tout premier jeu du quatrième quart. Sur le botté d’après-touché, les Lauréats ont de nouveau gaffé quand le retourneur a été plaqué dans la zone des buts pour le touché de sûreté et deux points. Les visiteurs menaient tout de même encore 17-9. Après une séquence offensive non-concluante, les Lauréats ont concédé un autre touché de sûreté et les Gaillards pouvaient donc prendre les devants pour une première fois avec un touché. C’est exactement ce qu’ils ont fait avec cinq minutes à faire quand Jordan Fortin a franchi pour une deuxième fois la ligne des buts. 


Football collégial

Les Gaillards passent en demi-finale

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont aisément atteint les demi-finales du circuit de football collégial division 3, en défaisant les Gaulois du Cégep de La Pocatière 46-7, samedi après-midi, à Jonquière.

La demi-finale sera disputée samedi prochain, toujours à Jonquière, contre un adversaire à déterminer au moment d’écrire ces lignes. Un duel contre les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe se dessinait, ce qui représenterait une reprise du Bol d’Or de l’an denier. Les Lauréats avaient alors remporté les grands honneurs.

Forts d’une fiche parfaite en saison, les Gaillards affrontaient une équipe qui avait terminé le calendrier régulier avec quatre victoires en huit matchs, mais qui venait de remporter ses trois dernières rencontres.

«C’était le match piège, a convenu l’entraîneur-chef des Jonquiérois, François Laberge. On avait tout à perdre contre une équipe qui arrivait ici sans pression, mais on a livré la marchandise. Je suis très fier de mes joueurs. Toute la semaine, on a martelé que la vraie saison commençait, que notre fiche de 8-0 ne voulait plus rien dire et qu’on recommençait à zéro. C’est ce que les gars ont fait et je pense qu’on a joué un excellent match.»

Les Gaillards ont été presque parfaits à l’attaque, forcés à dégager une seule fois dans tout le match. Avec une marque égale de 7-7 après le premier quart, les locaux ont réussi à se détacher avant la fin de la demie. Le point tournant de la rencontre est survenu vers la fin du deuxième quart, quand William Langlais a évité de justesse l’interception. Le receveur des Gaillards a plutôt saisi le ballon dans la zone des buts pour le touché, ce qui portait le score à 23-7 Jonquière.

Les Gaulois croyaient avoir réussi l’interception et ils ont vivement critiqué la décision des arbitres. Ils ont écopé de 45 verges de pénalité sur la séquence, et les Gaillards en ont profité pour ajouter sept autres points avant de retraiter au vestiaire.

«L’arbitre a vraiment bien vu et oui, c’est un jeu marquant, a concédé François Laberge. William Langlais a des mains sûrs et il a réussi à conserver le ballon. Je pense que ça leur a fait mal. Les entraîneurs ont été un peu désorganisés et on a profité de notre présence loin en zone offensive pour ajouter un touché.»

Jonquière a ajouté 13 points au troisième quart, puis les 15 dernières minutes ont été jouées à temps continu en raison du grand écart de point.

L’autre équipe régionale, les Jeannois du Collège d’Alma, sont à Rimouski pour affronter les Pionniers. Le match est programmé à 13h, dimanche.

Football

Invaincus, les Gaillards se préparent pour les éliminatoires

Malgré une victoire de 36-3 contre les Jeannois du Collège d’Alma samedi, ce qui conclut une fiche parfaite cette saison, les Gaillards du Cégep de Jonquière se retiennent de célébrer et ont déjà le regard tourné vers les éliminatoires.

L’équipe de football collégial en division 3 termine première au classement de la section Nord-Est avec 16 points. Elle affrontera La Pocatière, qui a eu le dessus sur les Couguars du Cégep de Chicoutimi 45-14 samedi également. Ces derniers sont donc écartés des éliminatoires, au contraire des Jeannois qui affronteront Rimouski.

Football collégial

Les Jeannois blanchis à Rimouski

Un premier quart à oublier a mené les Jeannois du Collège d’Alma vers une défaite de 38-0 devant les Pionniers du Cégep de Rimouski, samedi après-midi, dans le Bas-Saint-Laurent.

La formation de football collégial division 3 tirait de l’arrière 26-0 après le premier quart. Le reste du match a été plus équilibré, mais le mal était fait.

«C’était un match plutôt très difficile, a convenu l’entraîneur-chef des Jeannois, Jean-Philip Caron, au bout du fil. On n’a pratiquement pas amassé de verges à l’attaque. Défensivement, ce n’était pas si pire, mais notre offensive a connu une longue journée.»

Avec une fiche de quatre victoires et trois revers, les Jeannois vont tenter de terminer la saison sur une bonne note samedi prochain, devant leurs partisans. Les Gaillards du Cégep de Jonquière, champions de la section nord-est, seront les visiteurs.

«On va ajuster les choses et on se tourner vers le prochain match, a indiqué Jean-Philip Caron. On a une bonne équipe et on est beaucoup meilleurs qu’on vient de le démontrer. On garde le moral.»

Troisièmes de la section nord-est, les Jeannois sont assurés de participer aux séries. Ils peuvent toujours espérer terminer au deuxième rang s’ils battent Jonquière la semaine prochaine. Rimouski est actuellement deuxième et les Pionniers jouent contre Shawinigan la semaine prochaine, une équipe qui a subi sept défaites en autant de rencontres cette saison.

NFL

Brees, le plus grand passeur de la NFL

LA NOUVELLE-ORLÉANS — Drew Brees est devenu le nouveau détenteur du record pour le plus grand nombre de verges par la passe dans la NFL, et il l’a fait avec panache, lundi, à La Nouvelle-Orléans.

Le quart-arrière de 39 ans des Saints a éclipsé le record de 71 940 verges établi par Peyton Manning avec une passe de touché de 62 verges à la recrue Tre’Quant Smith, lors du deuxième quart du match remporté 43-19 contre les Redskins de Washington.

Une fois la passe captée, les officiels ont arrêté le match et le ballon a été donné à des officiers du Temple de la renommée du football qui se tenaient sur les lignes de côté, alors que la foule du Superdome a offert une ovation debout à Brees. Le quart-arrière a retiré son casque, levé le bras pour remercier les fans, et a pris sa femme et ses enfants dans ses bras.

«Je vous aime tellement», a dit Brees faisant un câlin à ses trois garçons, alors que sa femme Brittany se tenait à côté avec leur fille. «Vous pouvez accomplir tout ce que vous désirez si vous êtes prêts à mettre les efforts.»

Les félicitations de Peyton

Manning, un natif de La Nouvelle-Orléans dont le père Archie a joué pour les Saints, n’a pu assister au match en raison d’un conflit d’horaire. Il avait cependant enregistré un message de félicitations qui a été joué sur les écrans du Superdome.

La vidéo montre Manning en train de couper des tomates, bien dépité que «les plus beaux 1000 jours de ma vie» soient révolus. «Grâce à toi, tout ça est terminé», a-t-il ajouté, alors que la foule éclatait de rire. «Tu as gâché tout ça. De plus, que ceci serve aussi de félicitations pour le record de touchés, parce que, à ce que tu vois, je suis très occupé et je n’ai pas le temps de faire une vidéo chaque fois.»

Sur une note un peu plus sérieuse, Manning a ajouté que Brees a battu le record «de la bonne manière». «Tout ce travail et cet acharnement ont porté leurs fruits», a conclu Manning en montrant une photo de lui-même et de Brees, en 2000, alors que ce dernier était toujours à Purdue et que Manning en était à sa troisième année chez les professionnels. 

«Toi et moi arrivons de loin depuis cette photo.»  

Sports

Les Gaillards restent parfaits

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont conservé leur fiche parfaite sur la route dans la Ligue de football collégial division 3, section Nord-Est avec une quatrième victoire cette saison, au compte de 52-18, sur les Gaulois du Cégep de La Pocatière.

Les locaux ont effectué une remontée en fin de première demie pour mener 15-14 à la pause, mais la deuxième moitié a été complètement à l'avantage des Jonquiérois. «Ça été plus difficile en première demie. Ils ont bien sorti et bien préparés. Ils savaient où nous attaquer et ont bien fait les choses. Les gars n'étaient pas habitués d'être dans le trouble alors qu'on avait été en contrôle dans les trois premiers matchs. On a quand même des jeunes dans l'équipe. Ils se demandaient un peu ce qui se passait. À la demie, il a fallu calmer tout le monde et rester positifs. Les entraîneurs ne paniquaient pas, on voulait ça. Un moment donné, tu veux avoir un peu d'adversité. En deuxième demie, les gars ont haussé leur jeu d'un cran et on a dominé. Ça vraiment bien été», a partagé l'entraîneur-chef des Gaillards, François Laberge. 

«On a réagi en champions et les gars ont joué en équipe. On a augmenté le tempo et les Gaulois n'ont pas été capables de suivre», a-t-il laissé tomber. 

Les Gaillards ont maintenant rendez-vous avec les Pionniers de Rimouski (3-1) samedi prochain au terrain du Cégep de Jonquière dans un duel pour la première place de la section Nord-Est. 

Les trois équipes régionales évoluaient sur la route samedi. À Rimouski, les Couguars du Cégep de Chicoutimi (2-2) n’ont pas réussi à franchir la ligne des buts et ont baissé pavillon 21-6 devant les Pionniers (3-1). Comme les deux équipes ne se reverront pas d’ici la fin du calendrier régulier, les Rimouskois ont pris une sérieuse option sur le bris en cas d'égalité entre les deux formations au classement. Le botteur William Paquette-Louis a réussi tous les points dans la défaite avec deux bottés de placement. Malgré les difficultés offensives, le porteur de ballon Jimmy Larouche-Joubert a connu une journée de travail productive avec 163 verges au sol, mais . «J’ai l’impression qu’on n’a pas joué à la hauteur qu’on est capables de le faire. On a connus plusieurs ratés profondément dans le territoire adverse, dont à la ligne de un. On n’a pas complété nos séquences offensives ce qui est choquant. On veut offrir des performances de 60 minutes, ce qu’on n’a pas encore été en mesure de faire en quatre matchs», de concéder l'entraîneur Nicolas Menachi, mentionnant que la défensive n'avait accordé qu'un seul touché, l'autre ayant été marqué sur les unités spéciales. 

Finalement, les Jeannois du Collège d'Alma (2-2) se sont payé un festin face aux Électriks de Shawinigan, s'imposant au compte de 52-0. Les Shawiniganais éprouvent toutes sortes de problèmes depuis le début de la saison et n'ont pas fait le poids à leurs quatre premières rencontres, n'ayant marqué que 20 points et concédé 247 points. 

La semaine prochaine, les Jeannois recevront La Pocatière samedi soir tandis que les Couguars seront également devant leurs partisans dimanche après-midi, face à Shawinigan. 

Sports

Les Gaillards marquent 95 points!

La fiche parfaite des Gaillards n’a jamais été compromise, samedi après-midi, sur le terrain du Cégep de Jonquière. La formation de football collégial division 3 a fait passer quatre mauvais quarts d’heure aux Électriks du Collège de Shawinigan en les lessivant 95 à 13. Difficile de confirmer s’il s’agit d’un record de ligue, mais c’est une nouvelle marque d’équipe.

Après un quart de jeu, les locaux détenaient une priorité de 37-6. Avec un score de 67-13 à la demie, les jeux étaient faits. Les deux derniers quarts ont été joués à temps continu, mais les Gaillards ont quand même eu le temps d’ajouter 28 points. Les Jonquiérois ont ainsi remporté une troisième victoire en autant de départs cette saison. Ils sont la seule équipe invaincue de la section Nord-est.

En tout, les Gaillards ont marqué un total de 13 touché, 12 du côté offensif et un du côté défensif. 

Pour ce qui est des Électriks, ils ont encaissé une troisième défaite consécutive. Ils ont marqué 20 points et en ont alloué 195 depuis le début de la saison.


Sports

Remontée victorieuse des Couguars

Les Couguars du Cégep de Chicoutimi ont remporté le duel régional les opposant aux Jeannois du Collège d’Alma, vendredi, en signant un gain de 63-35 à l’issue d’un match en deux temps disputé en territoire almatois.

Les Jeannois ont en effet amorcé la rencontre en force grâce au jeu aérien pour se forger une avance de 35-28 à la pause de la demie. Toutefois, les Couguars ont été en mesure de réajuster le tir en deuxième demie pour menotter l’attaque des Jeannois et filer vers la victoire. « Ç’a été un match en deux temps. On menait 35-28, mais en revenant pour la deuxième demie, ç’a été plus difficile offensivement et défensivement. Ç’a été très difficile au niveau des unités spéciales et pour stopper l’attaque au sol », a résumé l’entraîneur-chef des Jeannois, Jean-Philip Caron, à l’autre bout du fil.

Football collégial

Victoire imparfaite des Couguars

Avec 28 joueurs qui disputaient un premier match de football collégial en carrière, les Couguars du Cégep de Chicoutimi ont quelques faux pas, sur le terrain synthétique de l’UQAC, samedi après-midi, mais pas assez pour les empêcher de signer une victoire à leur lancement de saison. Ils ont vaincu les Gaulois de La Pocatière par la marque de 37-15.

Les régionaux n’ont jamais été réellement inquiétés par leurs adversaires au cours de la rencontre. En fait, ils se sont plutôt tirés dans le pied plus d’une fois.

«L’équipe qui nous a donnés le plus de misère, ce sont les Couguars, a imagé l’entraîneur-chef des Couguars, Nicolas Menachi. On a travaillé contre nous tout le match, en plus d’écoper pour environ 250 verges de pénalité. On a vu de belles choses par exemple. On est fiers, mais pas nécessairement satisfaits. On doit cependant travailler fort pour corriger nos erreurs et éviter les pénalités. Nos recrues ont bien réagi et on est fiers d’eux. Le classement sera très serré cette saison et pour un premier match, c’est une belle préparation en vue du prochain.»

Le deuxième match des Couguars aura lieu vendredi soir prochain, toujours sur le terrain synthétique de l’UQAC, cette fois contre les Gaillards du Cégep de Jonquière.

«Il faudra être prêts parce que nos erreurs de débutants commises aujourd’hui vont nous coûter des points la semaine prochaine contre Jonquière», a averti Nicolas Menachi.

Football

Les Montagnais passent leur tour

À deux semaines du début de la saison dans la Ligue de football semi-professionnelle du Québec (LFSPQ), la formation des Montagnais du Saguenay-Lac-Saint-Jean a dû se résoudre à faire l’impasse sur la saison 2018 en raison d’un manque de joueurs et du non-paiement de la cotisation par certains. Directeur au sein du conseil d’administration, Jacques Guertin explique que l’organisation a donc préféré reculer d’un pas pour mettre en place des assises plus solides en 2019.

Joint mercredi, M. Guertin a expliqué qu’à sa grande surprise, il avait constaté une importante divergence des vues parmi les joueurs. Ce manque d’unité quant aux objectifs et à la vision de l’équipe a fait en sorte qu’à la date butoir, les Montagnais ne disposaient pas du minimum requis de 22 joueurs pour amorcer la saison. 

Sommité du football dans la région, Jacques Guertin a indiqué qu’il avait proposé aux six membres du CA en poste de tenir une assemblée générale en septembre plutôt qu’en janvier et de faire voter les joueurs sur les mesures et objectifs à préconiser. D’ici là, il compte rédiger un document sur ce que ça prend pour faire une équipe et le présenter lors de l’assemblée.

« Les gens se prononceront pour ou contre, mais une fois qu’ils auront voté, ils devront vivre avec leur décision, fait-il valoir. Pour amener une équipe sur le terrain, il y a bien des choses qui doivent être faites. »

En tenant une assemblée générale en septembre, Jacques Guertin estime que cela permettra de savoir rapidement si l’équipe sera en mesure d’être de retour et de connaître le sérieux des joueurs inscrits et ceux qui auront payé leur cotisation. « Car si jamais on veut réintégrer la ligue, il faudra qu’on se présente avec un dossier bien ficelé, bien financé et que l’ensemble des gens veulent l’équipe, pas juste quelques individus », insiste-t-il. 

Football

Alarie-Tardif accroche ses épaulettes

Ignoré lors du plus récent repêchage de la Ligue canadienne de football, le Chicoutimien Vincent Alarie-Tardif a décidé d’accrocher ses épaulettes.

« C’est ma retraite. Honnêtement, je suis bien avec ça. J’ai tout donné dans les dernières années », a indiqué l’ancien porteur de ballon du Rouge et Or de l’Université Laval qui participait en fin de semaine au camp printanier d’une autre de ses anciennes équipes, les Couguars du Cégep de Chicoutimi.

Sports

Repêchage LCF: Alarie-Tardif et Claveau ignorés

Les joueurs régionaux Vincent Alarie-Tardif et Marc-Antoine Claveau n’ont pas entendu leur nom durant le repêchage de la Ligue canadienne de football qui se déroulait jeudi soir.

Au terme du 69e et dernier choix, qui a été fait peu avant minuit, les deux anciens du Rouge et Or de l’Université Laval n’ont pas été réclamés par l’une des huit équipes du circuit professionnel. Le porteur de ballon Vincent Alarie-Tardif, qui a porté les couleurs des Mustangs de l’école Odyssée-Dominique Racine dans le juvénile et quelques années plus tard des Couguars du Cégep de Chicoutimi dans le collégial, ainsi que le plaqueur défensif Marc-Antoine Claveau avaient tous deux participé aux tests physiques régionaux en mars, mais n’avaient pas été conviés pour les très sélects examens nationaux qui se déroulaient quelques semaines plus tard. 

En entrevue avec Le Quotidien après les tests de Montréal, ils s’étaient tous deux montrés réalistes sur leurs chances d’être repêchés, ne cachant pas une certaine déception si ça se confirmait jeudi. Les deux Chicoutimiens pourraient tout de même participer au camp d’une équipe d’ici quelques semaines, en tant que joueurs invités.

Football

Les Alouettes sélectionnent Trey Rutherford en première ronde

MONTRÉAL — Les Alouettes de Montréal ont sélectionné le joueur de ligne offensive Trey Rutherford avec le deuxième choix du repêchage de la LCF, jeudi.

Les Alouettes détenaient le premier choix après leur campagne désastreuse de 3-15 en 2017, mais ils avaient échangé ce choix aux Tiger-Cats de Hamilton mercredi, dans une transaction impliquant deux joueurs et de nombreux choix. Avec ce choix, Hamilton a sélectionné le receveur Mark Chapman, de l’Université Central Michigan.

Les Alouettes avaient notamment reçu le deuxième choix des Tiger-Cats dans la transaction de mercredi. Ils se sont tournés vers Rutherford, un colosse de 6’5’’pouces et de 289 livres qui évoluaient à l’Université du Connecticut.

Rutherford, qui est originaire de Markham, en Ontario, aura la tâche de protéger le quart des Alouettes, peu importe de qui il s’agira. Josh Freeman, Drew Willy et Matthew Shiltz font partie des candidats.

«Nous avons obtenu un joueur que nous voulions depuis un bon moment déjà, c’est un gros bonhomme qui va renforcer notre ligne à l’attaque immédiatement, a affirmé le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, dans un communiqué. Selon nos recruteurs, il deviendra une pièce maîtresse dans la protection de nos quarts pour plusieurs années.»

Un gars de la région de Québec en troisième ronde

Les Alouettes n’avaient pas de choix de deuxième tour. Lors de la troisième ronde, ils ont repêché le joueur de ligne défensive Bo Banner avec le 19e choix, puis le secondeur Jean-Gabriel Poulin, avec le 23e choix. Poulin, de Saint-Nicolas, dans la région de Québec, a porté les couleurs des Mustangs de l’Université Western au niveau universitaire canadien.

Chapman a été ignoré lors du repêchage de la NFL le week-end dernier, mais il a reçu une invitation au camp des recrues des Giants de New York.

Avec le troisième choix, les Lions de la Colombie-Britannique ont repêché le joueur de ligne offensive Peter Godber.

Le Rouge et Noir d’Ottawa a ensuite choisi le joueur de ligne offensive Mark Korte.

Aucun joueur du Réseau du sport étudiant du Québec n’a été choisi en première ronde, une première depuis 2013. 

Le receveur Régis Cibasu, des Carabins de l’Université de Montréal, a été repêché en troisième ronde, 20e au total, par les Argonauts de Toronto. Le demi défensif montréalais Jordan Beaulieu, des Mustangs, a été sélectionné par les Eskimos d’Edmonton quatre rangs plus tard.

Sports

Football collégial: précamps ce week-end

Les bonnes traditions ne se perdent pas. Dans cette optique, le mois de mai rime avec précamp pour les trois équipes de football collégial de la région. Les Couguars du Cégep de Chicoutimi et les Jeannois du Collège d’Alma tiennent leur activité printanière en fin de semaine tandis que les Gaillards du Cégep de Jonquière feront de même la semaine prochaine.

Entraîneur-chef des Couguars, Nicolas Menachi s’attend d’accueillir une soixantaine de joueurs, dont 25 vétérans, à compter de vendredi soir, séance qui sera consacrée à des réunions d’unités offensives et défensives au lieu des traditionnels tests physiques. « On ne veut pas perdre de joueurs en raison de claquages ou de blessures du genre », explique l’entraîneur-chef, mentionnant que des joueurs universitaires et professionnels profiteront de l’occasion pour parler de leur parcours. Le secondeur des Blue Bombers de Winnipeg, Shayne Gauthier, sera du lot. « Il a été là tout l’hiver », fait savoir Nicolas Menachi, précisant qu’il s’occupait notamment de la préparation physique des joueurs et des courses lors des entraînements hivernaux. Les anciens des Couguars, Vincent Alarie-Tardif (porteur de ballon, Laval), Grégoire Bouchard (ligne offensive, Western), Jérémy Lardi (centre arrière, Sherbrooke), Jean-Simon Guilbert (maraudeur, Sherbrooke), le Français Liam Ward (centre arrière, Montréal) et Pierre-Alexandre Taché (ancien demi-défensif, Concordia) seront également sur place. De plus, des représentants de sept équipes universitaires ont confirmé leur présence. 

Recrutement

Nicolas Menachi se dit satisfait de son recrutement, particulièrement dans la région. Il a également réussi à ajouter quelques joueurs de l’extérieur. À ce beau monde se grefferont quelques joueurs français à la fin de l’été. « En frais de joueurs, on a un bon noyau. On a réussi à garder de bons joueurs dans la région qui avaient le potentiel de jouer à l’extérieur », souligne-t-il, très heureux d’avoir pu remettre en état la ligne offensive qui avait connu plusieurs départs à l’issue de la dernière saison. 

Samedi et dimanche, les joueurs sauteront sur le terrain de l’UQAC pour des entraînements et un match simulé. « On vient boucler l’hiver avec tout ce qu’on a mis en place, de faire valoir Nicolas Menachi. Nos recrues, on les voit beaucoup pendant l’hiver en gymnase. Ils viennent s’entraîner avec les vétérans, ce qui nous permet de les voir en confrontations. Le précamp nous permet de les voir sur le terrain et de les mettre dans des situations où on va les évaluer sur des bases tactiques, techniques et physiques. Ça nous permet d’avoir un portrait plus global de nos jeunes joueurs et qui ne sont pas nécessairement à la même page. »

« On veut les évaluer, voir les joueurs qui vont faire partie de notre équipe la saison prochaine, ce qui nous permet de s’évaluer par rapport à ce qui s’en vient », d’indiquer l’entraîneur qui profitera également du rassemblement pour faire un partage d’informations, notamment avec des séances de vidéo. 

Quelques joueurs qui seront sur place tenteront également leur chance dans des divisions supérieures avant de signer leur lettre d’intention. 

Football

Une audition pour Grégoire Bouchard

À un an du repêchage de la Ligue canadienne de football de 2019, le Chicoutimien Grégoire Bouchard aura l’occasion de se faire valoir devant les recruteurs et représentants des équipes lors du Défi Est-Ouest Valero, la semaine prochaine à l’Université Laval.

L’événement, qui en sera à sa 16e édition, donne le coup d’envoi au processus menant au repêchage avec la présence de 86 joueurs de troisième année identifiés comme ayant le talent requis pour atteindre la LCF. Les invitations ont été annoncées dans les heures précédant le repêchage 2018 qui se déroulera jeudi. La semaine complète d’activités du Défi Est-Ouest se mettra en branle lundi et se poursuivra avec des rencontres et entraînements, ce qui culminera avec un match le samedi 12 mai. Par la suite, une liste des 20 meilleurs espoirs sera publiée par le Bureau de recrutement en août, décembre et avril, en plus des invitations pour les tests physiques régionaux, puis nationaux en mars.

Coéquipiers

Joueur de ligne offensive, Grégoire Bouchard, qui a remporté la Coupe Vanier en novembre dernier avec les Mustangs de l’Université Western, sera accompagné de cinq coéquipiers en plus de son entraîneur Greg Marshall sur le terrain de l’Université Laval. Les Mustangs n’ont pas perdu en 2017 et Bouchard avait trouvé une place sur la deuxième équipe d’étoiles de la division Ontario. 

« Avec la saison qu’on a eue comme équipe, je savais que les possibilités étaient bonnes que je sois invité. Il y a souvent plus de joueurs des équipes qui ont bien performé au cours de la saison précédente. Personnellement, j’étais conscient que j’avais le talent pour me rendre là », affiche le gaillard de 6’2 et plus de 300 livres qui terminera l’an prochain un baccalauréat en criminologie. 

Le Chicoutimien et ancien des Mustangs de l’école Odyssée/Dominique-Racine est conscient qu’il aura tout à gagner durant cette semaine, lui qui a déjà eu des contacts avec des agents et des recruteurs. Il entend montrer avant tout sa manière de jouer, sa mentalité et son agressivité sur le terrain. 

« La Ligue canadienne, ç’a toujours été mon but depuis que je suis tout petit. C’est une autre étape pour m’afficher et qui me rapproche de mon rêve », exprime Grégoire Bouchard, qui vivra le repêchage de jeudi soir de très près alors que ses deux colocataires, les Québécois Jordan Beaulieu (demi-défensif) et Jean-Gabriel Poulin (secondeur), devraient être sélectionnés rapidement. 

Sports

Laurent Duvernay-Tardif fait bouger les jeunes

Tout ce que touche Laurent Duvernay-Tardif semble se transformer en succès. Que ce soit sa carrière professionnelle avec les Chiefs de Kansas City dans la NFL, ses études en médecine, ses chroniques des coulisses des Jeux olympiques de PyeongChang et même sa jeune fondation éponyme qui vise à faire bouger les jeunes de 11-12 ans. Mais la beauté de la chose, c’est que ce béni des dieux est conscient de sa chance et qu’il souhaite partager avec le plus de gens possible, notamment les jeunes.

Lundi, l’inspirant athlète et son équipe de la Fondation LDT sont débarqués au Pavillon sportif de l’UQAC où les attendaient une centaine de jeunes de 6e année désireux d’ouvrir leurs horizons en découvrant de nouveaux sports — et qui sait, peut-être de nouvelles passions —, par le jeu. Ces 110 jeunes provenaient de quatre écoles de la région qui ont eu le bonheur de remporter le tirage au sort de la journée festive multisport de la Fondation, soit les écoles primaires Lac Horizon, des Deux-Lacs de Lac-Bouchette, Notre-Dame-du-Rosaire et Sainte-Lucie.

L’équipe LDT a donc traversé la Réseve faunique des Laurentides à bord de son « autobus sportif » pour amorcer sa première tournée provinciale « Bougez avec LDT ! » qui l’amènera dans cinq autres villes, soit Montréal, Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke. La Fondation a conclu des partenariats avec les universités de chacune de ces régions afin que des sportifs et étudiants-athlètes viennent donner un coup de main à son équipe pour l’animation. À Chicoutimi, les Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi ainsi que le Dolmissois Shayne Gauthier des Blue Bombers de Winnipeg (LCF) ont stimulé les jeunes durant les différents ateliers offerts (flag football, escalade, parcours d’obstacles et kinball). 

« Le but de la fondation, c’est vraiment de promouvoir le lien entre les sports, les arts et les études. De promouvoir l’équilibre pour que les jeunes soient plus épanouis à travers leurs passions. De se retrouver dans un contexte universitaire, ça va les aider à se projeter dans ce qui pourrait ressembler leur carrière d’étudiants-athlètes plus tard dans leur parcours. », a indiqué en point de presse celui qui est aussi porte-parole de la Foire Papier.

Sur le terrain

Véritable touche-à-tout à qui tout semble réussir, LDT ne se considère pas comme un modèle pour autant. « J’estime que j’ai encore beaucoup à accomplir. Mon but ultime est de graduer en médecine et d’être le premier médecin à fouler le terrain de la NFL à titre de joueur. Quand ce sera fait, je vais considérer que j’ai accompli quelque chose de plus important », explique l’athlète de 27 ans qui espère que son but se concrétisera en septembre.

« D’ici là, j’essaie de rester terre à terre et d’être le plus près possible des jeunes parce que c’est bien les messages à la radio ou à la télé, mais quand tu es avec les jeunes sur le terrain, c’est là que concrètement tu as le plus gros impact sur eux. Ça vaut donc la peine d’avoir un autobus et de se déplacer partout au Québec pour aller toucher les jeunes directement dans leur milieu », ajoute celui qui aimerait non seulement que sa tournée provinciale soit de même ampleur l’an prochain, mais même qu’elle grandisse. 

Et où trouve-t-il le temps de conjuguer tous ses centres d’intérêt ? « Pour moi, il faut juste trouver le temps de le faire, car c’est hyper-important de redonner et de mettre l’étincelle dans les yeux des jeunes. Mais aussi, je pense que ça m’apporte vraiment beaucoup en tant qu’être humain de voir les jeunes, ici, être super intéressés et dynamiques, qui ont du plaisir. Ma fin de semaine aurait pu être du samedi au dimanche, mais j’ai décidé de faire la route dimanche et de passer ma journée de congé d’étude à avoir du fun avec les jeunes. Je trouve que c’est le meilleur moyen de décrocher et d’être ainsi plus optimal quand vient le temps d’étudier. »

Duvernay-Tardif préfère que les gens retiennent qu’il est de ceux qui ont décidé de suivre leurs passions même si on leur dit qu’elles sont impossibles à concilier. « Il ne faut pas avoir peur de s’impliquer, de suivre ses passions et de trouver l’énergie en soi pour les faire quand on se fait dire que ce n’est pas possible de combiner les deux. (...) Si on est impliqué et qu’on aime ce qu’on fait, on ne comptera pas nos heures et on va s’assurer que le travail soit bien fait. Quand on suit nos passions, je pense que les bons résultats vont suivre aussi. »

Sports

Des joueurs des Alouettes en tournée dans la région

Les Alouettes de Montréal tiendront deux activités distinctes, la semaine prochaine, dans la région.

D’abord, deux joueurs de la formation montréalaise de la Ligue canadienne de football prendront part à la toute nouvelle tournée Ultimate football, dont le but est d’initier les jeunes de 5e et 6e année du primaire au football et de le promouvoir avec un jeu simple et sécuritaire, sans contact. 

Ces deux joueurs des Alouettes seront en matinée du jeudi 22 mars à l’école des Jolis-Prés de Laterrière, puis en après-midi à l’école Saint-David de Saint-David-de-Falardeau. Le lendemain, ils seront du côté d’Alma, à l’école Saint-Joseph. Au cours de leur tournée, ils visiteront un total de 65 écoles primaires à travers le Québec. 

Parallèlement, des membres de l’équipe prendront part à la tournée au secondaire Ensemble à l’école, dont l’objectif est de promouvoir la persévérance scolaire. Le 22, en matinée, ils s’adresseront aux étudiants de l’école des Grandes-Marées de La Baie, avant de se rendre à l’école Odyssée en après-midi. Ils se retrouveront également à Alma le lendemain, plus précisément au pavillon Wilbrod-Dufour. 

Lancé en 1998, le programme a permis aux joueurs de réaliser environ 2000 visites pour rencontrer plus de 75 000 étudiants. 

Sports

Laurent Duvernay-Tardif à l'UQAC lundi

Le joueur de la Ligue nationale de football (NFL) Laurent Duvernay-Tardif sera de passage à l’UQAC, lundi, afin de faire bouger une centaine de jeunes de quatre écoles primaires de la région.

L’année dernière, le garde des Chiefs de Kansas City a créé sa propre fondation ainsi que la tournée Bougez avec LDT, dont le premier arrêt en 2018 aura lieu au Saguenay. 

L’objectif est de promouvoir les saines habitudes de vie chez les jeunes tout en encourageant un équilibre entre les études et le sport. 

Un autobus scolaire a été complètement transformé et mis aux couleurs bleues de la fondation, ce qui permet d’offrir des journées multisports aux élèves de sixième année qui ont été choisis par tirage au sort. 

Les jeunes des écoles l’Horizon, des Deux-Lacs, Notre-Dame-du-Rosaire et Sainte-Lucie participeront à l’activité de lundi qui se déroulera de 10 h à 14 h 30. Ils auront l’occasion de participer à des ateliers de soccer, de parcours, d’escalade, de kin-ball et de flag football. 

« C’est vraiment un autobus typique, mais les sièges à l’intérieur ont pratiquement tous été retirés pour faire place à de l’équipement sportif, ce qui nous permet d’être mobiles, de se déplacer à différents endroits au Québec et nous-mêmes initier des activités sportives », mentionne la directrice générale de la fondation, Marie-Christine Boucher. 

Partenariat avec des universités

Cette année, dans la tournée de six régions, un partenariat a été mis en place avec les universités, ce qui permet d’abord d’offrir de plus grands plateaux et de mettre à contribution des étudiants-athlètes locaux. 

Les universités de Trois-Rivières, Bishop, Concordia, McGill et Laval seront également visitées au cours de cette tournée qui s’étendra jusqu’en juin.

« Le but n’est pas de faire des Laurent Duvernay-Tardif de chacun des jeunes présents. On veut leur montrer plusieurs modèles et que les jeunes deviennent la meilleure version d’eux-mêmes. On veut seulement les inciter à découvrir de nouveaux sports et développer des passions », signale Marie-Christine Boucher.

Études et sport

Laurent Duvernay-Tardif est bien placé pour témoigner de l’importance du sport et des études. En plus de sa carrière avec les Chiefs, avec lesquels il a signé un contrat de cinq ans d’une valeur de plus de 40 millions $, l’athlète de 27 ans poursuit parallèlement des études en médecine à l’Université McGill. Il est question de son parcours dans son livre, publié l’an dernier par l’auteur et journaliste Pierre Cayouette, L’homme le plus intéressant de la NFL.

Sports

Le rêve de la LCF

Le rêve de la Ligue canadienne de football demeure bien présent pour les Chicoutimiens Vincent Alarie-Tardif et Marc-Antoine Claveau. Les deux anciens coéquipiers avec le Rouge et Or de l’Université Laval ont participé aux tests physiques régionaux cette semaine, à Montréal.

Plaqueur défensif, Marc-Antoine Claveau a disputé deux saisons dans les rangs universitaires après avoir passé quatre ans avec les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon. Au cours des derniers mois, malgré un horaire chargé pour le finissant au baccalauréat en design industriel, il a mis les bouchées doubles à l’entraînement lors des derniers mois dans l’objectif de bien faire. Dans l’ensemble, il se montre satisfait de ses résultats malgré une petite déception au développé-coucher, terminant tout de même avec 22 répétitions. « Je sais de quoi je suis capable », de faire valoir Marc-Antoine Claveau. 

Porteur de ballon, Vincent Alarie-Tardif aurait également aimé mieux faire au développer-coucher (13) tout comme au 40 verges (4,94), mais il se montre très satisfait de son rendement lors des exercices un contre un et d’unités spéciales. 

Les deux joueurs n’ont pas reçu d’invitation pour les tests physiques nationaux qui se dérouleront à la fin du mois à Winnipeg. Seulement quatre joueurs ont été conviés à rejoindre les espoirs de premier plan. « J’étais déçu, mais en partant, il y en a beaucoup qui vont là, mais ils n’en prennent jamais plus que 3 ou 4 sur environ 70. Ce n’est pas parce que tu n’es pas invité aux tests nationaux que tu ne seras pas repêché », de philosopher Marc-Antoine Claveau. 

« Ce n’est pas plus grave que ça. Il n’y a pas un porteur de ballon qui a été invité. À moins de faire le premier rang dans tous les exercices, ils ne donnaient pas d’invitations », commente pour sa part Vincent Alarie-Tardif qui a participé à quelques rencontres avec des responsables d’équipes. 

« Je garde la même approche. Je n’ai pas fait des temps incroyables. Sûrement que ma position de repêchage a un peu baissé. Si je ne suis pas repêché, je ne pourrai pas dire que je n’ai pas essayé », poursuit le Chicoutimien qui publiera prochainement ses faits saillants afin d’attirer l’attention. 

Maintenant cette étape passée, les deux joueurs restent zen par rapport au processus. Avant tout, ils ont le sentiment d’être allés au bout des choses. « Si je suis repêché, toute mon énergie sera mise là-dedans. Même en ce moment, toutes mes décisions et les sacrifices sont orientés vers cette possibilité. Je ne me ferme pas de porte à mettre tous mes oeufs dans le même panier non plus », fait valoir Marc-Antoine Claveau. 

« J’étais plus nerveux pour le combine. Pour le repêchage, maintenant, je ne peux plus rien faire. Ma saison est jouée et les tests physiques sont faits », renchérit Vincent Alarie-Tardif, déjà de retour au Saguenay pour participer au Salon Expo-Habitat toute la fin de semaine pour faire connaître son entreprise, Peinture Écono Pro, qu’il a démarré l’année dernière avec son ami Olivier Marcotte. « Si mon nom est appelé, je vais être content. Sinon, je vais être déçu, mais je vais avoir tout fait ce que je pouvais », d’assurer Alarie-Tardif. 

« Si je ne suis pas repêché, je vais m’arranger pour recevoir une invitation à un camp, précise-t-il. C’est sûr qu’être repêché donne plus de stabilité parce que tu sais tu vas à quel camp, mais tu peux être coupé quand même. C’est arrivé à des amis l’an dernier. C’est sûr que tu sais où tu t’en vas et à quelle date avec quelle équipe, mais tu peux autant être retranché. C’est sûr que tu es moins négligé. 

« Être repêché, c’est un objectif que j’ai depuis des lunes. Si mon nom sort en mai, je vais être accompli, peu importe ce qui va se produire après », d’exprimer Vincent Alarie-Tardif.

Football régional

Trois joueurs de la région sélectionnés

Charles-Lee Alarie-Tardif, Charles-Émile Bouchard et Philippe Lavoie sont maintenant des abonnés de l’équipe canadienne junior de football. Les trois joueurs régionaux ont été sélectionnés sur la liste de 45 joueurs qui participeront au Championnat du monde 19 ans et moins, en juillet, au Mexique.

Le trio en sera à une deuxième expérience internationale en 2018, ayant participé à l’International Bowl, face aux Américains, à Arlington au Texas, dans le domicile des Cowboys de Dallas de la Ligue nationale de football (NFL). Le duel avait été tout à l’avantage des Américains.

Tout de même, 33 des 45 élus sur la liste dévoilée cette semaine ont pris part à cet affrontement. « Certains gars ont vraiment élevé leur jeu d’un cran et démontré leur valeur au sein du programme. Ce sera intéressant en juillet de réunir tous ces gars et de mettre sur le terrain la meilleure équipe possible pour représenter notre pays, a indiqué dans un communiqué l’entraîneur-chef Steve Sumarah qui sera épaulé par le coordonnateur à l’attaque Jean-Philippe Asselin et son homologue en défensive Jeff Cummins. 

« Je suis très enthousiaste à propos de ce groupe que nous avons réuni », a vanté Sumarah.

À Mexico, le Canada tentera de défendre son titre acquis en Chine en 2016. Charles-Émile Bouchard, le plus vieux du groupe, était d’ailleurs de cette aventure. Les deux autres en seront à leur première expérience à ce tournoi qui regroupera bien sûr les États-Unis et le Mexique, mais également le Japon, la Chine, l’Australie et l’Allemagne. 

Alarie-Tardif, de Chicoutimi, et Bouchard, de Saint-Félicien, évoluent sur la ligne défensive alors que Lavoie, de Sainte-Jeanne-d’Arc, occupe la position de secondeur. Cette nomination vient boucler une saison 2017 spectaculaire pour Alarie-Tardif qui a remporté le Bol d’Or division un à sa première saison au niveau collégial avec les Couguars du Collège Champlain-Lennoxville.

Charles-Émile Bouchard portait quant à lui les couleurs du Campus Notre-Dame-de-Foy alors que Philippe Lavoie se retrouvait avec les Gaillards du Cégep de Jonquière, s’inclinant en finale du Bol d’Or de la division 3. 

Football régional

Le pire est à venir

« On arrive à la croisée des chemins, lance l’entraîneur-chef de l’équipe de football des Gaillards du Cégep de Jonquière, François Laberge. Si la situation régionale ne change pas, ça va être impossible de faire survivre trois programmes collégiaux dans la région. »

Selon François Laberge, le problème qui frappe Alma au sommet de la pyramide provient de la base du football régional : il n’y a plus assez de joueurs qui jouent au secondaire, ce qui fait en sorte que les joueurs de la relève sont peu nombreux. Dans ce contexte, aligner une équipe de près de 50 joueurs représente tout un défi.

« Il y a seulement trois équipes juvéniles qui jouent du football à 12 dans la région, explique François Laberge. Si j’inclus Sept-Îles, il y a aussi trois équipes de football juvéniles qui jouent à huit contre huit et il n’y a pas de ligue de printemps. Donc, je ne suis pas un génie en mathématique, mais on peut voir immédiatement que ça ne peut pas fonctionner pour alimenter trois équipes avec ce bassin ».

La perte de plusieurs programmes de football de calibre juvénile au Québec, dans les dernières années, jumelée à une hausse de 16 équipes en moins de 20 ans au football collégial québécois pose un sérieux problème, selon l’entraîneur.

Manque de diversité 

Il observe que le football est moins populaire chez les jeunes dans la dernière année. François Laberge insiste sur le manque de diversité dans le champ sportif québécois.

« Plusieurs jeunes jouent au hockey à l’année, déplore François Laberge. En plus de finir par s’écoeurer, ils ne développent pas d’aptitude pour d’autres sports. Dans le temps, il n’y avait pas autant de camps de hockey à l’année. Le jeune pouvait découvrir d’autres sports et finir, éventuellement par se spécialiser ensuite dans une discipline. »

L’entraîneur des Gaillards juge que les trois programmes de la région n’ont pas encore affronté le pire de la tempête. Il ne s’agirait que de la pointe de l’iceberg.

« Cette année bouleverse les données, car c’est une assez bonne année en terme de recrutement, relate-t-il. Mais quand je regarde l’an prochain, ça s’annonce très difficile. Il y a moins de jeunes qui pratiquent le football et ça va paraître très bientôt au sein des équipes ». 

Nicolas menachi

Pour sa part, l’entraîneur des Couguars du Cégep de Chicoutimi, Nicolas Menachi, croit qu’il est temps qu’Alma se redresse pour la sécurité des joueurs.

« C’est certain que c’est préoccupant de voir ça dans la Ligue », a confié l’entraîneur-chef des Couguars.

« L’an dernier, j’ai vu des gestes de frustration de la part des joueurs des Jeannois. Ça arrive, parce que c’est "tough" physiquement un match de football et c’est certain qu’être surtaxé affecte le moral. Par contre, je tiens à leur lever mon chapeau. Ils se démènent constamment ! »

« De notre côté, on avait une douzaine de blessés, on jouait à 40 joueurs et on stressait en fin de saison. Je n’ose même pas imaginer comment ça peut être de leur côté. »

Point de vue d’un joueur

Le receveur William Langlais, un joueur de premier plan des Gaillards du Cégep de Jonquière, a raconté au Progrès pourquoi il a décidé de quitter Alma pour aller étudier en sciences humaines, à Jonquière, tandis qu’il avait joué avec les Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour et qu’il est natif d’Alma. Le manque de joueurs chez les Jeannois du Collège d’Alma a pesé fortement dans la balance, au moment de prendre sa décision.

Le joueur par excellence du Bol d’Or 2017, dans le camp de Jonquière, confie qu’il était hors de question pour lui de s’aligner avec l’équipe de football du Collège d’Alma. 

« Il n’a pas un joueur que je connais qui a envie de jouer des deux côtés du terrain (à l’attaque et en défensive). On ne se le cachera pas, le programme d’Alma est encore sur la pente descendante. Cela a un effet d’entraînement. C’est difficile pour eux de gagner dans ce contexte. Les joueurs des Lynx sont des gagnants, c’est pour ça que plusieurs quittent pour Jonquière », juge William Langlais, soulignant au passage que près d’une vingtaine d’anciens Lynx évolueront au Cégep de Jonquière en 2018.

Les Jeannois s’attaquent au problème en apportant plusieurs changements

La direction du Collège d’Alma a un plan pour remédier au manque de joueurs au sein de son équipe de football, une situation qui a un impact sur ses propres joueurs et sur les autres équipes. En 2017, les Jeannois ont dû annuler un match. 

Ce dernier événement a soulevé beaucoup de questions auprès des équipes du circuit parce qu’il influençait le classement général et aurait pu interférer sur la participation aux séries de fin de saison.

Conseillère à la vie étudiante et responsable des sports de l’établissement, Héléna Longpré mentionne que le programme vient d’embaucher Jean-François Doré, qui travaillera sur une base annuelle, étant aussi assigné à la même tâche pour l’équipe de hockey.

« C’est sûr qu’on a un plan. On a changé l’entraîneur-chef et la plupart des autres entraîneurs, explique-t-elle. On veut les mettre dans des conditions de réussite. Pour nous, on recommence à l’an 1 l’année prochain ». 

« On a fait des changements pour la pérennité du programme. On va de l’avant. [...] On veut évidemment grossir notre équipe, c’est la deuxième année qu’on va en Europe. On a développé un partenariat avec un centre de conditionnement physique. On veut devenir plus attirant ! On a une entente avec le Centre santé multi fitness et la Ville d’Alma travaille de près avec nous aussi. On est optimiste, on va la remplir notre équipe », promet Héléna Longpré.

Selon cette dernière, l’avenir passe également par un recrutement à l’extérieur de la région.

« Le bassin est de moins en moins grand, nous n’avons plus le choix ! »

Au sujet du taux de rétention difficile, puisque les Couguars du Cégep de Chicoutimi et les Gaillards du Cégep de Jonquière recrutent aussi au Lac-Saint-Jean, la responsable a, de son propre aveu, « pesé ses mots » à ce sujet qui semble visiblement sensible dans le camp des Jeannois. « On espère un meilleur taux de rétention. Les Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour sont chez eux, mais il y a des choses qu’on ne contrôle pas, comme la carte de programmes. On est un plus petit cégep et Chicoutimi et Jonquière ont de meilleures cartes de programmes pour le football. On veut grossir notre équipe et attirer les joueurs avec des victoires, laisse-t-elle savoir. On a eu beaucoup de blessures l’an passé et nos gars s’entraînent très fort. On les veut prêts et on veut qu’ils s’entraînent depuis plusieurs mois pour qu’on puisse connaître du succès. » Frédéric Marcoux

Football

Alexandre Gagnon signe pour deux ans

Sélectionné par les Stampeders de Calgary au printemps 2017, le Dolmissois Alexandre Gagnon vient de parapher officiellement un contrat de deux ans avec la formation albertaine de la Ligue canadienne de football (LCF). L’ailier défensif aborde d’ailleurs avec confiance cette nouvelle étape chez les professionnels.

Joint mardi, l’athlète de 25 ans a expliqué qu’il se consacrait à temps plein à l’entraînement en vue de se présenter fin prêt pour le camp printanier et de se tailler un poste dans la formation. « Je suis vraiment confiant de faire ma place. Je ne pense pas de voir beaucoup de terrain à court terme sur la ligne défensive ; ce sera plus sur les unités spéciales comme la plupart des joueurs canadiens », explique-t-il.

Sports

Super Bowl: les entraîneurs de la région se prononcent

La 52e édition du Super Bowl se déroulera dimanche soir au Minnesota. Les Eagles de Philadelphie affronteront les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. L’entraîneur des Jeannois du Collège d’Alma, Jean-Philip Caron-Tremblay, et le pilote des Couguars du Cégep de Chicoutimi, Nicolas Menachi, favorisent les Patriots, tandis que celui des Gaillards, François Laberge, y va avec son cœur en favorisant les Eagles.

François Laberge, Gaillards du Cégep de Jonquière

L’entraîneur des Gaillards ne s’en cache pas : sa tête lui dicte de donner l’avantage aux Patriots menés par le quart Tom Brady, mais son cœur le force à mettre la formation de Philadelphie victorieuse.

« J’espère qu’on va avoir un match serré ! En début de match, les équipes vont s’étudier et je ne m’attends pas de voir un début de match explosif. C’est la grosse attaque des Patriots contre la grosse défensive des Eagles et l’attaque de Philadelphie qui manque de constance contre la défensive des Pariots inconstante. Ces éléments vont faire qu’on va avoir tout un match de football ! »

Blessé, le quart arrière numéro un des Eagles, Carson Wentz, est absent depuis le début des séries. Son remplaçant, Nick Foles, devra jouer un fort match, puisque les Eagles ne pourront gagner le championnat en misant uniquement sur leur jeu au sol, selon Laberge.

Laberge n’aime pas particulièrement les Patriots et je favorise les Eagles pour « y aller avec mon cœur et non avec ma tête. Si j’avais un gros montant d’argent à parier, c‘est difficile de miser contre Tom Brady dans un match comme ça, confie le principal intéressé. »

L’entraîneur-chef écoutera la rencontre en famille, puisque les Laberge sont tous passionnés de football.

« C’est ma belle -mère qui met le foot à la télé le dimanche, La première fois qu’elle a fait ça, quand j’ai commencé à sortir avec ma blonde, j’ai tout de suite su que ma copine était la femme de ma vie », de conclure Laberge en riant.

Prédiction : 28-24 Philadelphie